Présentation

Données générales

Présentation du pays

Nom officiel : République libanaise
Nature du régime : République parlementaire
Chef de l’Etat : M. Michel Aoun (depuis le 31 octobre 2016) - Président du conseil des ministres : M. Saad Hariri (depuis le 3 novembre 2016) - Président du Parlement : M. Nabih Berry (depuis 1992)

Données géographiques

Superficie : 10.452 km²
Capitale : Beyrouth
Villes principales : Tripoli, Saïda, Tyr, Zahlé
Langue officielle : arabe (depuis 1943), statut particulier du français (membre de l’organisation internationale de la Francophonie, langue encore utilisée dans l’administration, large réseau d’établissements scolaires et universitaires francophones).
Langues courantes : arabe libanais, français, anglais
Monnaie : livre libanaise (1 USD = 1507,1 LL)
Fête nationale : fête de l’indépendance, 22 novembre

Données démographiques

Population (évaluation en l’absence de recensement depuis 1932) (2016) : 4,6 millions dont 465 000 réfugiés palestiniens enregistrés par l’UNRWA
1,18 million de réfugiés syriens comptabilisés par le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et 50 000 Palestiniens de Syrie comptabilisés par l’office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA)
Densité : 597 hab/km²
Indice synthétique de fécondité : 2,1
Espérance de vie : 71,7 ans
Taux d’alphabétisation : 88,5 %

Répartition par communautés confessionnelles (sur la base des recensements électoraux de 2005) : chiites (31%), sunnites (29%), druzes (5%), chrétiens maronites (20%), grecs-orthodoxes et autres catholiques (12%), Arméniens (3%)
Indice de développement humain : 0,791

Données économiques

PIB (nominal) (2016) : 51,8 milliards de dollars (est. FMI)
PIB par habitant (nominal) (2016) : 11 261 dollars (est. FMI)
Taux de croissance en volume du PIB (2016) : Entre 1% et 2% (est. Banque Centrale / FMI)
Chômage (2016) : 6,8 %
Taux d’inflation (2016) : -0,7% (est.)
Déficit budgétaire (2015) : 8% du PIB.
Dette publique brute (fin 2016) : 74,54 milliards de dollars (soit 143,9% du PIB).
Solde de la balance commerciale (2016) : - 15,73 milliards de dollars (soit 30% du PIB).

D’après les données du FMI (DOTS), la France était le 4ème fournisseur du Liban sur les dix premiers mois de l’année 2015 (part de marché de 6,09%) après la Chine (11,99%), l’Italie (7,45%) et les Etats-Unis (6,37%).
D’après le FMI, la France était en 2016 l’un des premiers fournisseurs du Liban (5,78%), derrière les Pays- Bas (14,48%), la Chine (8,89%) et le Koweït (8,36%).
D’après les Douanes libanaises, la France était le 18ème client du Liban en 2015 et le 10ème hors pays du Moyen-Orient.

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB :

  • agriculture : 5 %
  • industrie : 20 %
  • services : 75 %

Exportations de la France vers le Liban : 886 millions d’euros d’exportations en 2016
Importations françaises depuis le Liban : 48 millions d’euros d’importations en 2016
Balance commerciale de la France avec le Liban : +838 millions d’euros en 2016

http://www.tresor.economie.gouv.fr/pays/liban

Présence française

Site internet de l’ambassade : https://lb.ambafrance.org/
Consulat général de France : Beyrouth
Institut français : Beyrouth ; antennes à Tripoli, Zahlé, Baalbek, Jounié, Deir el Qamar, Saïda, Tyr et Nabatiyeh
Lycées français : 6 lycées (Beyrouth, Tripoli) conventionnés par l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE) et 34 établissements homologués par l’AEFE
Communauté française au Liban : environ 23 000 (22 525 immatriculés au 31 décembre 2013)
Communauté libanaise en France : environ 210 000

Eléments d’actualité

Politique intérieure

Le Liban est une République parlementaire. Le Président de la République est chrétien maronite, le Président du Conseil des Ministres est sunnite et le Président du Parlement chiite. Le système législatif libanais est unicaméral. L’Assemblée nationale comprend 128 députés élus pour quatre ans. Les sièges sont répartis à parité sur une base confessionnelle (64 chrétiens, 64 musulmans).

La scène politique libanaise comprend :

  • les partis du « 8 mars », favorables au régime syrien, dont le Hezbollah et Amal (chiites) et le Courant Patriotique Libre du président Aoun (chrétien) ;
  • les partis du « 14 mars », opposés à ce régime, dont le Courant du Futur du président du Conseil Saad Hariri (sunnite), les Forces libanaises et les Kataëb (chrétiens) ;
  • un pôle « centriste », comprenant notamment le chef druze Walid Joumblatt et l’ancien président Michel Sleiman.

De 25 mai 2014 (fin du mandat de Michel Sleiman) au 31 octobre 2016 (élection de Michel Aoun) le Liban a connu une période de vacance présidentielle. Durant plus de deux ans, les pouvoirs du président ont été transférés au gouvernement d’entente nationale de Tammam Salam. Le Parlement ne s’est réuni qu’une fois en 2016 et a vu son mandat prolongé, par deux fois, depuis 2016.

Le 18 décembre 2016, un nouveau gouvernement a été formé par le Premier ministre Saad Hariri. Le 16 juin 2017, le Parlement a adopté une nouvelle loi électorale. Des élections législatives sont prévues en mai 2018

Situation économique

La croissance en 2016 pourrait être comprise entre 2% et 2,5%. La situation des secteurs qui étaient en situation difficile depuis 2011, notamment, le tourisme et l’immobilier, s’est améliorée en 2016. L’activité bancaire a progressé été un peu plus dynamique qu’en 2016.

En termes budgétaires, le déficit public approche les 8% du PIB et la dette publique est de 143,8 % fin 2016.

Des sanctions américaines ciblent le Hezbollah (loi HIFPA, Hezbollah International Financing Prevention Act).

Politique étrangère

La politique extérieure du Liban tient compte de l’évolution des équilibres régionaux et des crises qui secouent ses voisins immédiats, et ce en dépit de la fin de la tutelle syrienne en 2005.
Le Liban est toujours formellement en guerre avec Israël et aucun cessez-le-feu permanent n’a été conclu entre les deux pays qui ont toutefois cessé leurs hostilités, en application de la résolution du conseil de sécurité des Nations unies 1701 d’août 2006.

Le Liban soutient un Etat palestinien indépendant avec Jérusalem pour capitale et demande un retour des réfugiés palestiniens du Liban (465 000 selon l’UNRWA).

Le Liban est un membre assidu et actif de la Francophonie multilatérale dont le président Charles Hélou a été l’un des pionniers. Le président Michel Sleiman a lui-même signé le pacte linguistique associant le Liban à l’organisation internationale de la Francophonie lors du sommet de Montreux (octobre 2010).

Mise à jour : 22.09.17

PLAN DU SITE