Libye - Q&R - Extrait du point de presse du 3 juillet 2017

Q - Migrants : Avec quels moyens Paris veut il renforcer les garde côtes libyens et comment travailler efficacement avec Tripoli alors que le ministre a lui-même reconnu vendredi dans le Monde qu’il n’y avait pas d’interlocuteur étatique en Libye ?

R - Comme l’a rappelé M. Jean-Yves Le Drian dans son interview au journal Le Monde jeudi dernier, la situation en Libye et ses implications pour l’Europe, notamment les trafics d’êtres humains, sont des sujets prioritaires pour la France.

La France appelle les autorités libyennes à tout mettre en œuvre pour que les migrants soient traités dignement. Il s’agit d’une priorité en matière de protection des droits de l’Homme et de lutte contre la criminalité organisée qui sera d’autant mieux assurée lorsqu’un règlement politique en Libye aura conforté les institutions nationales libyennes.

C’est dans ce contexte que les ministres de l’intérieur de France, d’Allemagne et d’Italie ainsi que le Commissaire européen en charge des migrations et des affaires intérieures, se sont rencontrés à Paris hier pour examiner les défis posés par le flux migratoire grandissant en Méditerranée centrale.

Ils ont notamment défini à cette occasion les priorités suivantes :

  • renforcer le soutien aux gardes-côtes libyens en augmentant les activités de formation et en fournissant un appui financier additionnel ;
  • fournir un soutien additionnel à l’Organisation internationale des migrations et au Haut commissariat aux réfugiés afin que les infrastructures en Libye se rapprochent des standards internationaux ;
  • appuyer l’examen d’options concrètes pour renforcer les contrôles à la frontière sud de la Libye afin d’endiguer les flux migratoires irréguliers, en coordination étroite avec les pays voisins de la Libye.

Informations complémentaires

PLAN DU SITE