Accès rapide :

Les Nations unies et la Libye

Le Conseil de sécurité a adopté en 2011 la résolution 1970 (centrée sur les sanctions à l’égard des membres du régime de Kadhafi) puis la résolution 1973 qui encadrait l’intervention militaire internationale. L’embargo sur les armes a été depuis quelque peu assoupli dans la mesure où il ne vise plus aujourd’hui que le matériel militaire létal. Conformément à la résolution 1970, la Cour Pénale Internationale enquête sur les deux chefs de crimes contre l’humanité imputés à Seif al-Islam Kadhafi (clôture de l’affaire à l’encontre de Mouammar Kadhafi le 22 novembre 2011 suite à sa mort ; abandon des poursuites à l’encontre d’Abdallah Senoussi le 24 juillet 2014, l’affaire étant jugée irrecevable devant la CPI).

Les Nations unies ont créé en 2011 une mission d’appui légère (MANUL, qui a compté jusqu’à 215 personnels civils). Son mandat est centré sur le processus politique (dialogue national et processus constitutionnel), mais concerne plus largement le développement de l’Etat de droit, la gouvernance et la sécurité. Elle est dirigée par les représentants spéciaux successifs du Secrétaire général des Nations unies en Libye, M. Bernardino Leon, et, et, depuis le 17 novembre, M. Martin Kobler. La MANUL est aujourd’hui repliée à Tunis.

Le 27 août 2014 le Conseil de sécurité a voté la résolution 2174 qui étend les critères de désignation du régime de sanctions individuelles à l’ensemble des personnes ou entités qui mettent en danger la stabilité de la Libye ou minent sciemment sa transition politique.

Date de mise à jour : 17.11.15

Dans cette rubrique

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016