Accès rapide :

Présentation

Relations politiques

La France est engagée aux côtés de la communauté internationale pour résoudre la crise politique libyenne, à la suite , du rôle décisif qu’elle a joué dans le succès de la Révolution

Le lien n’a jamais été rompu avec la Libye. Après la fermeture de notre ambassade à Tripoli en février 2011, Antoine Sivan a été envoyé comme représentant spécial de la France auprès du CNT à Benghazi. L’ambassade de France a rouvert dès août 2011 à Tripoli. L’ambassade de Libye en France n’a jamais cessé de fonctionner durant la révolution. Le Premier ministre libyen s’est rendu à Paris les 12 et 13 février 2013, accompagné d’une imposante délégation (huit ministres et vice-ministres). Le Ministre s’est rendu à Tripoli le 23 avril 2013 après l’attentat qui a visé notre ambassade pour exprimer son soutien à notre équipe et réaffirmer l’engagement de la France en Libye.

Aujourd’hui, la France est résolument engagée dans la résolution de la crise politique libyenne. Elle soutient pleinement la médiation onusienne menée par le RSSGNU et encourage activement les parties libyennes à former un gouvernement d’unité nationale au plus vite. Seules des autorités légitimes exerçant un contrôle effectif sur l’ensemble du territoire libyen seront à même de répondre aux défis du terrorisme et des migrations auxquels la Libye fait aujourd’hui face. La France se tient prête à l’adoption de sanctions onusiennes ou européennes contre les individus entravant le dialogue politique et la stabilisation du pays.

Visites

Le ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, s’est rendu à Tripoli à deux reprises, en novembre 2012 et en avril 2013. Il a co-présidé la conférence de Paris de février 2013 et a participé à la conférence régionale de Rabat sur les frontières, en novembre 2013, et à la conférence de Rome sur le soutien international à la Libye, en mars 2014.

En 2015

- 24 août 2015 : Entretien entre le Ministre et son homologue libyen, Mohammed al-Daïri.

En 2014

  • 6 mars : Participation du Ministre à la conférence ministérielle de Rome sur le soutien international à la Libye.
  • 14 octobre : Entretien du Ministre avec son homologue libyen, Mohammed al-Daïri.

En 2013

  • 5, 6 et 7 décembre : Participation de M. Ali Zeidan, Premier ministre libyen, accompagné de M. Mohamed Abdelaziz, ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale, au sommet de l’Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique.
  • 14 novembre : Participation du Ministre à la 2ème conférence ministérielle régionale sur les frontières à Rabat, centrée sur la Libye.
  • 23 octobre : Déplacement de M. Mohamed al-Fitouri Swallem, ministre du Travail et de la Formation, à Paris.
  • 14-20 octobre : Déplacement de M. Moussa Harim, vice-Ministre de la Culture, à Paris et à Marseille.
  • 17-23 juin : Participation de M. Mohamed al-Barghati, ministre libyen de la Défense, et de de M. Abdeqader Ahmed, ministre libyen des Transports, au salon du Bourget.
  • 14-16 juin : Visite de travail de M. Mooohamed al-Fitouri Swallem ministre libyen du Travail et de la Formation en France (Paris et Tours)
  • 23 avril : Visite à Tripoli de M. Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères.
  • 12-13 février : Visite à Paris de M. Ali Zeidan, Premier ministre libyen, accompagné des ministres des affaires étrangère, de la défense, des télécommunications et de la santé et des vice-ministres de l’intérieur, de la justice, des transports et du pétrole
  • 12 février : Conférence internationale ministérielle de soutien à la Libye en matière de sécurité, de justice et d’Etat de droit de Paris, co-présidée par le ministre des affaires étrangères et son homologue libyen.
  • 5 février : visite à Tripoli de M. Kader Arif, ministre délégué aux anciens combattants
  • 12-15 janvier : visite en France (Paris et Marseille) de M. Al-Habib Al-Amin, ministre de la culture et de la société civile.
  • 12-13 janvier : visite à Tripoli de Mme Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l’étranger.

En 2012

  • 10-16 octobre : visite en France (Paris et Bordeaux) du Président du Conseil local de Tripoli, M. Sadat Albadri, et des maires d’arrondissements.
  • 21-24 mai : visite à Paris de M. Abderrahmane Habil, ministre de la Culture et de la Société civile.
  • 20-21 mars : visite à Tripoli de la Commission des Finances, présidée M. Philippe Marini.
  • 12-15 mars : visite à Paris de M. Faouzi Abdel’Ali, ministre de l’Intérieur.
  • 24-26 février : visite en Libye (Tripoli, Misrata, Zintane, Benghazi) de M. Gérard Longuet, ministre de la Défense.
  • 29 janvier : visite à Tripoli de M. Thierry Mariani, ministre des Transports.

Visiter le site de l’ambassade de France en Libye

Relations économiques

Le développement des relations bilatérales ainsi que l’ouverture croissante de la Libye après la révolution ont stimulé les échanges économiques et commerciaux. La France était le deuxième client de la Libye en 2014, soit trois places de mieux qu’en 2013. Nos relations commerciales sont marquées par un déficit commercial structurel et fluctuant, nos importations étant composées à 99% d’hydrocarbures.

Les opportunités sont nombreuses pour nos entreprises, dans tous les secteurs : hydrocarbures, transport, santé, finances, télécommunications, eau et assainissement, énergie, immobilier, planification et aménagement urbain, industrie, agro-alimentaire.

La Libye constitue toutefois un terrain difficile. Les faibles capacités décisionnelles et administratives libyennes et les conditions sécuritaires ne facilitent pas l’accès au marché libyen. La dégradation de la situation politique et sécuritaire depuis l’été 2014 complique considérablement nos échanges commerciaux. Le maintien de l’unité des institutions financières et économiques libyennes (Banque centrale, National Oil Company), tiraillées entre les deux camps, est également crucial pour ces échanges.

Coopération culturelle, scientifique et technique

Le dispositif de coopération française en Libye a été relancé dès novembre 2011. Entre 2012 et 2014, ce dispositif a bénéficié de la montée en puissance des activités de l’Institut français de Tripoli, de l’ouverture d’un second Institut français à Benghazi (mis en sommeil en 2013 pour raisons sécuritaires). Quatre principaux axes ont orienté la coopération française en Libye :

  • accompagner les Libyens dans leur volonté de renforcer l’Etat de droit et construire les institutions de la nouvelle Libye (formations d’élus et de fonctionnaires) ;
  • soutenir la formation, dans les secteurs de l’Université (programme de formation de 300 enseignants de français ; programme boursier du Gouvernement libyen), des médias, du patrimoine et de l’archéologie, des archives nationales, de l’ingénierie culturelle, de la santé, de la gouvernance associative ;
  • proposer l’expertise technique française dans les domaines de la santé, de l’eau/environnement, des transports, des finances publiques, des sports, de la santé animale, des entreprises du secteur privé ;
  • soutenir la jeunesse et la structuration de la société civile.

Depuis juillet 2014, nos programmes de coopération en Libye sont suspendus pour des raisons sécuritaires. Ils seront repris dès que la crise politique libyenne aura pris fin, qu’un gouvernement d’union nationale sera formé et que la situation sécuritaire le permettra.

Certains programmes ont néanmoins été maintenus tout au long des années 2014-15 ; soutien à la jeunesse et aux associations, formation des cadres territoriaux à Paris et à Tunis (ENA/Acted), formation de professeurs de français. En 2016, des cycles de formations spécialisées seront à nouveau organisés en France au bénéfice d’archéologues et d’experts libyens du patrimoine.

Autres types de coopération

La France a également appuyé la Libye dans le renforcement des forces de sécurité nationales, avant que cette coopération ne soit suspendue à l’été 2014.

Dans le domaine de la sécurité intérieure, un contrat avait été signé en octobre 2013 entre Civipol et le ministère libyen de l’intérieur pour la formation de mille policiers à la gestion démocratique des foules.

En matière de défense, notre coopération s’était particulièrement développée avec la marine et l’armée de l’air. Nous avions signé en janvier 2014 un accord pour la cession d’un Mirage FI biplace, qui prévoyait aussi la formation de pilotes et techniciens libyens en France. De nombreux officiers ont été accueillis dans les meilleures écoles militaires françaises.

La France étant particulièrement préoccupée de la situation sécuritaire dégradée en Libye, les questions de défense et de sécurité seront au cœur de la coopération franco-libyenne lorsque celle-ci reprendra.

Mise à jour : 17.11.15

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016