Présentation

Relations politiques

  • Rencontres des chefs d’Etat : Sommet UE-Afrique en avril 2014, visite officielle du Président Kenyatta à Paris (avril 2016) ;
  • Visites au Kenya : Ministre du Commerce extérieur (2012) ; Secrétaire d’Etat au développement et à la Francophonie (avril 2015) ; Secrétaire d’Etat au commerce extérieur (juin 2015), Ministre de l’Environnement (avril 2016), Ministre des affaires étrangères (août 2016) ;
  • Déplacements en France d’une vingtaine de ministres kenyans entre 2003 et 2011 dont : Ministre de la Justice (2012) ; Ministre du Tourisme (2012) ; Ministre de la Défense à l’occasion du Sommet de l’Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique (décembre 2013) ; Ministre des Affaires étrangères (novembre 2014-2016).

Relations économiques

La relation économique bilatérale franco-kényane est modeste (part de marché française : 1,4%) mais dynamique :

  • le Kenya est le principal client de la France au sein de la Communauté d’Afrique de l’Est ;
  • les exportations françaises en direction du Kenya ont progressé depuis dix ans, passant de 144 M€ en moyenne sur la période 2006-2008 à 163 M€ en moyenne pour 2013-2015, soit une progression de 14%. Elles sont tirées par 4 secteurs principaux : les produits chimiques, les machines et équipements industriels, les produits agroalimentaires et les matériel de transport, qui représentent +/- 75% du total des exportations françaises en direction du Kenya ;
  • l’intérêt des entreprises françaises pour le Kenya comme destination d’investissements productifs est croissant. Le nombre d’entreprises françaises implantées a doublé en cinq ans (+/-70 en 2016). Le retour industriel de Peugeot en est le symbole, mais d’autres entreprises françaises ont franchi le pas au cours des cinq dernières années, telles que Schneider Electric, L’Oréal, Danone, Essilor, Bonduelle, OCEA, Vinci, Egis, Accor, Sodexho, ou envisagent de le faire comme Dassault Systèmes, Société Générale, ou encore Michelin.
  • Avec un stock d’IDE français représentant 10 % du stock total d’IDE au Kenya en 2015 (triplement en 10 ans), la France est le 4e investisseur au Kenya.

Coopération

La France n’est plus un donateur stricto sensu au Kenya (les interventions en dons représentant moins de 1% des engagements financiers français) mais elle joue un rôle de premier plan dans le financement de son développement en devenant le 2e bailleur bilatéral derrière la Chine. Le Kenya représente le premier pays d’Afrique subsaharienne en termes d’octroi de prêts souverains. Les engagements cumulés de l’AFD au Kenya s’élèvent à 1,5 Mds EUR depuis 1997. Ils se concentrent principalement sur les secteurs de l’énergie (50%), de l’eau et de l’assainissement, des transports et du développement urbain.

La coopération bilatérale est principalement centrée sur l’enseignement supérieur, priorité du gouvernement. Un accord de coopération scientifique a été signé en mai 2015 avec le ministère de l’éducation. Dans cet esprit, la coopération universitaire monte en puissance : journée du Kenya, organisée en mars 2016 dans les universités françaises ; tournées de promotion des grandes écoles françaises au Kenya (2014-2015, une quarantaine d’établissement visités, 3.000 étudiants sensibilisés), où les premières rencontres universitaires seront organisées en octobre 2016.

Le dynamisme de la coopération franco-kenyane se traduit également dans la promotion du français, première langue étrangère enseignée au Kenya : 400 professeurs, 31 000 apprenants (24 000 dans le secondaire, 7000 dans le supérieur). Le Kenya accueille un lycée français (650 étudiants de 53 nationalités), 22 centres de ressources pour le français et deux alliances françaises à Nairobi (3000 étudiants en français) et Mombasa.

Mise à jour : 06.06.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE