Communiqué conjoint sur la Libye (22 septembre 2016)

Le texte qui suit est un communiqué conjoint sur la Libye par les pays suivants : Algérie, Allemagne, Arabie saoudite, Canada, Chine, Égypte, Émirats arabes unis, Espagne, États-Unis, France, Italie, Jordanie, Malte, Maroc, Niger, Qatar, Royaume-Uni, Russie, Soudan, Tchad, Tunisie, Turquie, ainsi que l’Union européenne, l’Organisation des Nations unies, la Ligue des États arabes et l’Union africaine.

Nous nous félicitons de la participation du Premier ministre el-Sarraj à cette réunion ministérielle.

Nous saluons son rôle éminent ainsi que la décision du Conseil de la présidence (CP) de libérer Syrte de Daech et de sécuriser le pays devant la menace d’autres groupes terroristes. Nous réaffirmons notre solidarité envers le peuple libyen et exprimons nos condoléances envers les proches de ceux qui ont perdu la vie dans la lutte contre le terrorisme. Nous accueillons également favorablement les actions entreprises à l’encontre des groupes terroristes désignés par l’ONU dans d’autres régions du pays, dont celle de Benghazi, et nous engageons à poursuivre ces actions collectivement.

Nous engageons tous les Libyens à s’unir dans leur lutte contre le terrorisme. Nous réaffirmons notre soutien à l’Accord politique libyen (APL) signé le 17 décembre 2015 à Skhirat au Maroc et à son respect, ainsi qu’au Gouvernement d’entente nationale (GEN), le seul gouvernement légitime de Libye, comme l’approuvent les résolutions 2259 et 2278 du Conseil de sécurité de l’ONU. Nous soutenons la préservation de la souveraineté nationale, de l’intégrité territoriale, de l’unité et de la cohésion nationale du peuple libyen. Les Libyens devraient pouvoir décider de leur avenir sans interférence étrangère. Nous réaffirmons notre engagement envers les actions de la Mission d’appui des Nations unies en Libye menée par le Représentant spécial du Secrétaire général, qui visent à faciliter la mise en œuvre de l’APL et à soutenir le CP face aux crises politiques, sécuritaires, économiques et institutionnelles que doit affronter le pays. La communauté internationale n’offrira pas de soutien ni ne maintiendra de contact officiel avec les institutions parallèles qui prétendent être une autorité légitime sans être incluses dans l’APL, comme celui-ci le précise.

Nous appelons le Conseil de la présidence à présenter un nouveau gouvernement qi devra être soumis au vote de confiance de la Chambre des représentants, l’autorité législative de l’État, et la Chambre des représentants à soutenir la réconciliation nationale en rassemblant tous les députés et en remplissant son devoir d’organiser un vote libre et juste sur le nouveau gouvernement et sur l’amendement constitutionnel visant à inscrire l’APL dans le droit libyen sans délai. Nous réitérons notre conviction que tous les segments de la société, de toutes les régions libyennes, doivent trouver leur place dans ce processus politique. Toute action visant à faire entrave au progrès, en particulier au fonctionnement des institutions mandatées par l’APL, mettra encore plus en péril la stabilité et la sécurité du pays. Nous appelons le GEN à œuvrer de toute urgence à rétablir les services essentiels, à offrir une assistance humanitaire et à créer les conditions d’un retour sûr et digne des réfugiés et des déplacés internes. Nous demandons instamment au GEN de rétablir la production de pétrole afin de renforcer l’économie libyenne au bénéfice de tous les Libyens.

Devant les récentes tensions apparues dans diverses régions du pays, nous engageons à une désescalade et à un évitement de toute provocation. Nous partageons le désir du peuple libyen de transformer la Libye en un Etat sûr, démocratique, prospère et uni, où l’autorité de l’État et l’état de droit priment. Cela ne peut aboutir de manière pacifique que par un dialogue politique inclusif et une réconciliation nationale. Seules des forces nationales unifiées peuvent réellement garantir la sécurité et protéger le pays du terrorisme. Nous saluons l’action du CP qui vise à unifier les forces militaires professionnelles composées de Libyens de tout le pays et à former une garde présidentielle compétente et professionnelle afin de protéger le CP. Nous appelons à des progrès rapides dans cette démarche d’unification des forces militaires libyennes sous l’égide du CP et en accord avec l’APL.

Le GEN est le seul gouvernement légitime à recevoir une assistance internationale en matière de sécurité. Nous sommes prêts à répondre à ses demandes d’assistance internationale pour former et équiper les forces militaires libyennes légitimes et les forces de sécurité dans toute la Libye par le biais d’une exemption à échelle appropriée sur l’embargo sur les armes et les achats de matériel létal nécessaire à la lutte contre Daech et d’autres groupes terroristes désignés par l’ONU. Nous soutenons totalement les demandes d’assistance du CP en matière de sécurité pour contrer Daech et d’autres groupes terroristes désignés par l’ONU et pour former une force de sécurité nationale et unie. Nous restons engagés à maintenir l’embargo sur les armes et nous saluons les actions de l’opération Sophia de l’EUNAVFOR destinées à éviter l’envoi illicite d’armes par la haute mer.

Nous soutenons la réalisation du mandat de l’APL qui prévoit de maintenir l’infrastructure, la production et l’exportation pétrolières sous le contrôle exclusif de la National Oil Corporation (NOC), sous l’autorité du CP. Toutes les recettes pétrolières générées par la NOC doivent être transférées à la Banque centrale de Libye (BCL), qui doit mettre les fonds à disposition du CP. Nous soutenons l’appel au dialogue lancé par le Premier ministre el-Sarraj pour faire diminuer les tensions dans le croissant pétrolier et nous nous félicitons de son action dans ce domaine. Nous saluons le récent transfert d’équipements pétroliers dans le croissant à la NOC ainsi que les projets d’augmentation de la production et de l’exportation du pétrole.
Nous soulignons le fait que les institutions économiques nationales libyennes, parmi lesquelles le NOC, la BCL et la Libyan Investment Authority (LIA) doivent fonctionner au bénéfice de tous les Libyens, comme prévu par l’APL. Le CP est chargé de préserver et de protéger les ressources du pays ainsi que son patrimoine pour tous les Libyens. Le pétrole libyen appartient au peuple libyen.

Nous sommes attachés à œuvrer aux côtés du CP sur les programmes de stabilisation et de reconstruction à Syrte. Nous prenons note du récent appel de l’ONU à l’aide humanitaire pour Syrte et nous accueillons favorablement les contributions pour sa mise en œuvre rapide et complète. Nous soulignons la nécessité de stabilisation dans toutes les zones libérées du terrorisme sur des principes d’inclusivité et d’appropriation locale. Nous demandons au CP de lancer le fonds de reconstruction de Benghazi. Nous accueillons favorablement la création du fonds de stabilisation du PNUD pour la Libye. Nous exprimons notre gratitude envers le fonds de stabilisation du PNUD pour les actions rapides d’assistance aux villes de toutes les régions en Libye. Nous soulignons notre engagement ferme à fournir au GEN toutes les aides techniques et économiques qu’il demandera.

Pendant l’année prochaine, le GEN devra se préparer à une transition pour passer pacifiquement à un gouvernement permanent et élu. Nous demandons instamment à l’Assemblée constituante de terminer ses travaux et de soumettre un projet de constitution à référendum en 2017.

Nous saluons les actions permanentes des pays voisins en soutien au processus politique mené par l’ONU. Nous soulignons l’importance du soutien régional pour la Libye et sa transition démocratique. Dans ce contexte, nous prenons note de la décision de la Ligue des États arabes de nommer un Envoyé spécial pour la Libye et nous nous félicitons de sa détermination quant aux actions réalisées pour faire progresser l’APL en tant que soutien à une solution politique. Nous saluons également les actions entreprises par l’Union africaine et son groupe de contact à ce sujet.

Algérie, Allemagne, Arabie saoudite, Canada, Chine, Égypte, Émirats arabes unis, Espagne, États-Unis, France, Italie, Jordanie, Malte, Maroc, Niger, Qatar, Royaume-Uni, Russie, Soudan, Tchad, Tunisie, Turquie, Union européenne, Organisation des Nations unies, Ligue des États arabes et Union africaine

Informations complémentaires

PLAN DU SITE