Accès rapide :

Résolution 1757 : établissement du tribunal à caractère international pour le Liban (30 mai 2007)

La décision prise le 30 mai 2007 d’établir le Tribunal, qui est maintenant légalement créé, entrera en vigueur au plus tard le 10 juin.

La mise en place effective du Tribunal, qui suppose le règlement d’un certain nombre de questions pratiques, se fera en concertation entre le secrétaire général des Nations unies et les autorités libanaises.

D’ici là, il importe que la commission d’enquête poursuive son travail et que, le jour où elle rendra ses conclusions, le Tribunal soit en place afin d’assurer la continuité.

- Voir aussi sur le site de l’ONU

- Déclaration de M. Nicolas Sarkozy, Président de la République, sur le Liban à l’occasion de l’adoption de la résolution 1757 du Conseil de sécurité des Nations Unies.(31 mai 2007)

"Je me félicite de l’adoption hier de la résolution 1757 du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui établit un tribunal à caractère international pour le Liban. C’est une
décision importante pour le Liban et pour tous les Libanais. Ce n’est pas une victoire d’un camp contre un autre, mais celle de la justice contre l’impunité.

L’établissement du Tribunal marque le début d’un processus qui permettra à tous les Libanais de retrouver le chemin de la réconciliation et de l’unité. Qu’ils sachent qu’ils
pourront toujours compter sur la France, qui continuera à s’engager dans la durée en faveur du Liban.

Le Parlement libanais peut encore ratifier cette décision. Les Libanais ont tous demandé la vérité et la justice pour que les crimes passés ne restent pas impunis. "

- Déclaration de M. Bernard Kouchner (31 mai 2007)

"Je me réjouis de l’adoption, ce jour, par le Conseil de sécurité des Nations unies, de la résolution 1757 sur l’établissement du tribunal à caractère international pour le Liban. Comme l’avait demandé le gouvernement libanais, le Conseil a su prendre ses responsabilités devant l’impasse institutionnelle dans laquelle se trouvait le Liban, impasse confirmée par le gouvernement libanais et par le Secrétaire général des Nations unies.

Cela marque la volonté de la communauté internationale de renforcer la stabilité du Liban.

Enfin, la Commission d’enquête sur l’assassinat de Rafic Hariri peut désormais continuer sereinement son travail. Nous savons que le tribunal prendra la relève et que les responsables seront jugés. Comme le veulent tous les Libanais, de tout bord et de toute confession, il n’y aura pas d’impunité.

L’un des principaux obstacles étant ainsi levé, nous formons le vœu que soit relancé le dialogue national libanais le plus large. Nous sommes prêts à contribuer, notamment dans la perspective des prochaines échéances électorales."

Pour en savoir plus

- résolution 1757

- Déclaration de M. Jean-Marc de la Sablière, Ambassadeur, Représentant permanent de la France auprès des Nations unies (30 mai 2007) (en anglais)

- Interview à RFI et France info de M. Jean-Marc de la Sablière, Ambassadeur, représentant permanent de la France auprès des Nations unies, le 30 mai 2007


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014