Présentation

Relations politiques

Depuis 2004, la France et la Lituanie œuvrent ensemble au sein de l’Union européenne et de l’OTAN. Les rencontres ministérielles sont régulières, que ce soit à Vilnius, à Paris ou à Bruxelles.

Le 4 septembre 2009, la présidente de la République lituanienne, Mme Dalia Grybauskaitė, a été reçue à Paris par le président de la République. Au cours de cette visite, les deux chefs d’État ont signé un partenariat stratégique, document fixant le cadre du développement des relations entre les deux pays.
C’est dans ce contexte qu’en mai 2011 se sont inscrites les visites à Paris du ministre des affaires étrangères M. Audronius Azubalis, avec lequel un plan d’action a été signé ; et celle de la ministre de la défense lituanienne Mme Rasa Juknevičienė, avec laquelle il a été convenu de conclure un accord de coopération militaire, signé en juillet 2013.

Le Premier ministre François Fillon s’est rendu à Vilnius le 30 septembre 2011. Ce fut la première visite d’un chef de gouvernement français depuis l’indépendance de la Lituanie.

Le 16 novembre 2016, la France a célébré au Quai d’Orsay le 25e anniversaire du rétablissement de ses relations diplomatiques avec les États baltes. À cette occasion, M. Linkevičius a été reçu par M. Jean-Marc Ayrault et les deux ministres ont endossé la feuille de route bilatérale actualisée du Partenariat stratégique pour la période 2016-2019.

Le 18 novembre 2016, M. Vytautas Landsbergis, considéré comme le père de l’indépendance lituanienne, a été élevé à la dignité de Grand-Croix de la Légion d’honneur à Vilnius.

Relations économiques

Au 1er semestre 2016, le commerce franco-lituanien a progressé de 2 % par rapport à la même période de 2015. À la faveur d’une hausse de 18,6 % des exportations françaises à destination de la Lituanie, notre déficit commercial est passé de 142 M€ à 74 M€, selon les Douanes françaises. La France est le 8e fournisseur de la Lituanie et son 12e client.
Le 1er poste d’exportations françaises vers la Lituanie (12 %) est occupé par les spécialités pharmaceutiques qui ont réalisé un chiffre d’affaires de près de 31 M€ (+11,4 % par rapport au 1er semestre 2015). Viennent ensuite les véhicules automobiles (22,5 M€, +11,5 %), les vins et spiritueux (18,6 M€, +12,5 %), le machinisme agricole et forestier (18 M€), les matières plastiques (12 M€, +22 %), les parfums et cosmétiques (12 M€).
Si les produits du raffinage du pétrole et les engrais azotés demeurent les deux premiers postes d’exportation lituaniens vers la France avec respectivement 60 M€ et 57 M€, soit ensemble près de 36 % du total, les deux postes enregistrent respectivement une baisse de 21,6 % et de 30,5 %. Les articles de confection textile occupent le 3e rang avec 30 M€, en diminution de 26 % par rapport au 1er semestre 2015, année exceptionnelle pour le secteur à l’exportation. Le secteur du meuble (22 M€) se défend bien en réalisant une progression de 12 %. Enfin, les produits agroalimentaires (préparations et conserves à base de poisson et de produits de la pêche, viandes de volaille et confiserie à base de chocolat,…) cumulent un chiffre d’affaires export vers la France de plus de 18,5 M€, en baisse de 3,5 %.

Le stock d’IDE reste majoritairement détenu par les pays nordiques, actionnaires des principaux établissements bancaires en Lituanie, ainsi que par l’Allemagne et la Pologne. La France a un stock d’IDE en Lituanie d’un montant de 316 M€.

Une quarantaine d’entreprises à capitaux français sont représentées en Lituanie. Selon la Banque centrale de Lituanie, elles emploient environ 3 500 personnes.

Véolia, qui exploite les réseaux urbains de chaleur de Vilnius et d’un certain nombre de localités de moyenne importance dans le pays, est le premier investisseur français en Lituanie. Son contrat avec la Municipalité de Vilnius arrive à expiration en avril 2017.

La présence française est visible à Vilnius et dans d’autres villes dans le domaine du mobilier urbain. JC Decaux y est le numéro 1 de l’affichage extérieur, notamment pour les abris-bus, et exploite avec succès le parc de bicyclettes en libre-service.

Roquette Frères détient plus de 50 % de la société Amilina, qui produit des produits dérivés de l’amidon.

Le groupe Consolis est présent par le biais de deux filiales : Betonika, l’un des leaders du béton préfabriqué, et Swetrak, fabricant de traverses de chemins de fer.

Les services informatiques et financiers (Atos, Coface, etc.), l’industrie pharmaceutique (Ipsen, Servier, etc.) ou encore l’énergie (Total, Schneider) sont présents sous la forme de bureaux de représentation ou de filiales de distribution.

Le groupe Accor, qui possède cinq hôtels en Lituanie (Novotel et Ibis Styles à Vilnius, Ibis à Kaunas, Ibis Styles à Klaipėda et Mercure à Marijampolė), ouvrira un sixième établissement à l’enseigne Ibis en 2018 à Vilnius.

Par ailleurs, il convient de citer la présence d’entreprises créées par des Français qui se sont installés en Lituanie. Parmi eux, les plus représentatifs sont Bretalita, spécialisé dans le domaine des transports entre la France et la Lituanie, et le groupe PHB, dans le domaine de la confection. Quelques Français réussissent dans le domaine du commerce de détail (boulangerie, articles de décoration, etc.) et de la restauration.

Coopération culturelle, scientifique et technique

L‘Institut français bénéficie d’une grande visibilité à Vilnius. Son rayonnement artistique et culturel, en partenariat avec de nombreuses institutions lituaniennes, en fait un centre culturel de référence et un lieu de débat d’idées. Il intervient régulièrement dans les grands festivals, à Vilnius, Kaunas et Klaipėda. Son service de cours touche annuellement un millier d’étudiants et, en 2016, sa médiathèque a enregistré 881 inscrits.

La coopération culturelle se caractérise par un soutien actif à de nombreuses initiatives lituaniennes et l’implication dans un réseau dense et solide. Des efforts plus importants sont engagés pour le festival de cinéma « Écrans d’hiver » qui, en 2017, propose plus de 150 projections dans 11 villes du pays, un engagement dans le domaine de la danse (coopération avec l’Opéra national, à Vilnius, projet de création d’une compagnie de danse contemporaine franco-lituanienne à Klaipėda), et le développement du programme de débats d’idées « Nouveaux regards sur le monde actuel » qui propose en moyenne une fois par mois à un intervenant français de débattre avec le public et permet de confronter des points de vue divers sur de grands sujets de société.

Les partenariats universitaires en droit et en sciences politiques avec l’Université Romeris et l’Université de Vilnius, qui constituent des pôles d’excellence francophone se développent. Des diplômes conjoints ont été créés avec les universités de Bordeaux IV et de Savoie. D’autres projets dans le domaine de l’environnement et des sciences de l’ingénieur sont à l’étude grâce à l’intensification des échanges.

Au niveau scolaire, le français arrive en 4ème position derrière l’anglais, le russe et l’allemand. Le français augmente légèrement sa part de marché (2,74 % en 2016/2017, principalement en deuxième langue vivante, contre 2,63 % en 2015/2016). L’école française de Vilnius – devenue en 2016 Lycée international français de Vilnius – a connu une croissance régulière l’amenant à 397 inscrits en 2016-2017 (dont 70 % d’élèves lituaniens). Les effectifs du lycée, qui bénéficie du double soutien de l’A.E.F.E. et du ministère lituanien de l’Éducation, doublent tous les 3 ans et l’établissement doit créer 2 classes par an.

La Lituanie est devenue membre observateur de l’Organisation internationale de la francophonie en 1999.

Enfin, notre coopération scientifique repose notamment sur le programme d’actions intégrées « Gilibert ». Cette coopération s’appuie sur les domaines d’excellence en Lituanie : physique, chimie et biochimie.

Coopération militaire

Les actions de coopération bilatérale dans le domaine de la défense ont été redynamisées à l’occasion de la présidence lituanienne du Conseil de l’UE. Elles sont orientées dans les directions suivantes : la formation, le dialogue politico-militaire, le partage d’expériences et les échanges d’informations. Cette coopération est régie par un accord intergouvernemental signé en juillet 2013 (qui remplace un arrangement technique de 1994 et est entré en vigueur le 1er octobre 2016). Cet accord aborde toutes les facettes de la coopération militaire (visites, consultations, coopération, exercices, etc.).

La coopération opérationnelle porte essentiellement sur le soutien à la mission de police de l’air des États baltes dans le cadre de l’OTAN, que la France a assurée en 2007, 2010, 2011, 2013, 2014 et 2016. La France prendra part au dispositif de présence avancée renforcée de l’OTAN en envoyant des forces terrestres (d’un volume de 300 hommes environ) en Lituanie en 2018.

La France participe à l’effort continu de dépollution en mer Baltique en déployant annuellement un à deux chasseurs de mines au sein de l’opération de lutte anti-mines Open Spirit. Elle est la seule nation participante à ne pas avoir d’accès à la mer Baltique.

La coopération dans le domaine de la formation reprend un peu de vigueur avec les échanges d’élèves officiers entre l’académie militaire de Vilnius et les écoles militaires de St Cyr Coëtquidan. L’armée de l’air lituanienne envoie du personnel en formation en France au CASPOA et au CICDA pour la formation des spécialistes des opérations aériennes et des contrôleurs militaires.

Enfin, dans le domaine des matériels de défense, la Lituanie s’intéresse au savoir-faire français pour la modernisation de son outil de défense et de sécurité. Trois hélicoptères « Dauphin » ont été livrés à la Lituanie en 2015.

  • M. Philippe Jeantaud est ambassadeur de France en Lituanie depuis 2015.
  • M. Dalius Čekuolis est ambassadeur de Lituanie en France depuis 2014.
  • M. Jean-Michel Villaumé, député de Haute-Saône, est président du groupe d’amitié France-Lituanie de l’Assemblée Nationale.
  • M. Jean-Marie Bockel, sénateur de Paris, est président du groupe d’amitié France-Pays baltes du Sénat.

Mise à jour : 15.02.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE