Accès rapide :

Présentation

Sur le plan politique, les relations franco-kazakhstanaises ont été initiées au lendemain de l’indépendance (établissement des relations diplomatiques le 25 janvier 1992). Le Président Mitterrand s’est rendu au Kazakhstan en septembre 1993.

Nos relations ont été dynamisées par la signature d’un traité de partenariat stratégique en juin 2008 et la création en 2010 d’une Commission présidentielle franco-kazakhstanaise, qui prend essentiellement la forme d’une rencontre annuelle des deux chefs de l’Etat, depuis la visite du Président Nazarbaïev à Paris en 2008. Les visites de haut niveau se sont ainsi multipliées : le Président de la République François Hollande a rencontré pour la 1ère fois son homologue kazakhstanais le 21 novembre 2012 à Paris, puis une seconde fois le 24 mars 2014 en marge du Sommet sur la Sécurité Nucléaire à La Haye, et s’est rendu en visite officielle à Astana et Almaty les 5 et 6 décembre 2014 ; le Premier ministre a reçu son homologue à Paris le 11 juin 2012, le 20 septembre 2013 et le 17 novembre 2014 ; le Ministre de la Défense s’est rendu au Kazakhstan les 15 et16 juillet 2012 et le Ministre des affaires étrangères a effectué le 1er mars 2013 une visite à Astana, où il a eu des consultations avec son homologue M. Idrissov et a été reçu par le Président Nazarbaïev ainsi que par le Premier ministre, Serik Akhmetov. La Ministre du Commerce extérieur s’est quant à elle rendue au Kazakhstan le 24 mai 2013, suivie par la Ministre déléguée en charge de la francophonie les 17 et 18 septembre 2013, puis par le Secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur, du Développement du tourisme et des Français de l’étranger les 16 et 17 octobre derniers. M. Idrissov a été reçu par M. Fabius le 10 juin 2014 à Paris.

Le partenariat stratégique entre la France et le Kazakhstan est d’ordre essentiellement économique : le pays est le premier partenaire commercial de la France en Asie centrale (volume des échanges commerciaux de 6 Md€ en 2014, dont 666 M€ d’exportations depuis la France). Avec 4,22 Md€ d’importations, la France est le cinquième client du Kazakhstan (6,4% de ses ventes). Nos entreprises y ont fait de nous le 3ème investisseur (11 Md€ de stock fin septembre 2014 – contre des investissements kazakhstanais en France de moins de 3 M USD à la même date). La Commission mixte de coopération économique d’une part et le Conseil des Affaires de l’autre, qui se réunissent chaque année, contribuent au développement de nos relations économiques.

Les deux pays ont signé en octobre 2009 un accord bilatéral sur le transit ferroviaire et aérien sans escale de nos matériels militaires de retour d’Afghanistan, complété en novembre 2012 par un protocole mettant à notre disposition l’aérodrome de Chymkent, dans le sud du Kazakhstan, comme plateforme aéro-ferroviaire pour faciliter le retrait de ces matériels. L’utilisation de cette voie est désormais terminée.

En 2008, la France, à l’image de ses partenaires européens, a transféré son ambassade, jusqu’alors sise à Almaty, dans la nouvelle capitale, Astana. En 2010, notre présence a été renforcée avec la transformation de notre bureau d’ambassade à Almaty en Consulat général.

Notre coopération scientifique, éducative et culturelle repose sur le Traité d’Amitié, d’Entente et de Coopération de septembre 1992 et l’Accord de coopération dans le domaine de la culture et des arts de septembre 1993.

Avec une enveloppe de 364.731 € en 2014 renouvelée au même niveau en 2015, le poste œuvre au renforcement du réseau culturel (Alliances françaises) et à la promotion du français afin de trouver des nouveaux publics, notamment par le biais de l’organisation de manifestations comme les journées culturelles « Rencontres d’automne » et la « Semaine de la Francophonie ». En 2013 et 2014 ont eu lieu les saisons culturelles croisées. La Saison française, organisée à l’automne 2013, a été un grand succès et a comporté des évènements de prestige : deux concerts de l’Orchestre National de Lille, représentations du Ballet Prejlocaj, exposition sur Napoléon et concert de Patricia Kaas. A l’automne 2014, la Saison kazakhstanaise a débuté avec une représentation du ballet d’Astana au palais des Congrès et s’est poursuivie par d’autres événements prestigieux : concert de l’opéra d’Astana au palais Bastille et présentation d’un village folklorique kazakhstanais sur la place du Palais royal.

La priorité accordée à la formation des élites s’appuie sur des partenariats (programme présidentiel de bourses Bolachak*, fondation Soros, entreprises françaises, universités kazakhstanaises). Un programme de formation des hauts fonctionnaires entre l’Académie de la Fonction Publique et l’ENA a abouti en 2011 à un mastère commun entre les deux établissements. Le projet d’ « Institut Sorbonne Kazakhstan » porté par Marek Halter depuis fin 2012 et concrétisé par la signature en septembre 2013 d’un mémorandum entre le PRES Sorbonne Paris Cité (SPC) et l’université nationale pédagogique Abaï d’Almaty, a abouti à la création de l’Institut Sorbonne Kazakhstan avec deux masters (relations internationales et conduite du changement). 50 étudiants y étudient depuis la rentrée 2014, bénéficiant de cours de français et d’une bourse du gouvernement kazakhstanais. Lors de la visite du Président de la République en décembre 2014, qui a solennellement inauguré l’Institut Sorbonne Kazakhstan, 21 accords entre établissements d’enseignement supérieur français et kazakhstanais ont également été signés.

Le soutien à la coopération décentralisée (relance des jumelages Almaty-Rennes ; rapprochements Oskemen-Lyon et Atyrau-Marseille ; action de Nice en matière de formation en hôtellerie-tourisme et de Cannes dans le domaine évènementiel) complète le dispositif français de coopération culturelle et technique.

*Créé en 1996 par le Président Nazarbaev, le programme « Bolachak » est un programme de bourses, géré par la Fondation Bolachak, qui permet aux étudiants les plus brillants du Kazakhstan de partir étudier à l’étranger, principalement en Amérique du Nord et en Europe. Chaque année, une quarantaine d’étudiants viennent ainsi étudier en France par le biais de ce programme. Ils suivent une formation de niveau licence (pour les disciplines non mises en place à l’Université Nazarbaïev), master ou doctorat dans diverses disciplines (éco-gestion, ingénierie, droit, communication, arts, agronomie).

Mise à jour : 10.06.15

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2015