Accès rapide :

Présentation de la Jordanie

Présentation

Données générales

Nom officiel : Royaume hachémite de Jordanie
Nature du régime : Monarchie parlementaire
Chef de l’Etat : Roi Abdallah II de Jordanie (depuis le 7 février 1999)

Données géographiques

Superficie : 92.300 km2
Capitale : Amman
Villes principales : Amman (2,5 M d’habitants) ; Irbid (1,1 M d’habitants) ; Zarka (900.000 habitants)
Décalage horaire avec Paris : + 1 heure
Langue officielle : Arabe
Langues courantes : Arabe, Anglais
Monnaie : Dinar jordanien (JD). Taux d’échange actuel : 1JD = 1.25 €
Fête nationale : 25 mai (Commémoration de la déclaration d’indépendance de 1946, au terme du mandat britannique)

Données démographiques disponibles à ce jour
(département jordanien des statistiques)

Population : : 9.531.000 (dont 6.613.000 Jordaniens) (2015)
Densité : 73,5 hab/km2
Indice de fécondité : 3,5 enfants par femme
Croissance démographique : 2,2 %
Espérance de vie : homme = 72,7 ans ; femme = 76,7 ans (2012)
Taux d’alphabétisation : 93,2%
Religions : Islam sunnite (92%), Chrétiens (6%), autres (2% : Druzes, Chiites)
Indice de développement humain (PNUD) : 0,748 (80ème mondial)

Données économiques disponibles à ce jour
(mission économique de l’ambassade de France en Jordanie)

PIB : 37,62 milliards $ (2015)
PIB par habitant : 5516 $ (2015)

Taux de croissance : 2,5% (2015)
Taux de chômage (au sens du BIT) : 13 % (2015)
Taux d’inflation : -0,9% (2015)

Solde budgétaire : - 3,4% (2015)
Solde commercial : - 40% du PIB

Principaux clients : Etats-Unis, Irak, Arabie Saoudite, Syrie
Principaux fournisseurs : Arabie Saoudite, Chine, Etats-Unis, Allemagne, Italie

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB :

  • agriculture : 3,1 %
  • industrie : 29,9 %
  • services : 67 %

Commerce bilatéral (2015)
Exportations de la France vers la Jordanie : 311 M€
Importations françaises depuis la Jordanie : 22 M€

Pour plus de détails, voir : http://www.tresor.economie.gouv.fr/se/Jordanie

Section consulaire de l’ambassade de France à Amman
Communauté française en Jordanie (septembre 2015) : 2212 immatriculés
Communauté jordanienne en France (juin 2015) : 320 immatriculés

Politique intérieure

La Jordanie, par ses choix politiques et économiques, se veut un exemple de modération et de modernité au Proche-Orient. Dans un environnement régional marqué par les crises, elle s’efforce de préserver sa stabilité et son identité. Sa population est pour moitié transjordanienne et pour moitié d’origine palestinienne. Le HCR recense deux millions de réfugiés palestiniens enregistrés dont 17% vivent encore dans dix camps répartis sur le territoire. La communauté irakienne est également nombreuse (450.000 selon les autorités dont 48.000 réfugiés selon le HCR) tandis que le nombre de réfugiés syriens est lui aussi significatif important (656.000 selon le HCR).

Sur la question des réfugiés irakiens, syriens et palestiniens en Jordanie :

Marquée par le printemps arabe, la Jordanie a connu à partir de janvier 2011 une contestation politique et sociale d’amplitude moyenne. Celle-ci s’est exprimée de manière globalement pacifique mais a pu donner lieu à des heurts ponctuels et localisés. Les manifestants ont exprimés des revendications d’ordre économique et politique.

Marquée par les printemps arabes, la Jordanie a connu à partir de janvier 2011 une contestation politique et sociale modérée. Celle-ci s’est exprimée de manière globalement pacifique mais a pu donner lieu à des heurts ponctuels et localisés. Les manifestants ont exprimés des revendications d’ordre économique et politique.

D’une part, les classes modestes et moyennes réclamaient plus de justice sociale et une lutte plus efficace contre la corruption. D’autre part, plusieurs partis politiques, réunis sous la bannière du Front national pour la réforme, appelaient à des réformes institutionnelles, notamment la modification de la loi et du découpage électoraux et la désignation du Premier ministre par la Chambre des députés.

Dans ce contexte, le gouvernement a lancé une réforme constitutionnelle en septembre 2011, afin d’étendre les prérogatives de l’autorité judiciaire, renforcer les pouvoirs du parlement et créer une cour constitutionnelle. La loi électorale a également été modifiée en juillet 2012 et en mars 2016. Des élections législatives se sont déroulées le 23 janvier 2013 et leur déroulement a été qualifié de « globalement transparent » par la mission d’observation électorale de l’Union européenne. Les prochaines élections législatives sont prévues pour le 20 septembre 2016. Le Premier ministre Hani al Mulki a été nommé le 29 mai 2015, succédant à Abdallah En-Nsour, qui était à la tête du gouvernement depuis le 10 octobre 2012.

Accéder à la Constitution du Royaume Hachémite de Jordanie.

Situation économique

La Jordanie dispose de ressources énergétiques très limitées, ce qui l’oblige à importer une grande part de ses besoins et ce qui rend son économie vulnérable. Elle a engagé une démarche de diversification de ses sources d’approvisionnement et de développement de sa production d’énergies renouvelables (éolien et solaire). La rareté de ses ressources hydriques est également une difficulté à laquelle elle doit faire face.

L’économie jordanienne a subi de plein fouet l’impact combiné de la crise financière internationale, du printemps arabe et de la crise en Syrie sur son commerce extérieur et sur les flux touristiques. Son taux de croissance, après avoir oscillé autour de 8% entre 2004 et 2008, s’est stabilisé à un niveau plus modeste (estimé à +2,5% en 2015), équivalent à celui de la population (+2,2%). Le taux de chômage était de 13% en 2015.

La situation budgétaire jordanienne est marquée par un endettement important qui a atteint 91,7% du PIB en 2015. Le royaume reçoit un soutien budgétaire important de la part de ses principaux partenaires (FMI, Banque mondiale, Etats-Unis, pays du Golfe, UE, Japon, France). Suite à l’octroi par le FMI le 3 août 2012 d’une ligne de crédit de 2 Mds$ sur trois ans, la Jordanie s’est engagée dans une démarche de réforme structurelle de son économie et de ses finances publiques : baisse et meilleur ciblage des subventions (énergie notamment), réformes fiscales, formation professionnelle. Le FMI devrait accorder fin août un nouveau prêt de 950 M$ à la Jordanie pour la période 2016-2021

L’afflux massif de près de 650.000 réfugiés syriens pèse également sur les infrastructures (éducation, santé notamment) et les ressources du pays (eau, énergie), ainsi que sur la situation de l’emploi et le marché immobilier.

Politique extérieure

L’alliance avec les Etats-Unis est la priorité de la diplomatie jordanienne. Les Etats-Unis fournissent à la Jordanie une aide militaire et économique importante. Un accord de libre échange a été signé en 2001 (le premier entre Washington et un pays arabe) et les Etats-Unis sont le 6ème fournisseur et le 1er client de la Jordanie.

Second pays arabe, après l’Egypte, à avoir signé un accord de paix avec Israël (1994), la Jordanie est mobilisée en faveur d’une relance des négociations de paix israélo-palestiniennes. Le Roi de Jordanie rappelle régulièrement l’urgence de mettre en œuvre une solution prévoyant la création d’un Etat palestinien sur la base de l’initiative arabe de paix. Le Royaume a nommé le 28 septembre 2012 un nouvel ambassadeur à Tel-Aviv.

La relation avec les pays du Golfe se développe, notamment avec le Koweït (premier investisseur étranger en Jordanie), les Emirats arabes unis et l’Arabie Saoudite, qui est l’autre grand partenaire économique. La relation avec le Conseil de coopération des Etats Arabes du Golfe fait l’objet d’un partenariat renforcé dont les projets de coopération s’appuient sur une enveloppe de 5 milliards de dolalrs d’aides-projets sur 2012-2016.

La Jordanie subit de plein fouet l’impact de la crise syrienne. Alors qu’elle fait face à une menace sécuritaire due aux combats qui font rage de l’autre côté de sa frontière nord, elle a accueilli un flux important de réfugiés syriens (650.000 inscrits au HCR ; plus de 1.200.000 selon les autorités en incluant les Syriens déjà présents en Jordanie avant le conflit). Le camp de Zaatari, situé près de la frontière syrienne, compterait près de 80.000 résidents.

La Jordanie est très préoccupée par les conséquences des crises régionales sur sa propre stabilité. Membre du core group des Amis du peuple syrien, la Jordanie est mobilisée en faveur d’un règlement politique du conflit syrien. Elle a apporté son appui au nouveau gouvernement irakien avec l’espoir que celui-ci conduira un processus politique impliquant toutes les composantes du peuple irakien. Elle s’est associée à la Coalition internationale visant à soutenir l’Etat irakien dans sa lutte contre l’organisation terroriste Daech. Dans ce cadre, elle a participé à des frappes aériennes conduites contre cette organisation terroriste depuis le 23 septembre 2014 en Syrie.

Mise à jour : 22.08.16

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016