Accès rapide :

La France et le Koweït

Brève

Koweït – Attentat contre une mosquée (26 juin 2015)

La France condamne l’attentat contre la mosquée Al Iman Al Sadeq de Koweït, qui a coûté la vie à 25 personnes.

» Lire la suite ...

Présentation

Relations politiques

La relation bilatérale est ancienne et confiante. Les Etats-Unis demeurent la clé de voûte du système de sécurité du Koweït, plus de 20.000 soldats américains sont présents sur son sol. Pour autant, le Koweït est preneur de relations diversifiées, notamment avec les autres membres permanents du Conseil de sécurité et avec les puissances émergentes.

La mémoire reste vive de la participation de la France à la libération duKoweït (1991) et sa fermeté sur l’application, par l’Irak, des résolutions de l’ONU concernant le Koweït (reconnaissance de la frontière, paiement d’indemnités, restitution d’archives et de restes de soldats koweitiens) est appréciée.

Visites

Visites koweitiennes en France

  • Ministre de la Défense, Cheikh Jaber Al Sabah, mars 2009.
  • Ministre de la Défense, Cheikh Jaber Al Sabah, octobre 2009.
  • Ministre de la Défense, Cheikh Jaber Al Sabah, décembre 2009.
  • Premier Ministre, Cheikh Nasser Al Sabah, avril 2010.
  • Ministre des Affaires étrangères, Cheikh Mohammed Al Sabah, septembre 2011.
  • Premier Ministre, Cheikh Jaber Al Sabah, septembre 2012.
  • Ministre des Communications et des transports, M. Mutiab Ahmad Al Ozeina, novembre 2012.
  • Ministre de l’Education et de l’enseignement supérieur, Dr. N. Falah Al Hajraf, novembre 2013.
  • Ministre des Affaires étrangères, Cheikh Sabah Khaled Al Sabah, janvier 2014.
  • Président de l’Assemblée nationale du Koweït, M. Marzouk Ali Al Ghanim, janvier 2014.
  • Directeur Général de Kuwait Investment Authority (KIA), M. Bader M. Al Saad, février 2014.
  • Ministre des finances, M. Anas Khalid Al Saleh, février 2014.
  • Ministre des Affaires étrangères, Cheikh Sabah Khaled Al Sabah, septembre 2014.

Visites françaises au Koweit

  • Président de la République, N. Sarkozy, février 2009.
  • Ministre des Affaires étrangères et européennes, M. Alliot-Marie, février 2011.
  • Ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et européennes, A. Juppé, novembre 2011.
  • Ministre de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie numérique, E. Besson, mars 2012.
  • Ministre du Commerce extérieur, N. Bricq, mars 2013.
  • Chef d’Etat-major des armées, Amiral Guillaud, avril 2013.
  • Ministre délégué à la Mémoire et aux Anciens combattants, K. Arif, mai 2014.

Relations économiques

Après deux très bonnes années (1Md € en 2012 et 1,8 Md € en 2013 soit + 87% sur un an), la valeur globale de nos échanges commerciaux est en diminution pour 2014.

Après les dix premiers mois de 2014, les exportations françaises s’élèvent à 341M€ et se sont principalement réparties entre les équipements mécaniques et électriques (23% à 74M€), les produits métallurgiques et métalliques (21% à 71M€), les parfums et cosmétiques (13% à 43M€), les textiles (12% à 42M€) et les produits agroalimentaires (11% à 40M€). Un montant en baisse de 40% par rapport aux dix premiers mois de l’année 2013 (572M€). Avec des importations (pour plus de 95%, des produits pétroliers raffinés) qui s’élèvent à 691M€ pour les dix premiers mois de 2014 (soit -14,6% par rapport aux dix premiers mois de 2013 806 M€), le solde bilatéral est largement déficitaire de près de 350M€ (contre 234M€ en 2013).

Le Koweït demeure malgré tout au 3ème rang des partenaires commerciaux de la France au sein du CCEAG, derrière l’Arabie saoudite et les EAU.

Les produits français jouissent par ailleurs d’une bonne image, tant pour le commerce courant (biens de consommation, produits de luxe, agroalimentaire, équipements pour l’industrie), que pour les grands contrats (amont et aval pétrolier, électricité et eau, environnement, infrastructures et ouvrages d’art, aéronautique, etc.). Une vingtaine de filiales françaises sont installées dans le pays et une centaine d’autres sont présentes sous la forme de franchises. Le stock d’IDE français au Koweït se situe aux environs de 80 M€.

Le Koweït souhaite mettre en œuvre de grands projets structurants inscrits au deuxième plan de développement 2015-2019 de 165 Mds $ (métro, rail, routes, aéroport, usine de dessalement, production électrique, hôpitaux, villes nouvelles etc.), qui n’a pas été remis en cause par les autorités, malgré la chute du prix du pétrole. La conclusion récente de contrats majeurs pour nos industries, à l’instar d’Airbus (4,5 Mds $), est un signal prometteur.

En février 2014, la tenue de la commission mixte économique a renforcé la relation bilatérale économique entre les deux pays en identifiant des projets d’intérêt commun dans plusieurs secteurs : la santé, avec l’établissement du premier centre de cancérologie français au Koweït (projet privé de l’Institut Gustave Roussy) ; les transports et infrastructures, avec le projet de métro et la mise en place de l’autorité de régulation des transports ; l’agro-alimentaire, avec la mise en place d’une coopération notamment dans le secteur élevage et laitier. Le ministre des Finances koweïtien et le DG de la Kuwait Investment Authority (KIA, fonds souverain koweïtien) ont été reçus par le Premier Ministre, par le Ministre des Affaires étrangères et le ministre du Redressement productif à Bercy. La KIA a été conviée au Conseil stratégique de l’attractivité réuni par le Président de la République en vue d’encourager les investissements publics koweïtiens en France (environ 19,7 Mrds USD).

Coopération culturelle, scientifique et technique

La coopération franco-koweitienne s’inscrit dans le cadre d’un accord de coopération culturelle, scientifique et technique reposant sur un accord bilatéral signé à Paris le 18 septembre 1969, complété par un accord de coopération archéologique signé le 1er mars 1983, ainsi que sur le Protocole de coopération dans le domaine de la santé, signé en 2006. Le Koweït fait partie, au même titre que l’Arabie saoudite, le Bahreïn, les Emirats arabe unis, le Qatar et Oman, des pays bénéficiant de conditions dérogatoires pour la formation en France de ses médecins spécialistes.

La France occupe au Koweït une place originale et ses positions sont très appréciées par ses partenaires, notamment au regard de nos efforts pour la formation des élites, la promotion de la diversité culturelle, du débat d’idées et du dialogue entre les cultures. Notre pays, qui représente une ouverture vers l’Europe, jouit dans ce pays au plan culturel, éducatif et universitaire d’une image positive.

Le lycée français de Koweït est homologué par l’AEFE. Il possède un statut particulier dans la mesure où il appartient à un propriétaire privé koweitien. Il a accueilli à la rentrée 2013 une hausse de 6% de ses effectifs, soient 1354 élèves dont 15% de français, 12 % de nationaux et 73% d’étrangers tiers. 50% des élèves koweitiens poursuivent des études supérieures en France. Le bac français est par ailleurs reconnu par les universités koweitiennes. L’Institut français au Koweït réunit l’ensemble du réseau culturel : le SCAC, l’Institut Voltaire qui est un centre de langue de droit privé local soutenu par l’ambassade et accueillant près de 1 200 élèves et le Cercle francophone de Koweït (disposant de plus de 20 000 ouvrages).

La coopération universitaire franco-koweitienne se développe dans un contexte de prédominance du modèle anglo-saxon. Les filières d’enseignement scientifique, en particulier les écoles d’ingénieurs et de commerce, constituent les centres d’intérêts principaux des étudiants koweitiens. Une centaine d’étudiants sont inscrits au sein des établissements français d’enseignement supérieur, plaçant la France au 10ème rang des pays d’accueil des étudiants koweitiens. La répartition s’effectue comme suit : 42% en licence, 34% en master, 24% en doctorat. 57% en langues, lettres et sciences du langage. En outre, la création d’un département de langue française à l’université de Koweït, inscrit durablement la langue française dans le cursus universitaire du pays. Le premier stagiaire de l’ENM a été accueilli à Koweït en février 2014. Dans le cadre d’un accord entre l’ENA et la Commission civile koweïtienne, l’ENA intervient depuis deux ans au Koweït en formations courtes et thématiques. Deux délégations de hauts fonctionnaires koweïtiens ont effectué une formation à Paris au printemps 2014.

S’agissant de la formation médicale, un accord, signé en 2006, permet la spécialisation en France d’un contingent de dix médecins Koweitiens par an, dans des conditions identiques à celles des internes français.

Plusieurs organismes français, tels le Bureau de recherches géologiques et minières, l’Institut Français du Pétrole ou l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer, développent des actions de coopération en partenariat avec le Kuwait Institute for Scientific Research (KISR), présidé par le ministre de l’éducation et de l’enseignement supérieur.

La France mène des activités dans le domaine de l’archéologie depuis 1983. Les programmes de fouilles se concentrent sur l’île de Failaka qui comprend une forteresse hellénistique et une église paléochrétienne. A l’heure actuelle, l’équipe d’experts français est la plus importante des équipes étrangères présentes au Koweït. A noter que cette équipe bénéficie d’un montage intéressant, associant l’IFPO (Institut français du Proche-Orient), le Conseil national de la culture koweïtien et TOTAL (qui finance à hauteur de 20.000€ les déplacements de chercheurs). En 2015 est prévu la réalisation du premier documentaire franco-koweïtien mettant en valeur le patrimoine historique du Koweït (Faïlaka).

Mise à jour : 12.01.15

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2015