Accès rapide :

Les Nations unies et le Libéria

Présentation

Sanctions

Le Conseil de Sécurité a mis en place en 2003 un régime de sanctions adapté au changement de situation du pays. Ce régime imposait un embargo général sur les armes, sur les diamants, sur le bois ainsi que l’interdiction de voyager pour tous les individus qui entravaient le processus de paix. Par ailleurs, le Conseil de Sécurité avait décidé de geler les avoirs de l’ancien président Charles Taylor et de ses proches afin d’éviter qu’ils ne déstabilisent à nouveau la région. Ce dispositif a été progressivement levé par plusieurs résolutions successives du Conseil de sécurité : exemption à l’embargo sur les armes au profit des personnels de la sécurité présidentielle et des forces de police et de sécurité formées par la Mission des Nations unies au Libéria (MINUL), levée de l’embargo sur le bois et sur les diamants.
Une résolution, adoptée le 25 mai 2016 par le Conseil de sécurité, a mis fin au régime des sanctions.

La MINUL

Le programme de réduction des effectifs militaires de la Mission des Nations Unies au Libéria, engagé en 2012 par le Conseil de Sécurité des Nations Unies, a été suspendu le temps de l’épidémie d’Ebola, avant de reprendre en 2015. L’ensemble des responsabilités en matière de sécurité sont transférées par la MINUL au gouvernement libérien le 30 juin 2016. Alors que les autorités libériennes plaident pour le maintien d’une force sous régionale jusqu’à l’élection présidentielle d’octobre 2017, le CSNU prendra une décision quant au maintien de la MINUL avant le 15 décembre 2016. Farid Zarif (Afghanistan) est Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies au Libéria depuis le 12 août 2015.

Mise à jour : 30.06.16

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016