Relations bilatérales

À la Une

Relations politiques

Relations politiques

La France a établi une relation bilatérale solide avec Israël, marquée par un soutien constant à l’existence de cet Etat.

La France a été l’un des premiers pays à établir des relations diplomatiques avec Israël, le 11 mai 1949. La France a ensuite activement contribué à consolider le jeune Etat en participant à son effort de défense. Cet engagement s’est traduit notamment par l’intervention française lors de la crise de Suez en 1956. La France adopte une position de neutralité dans la guerre des Six Jours en 1967 (appel à la modération des deux parties, embargo sur les livraisons d’armes à destination de la région avant le déclenchement des hostilités). La résolution 242 des Nations unies, adoptée à l’unanimité des membres du conseil de sécurité dont la France, appelle Israël à se retirer « des territoires occupés lors du récent conflit ». La politique française se caractérise depuis lors par une volonté d’équilibre entre son soutien à l’Etat d’Israël, dont le droit à l’existence et à la sécurité ne sauraient être remis en cause, et sa condamnation de la politique de colonisation dans les territoires occupés, qui est contraire au droit international et met en danger la solution des deux Etats.

Les relations bilatérales se développent aujourd’hui rapidement au niveau culturel, scientifique, économique et touristique, tout en prenant de l’ampleur dans le domaine politique. Les visites bilatérales au niveau ministériel sont fréquentes et régulières. Un dialogue stratégique annuel a été institué en 2009 entre le secrétaire général du ministère des affaires étrangères et son homologue israélien.

Les relations franco-israéliennes se nourrissent de la présence en France de la première communauté juive d’Europe et d’une importante communauté française en Israël (150 000 personnes). La France est attachée au rôle de la communauté juive française, qui est un des piliers de la diversité de la société française, et à l’action des Français en Israël comme vecteurs de la francophonie et de ses valeurs.

Le président de la République a effectué une visite d’Etat en Israël et une visite officielle dans les Territoires palestiniens du 17 au 19 novembre 2013, accompagné d’une importante délégation composée notamment de six ministres. Au-delà des messages sur le processus de paix, cette visite a été l’occasion d’adopter une déclaration conjointe prévoyant notamment la tenue d’une saison culturelle croisée France-Israël en 2018.

Le Premier ministre s’est rendu en visite officielle en Israël en mai 2016.

Visites

Dernières visites d’Etat

  • M. François Hollande, en Israël, du 17 au 19 novembre 2013
  • M. Nicolas Sarkozy, en Israël, du 22 au 24 juin 2008
  • M. Shimon Pérès, en France, du 10 au 14 mars 2008

Dernières visites en France

  • M. Yisrael Katz, ministre des transports et de la sécurité routière, ministre en charge des services de renseignement et du comité pour l’énergie atomique, du 26 au 30 janvier 2017
  • M. Shimon Peres, ancien président de la république, le 25 mars 2016
  • M. Arye Deri, ministre de l’intérieur, du développement de la périphérie, du Neguev et de Galilée, le 11 février 2016
  • Mme Tsipi Hotovely, vice-ministre des affaires étrangères, 16 au 17 décembre 2015
  • M. Youval Steinitz, ministre des affaires stratégiques et du renseignement, chargé des relations internationales, le 23 mars 2015
  • M. Silvan Shalom, ministre de l’énergie, de l’eau, de la coopération régionale, du développement du Néguev et de la Galilée, du 5 au 9 février 2015

Dernières visites en Israël

  • Mme Juliette Méadel, secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre, chargée de l’aide aux victimes, du 2 au 3 mars 2017, en Israël et dans les Territoires palestiniens
  • M. Gérard Larcher, président du Sénat, du 2 au 5 janvier 2017, en Israël et dans les Territoires palestiniens
  • M. François Hollande, du 29 au 30 septembre 2016, pour les obsèques de M. Shimon Peres
  • Mme Axelle Lemaire, secrétaire d’Etat au numérique et à l’innovation, du 25 au 27 septembre 2016
  • Mme Marisol Touraine, ministre des affaires sociales et de la santé, du 31 mars au 3 avril 2016, en Israël et dans les Territoires palestiniens
  • M. Manuel Valls, du 21 au 22 mai 2016, qui a rencontré le Premier ministre B. Netanyahou, le président de la République Reuven Rivlin, le chef de l’opposition Yithzak Herzog et l’ancien président Shimon Peres, s’est rendu sur des lieux de mémoire et a rencontré la communauté économique et culturelle ainsi que les étudiants de l’université de Tel Aviv.
  • M. Jean-Marc Ayrault, le 15 mai 2016, pour présenter l’initiative française de paix à MM Netanyahou et Abbas.
  • M. Emmanuel Macron, les 7 et 8 septembre 2015, dans les Territoires palestiniens et en Israël où il a participé festival de l’innovation DLD à Tel-Aviv.
  • M. Laurent Fabius, le 21 juin 2015, qui a rencontré le Premier ministre B. Netanyahou.
  • Mme Ségolène Royal, le 13 janvier 2015, pour la cérémonie d’hommage aux victimes de l’attentat de l’Hyper Cacher de Vincennes

Relations économiques

En 2016, les exportations françaises de biens vers Israël ont atteint 1,35 milliards d’euros (+ 1% par rapport à 2015). Les principaux postes d’exportations françaises (hors diamants) sont les avions et les véhicules automobiles, les produits pharmaceutiques, les produits chimiques et industriels.

En 2015, troisième fournisseur européen derrière l’Allemagne (7,3%) et l’Italie (5,6%), la France se classait au même rang que le Royaume-Uni (2,7%) et devant l’Espagne, les Pays-Bas, et la Belgique (tous avec 2,2%).

Nos importations en 2016 ont légèrement baissé (1,25 milliards d’euros, -2,5% par rapport à 2015), le solde passant de ce fait d’un excédent de 57 millions d’euros à 102 millions d’euros

En 2015, Israël était le 48ème client et le 47ème fournisseur mondial de la France (8ème client et 5ème fournisseur à l’échelle de la région Afrique du Nord – Moyen Orient).

La présence française en Israël s’est sensiblement développée depuis le début des années 2000. Une cinquantaine de filiales d’entreprises françaises sont implantées en Israël et emploie plus de 6 000 personnes dans les principaux secteurs d’activité (énergie, biens de consommation, tourisme, services, infrastructures, santé, transport, télécommunications, électronique.

Selon les données de la Banque de France, le stock d’investissements directs à l’étranger (IDE) français dans le pays fin 2015 a été multiplié par presque quatre depuis 2006 et atteint désormais 2,73 milliards d’euros, un niveau équivalent à environ 30% des IDE français au Proche et Moyen Orient (hors Turquie et Egypte). Cette progression s’observe également au cours de la période la plus récente : le flux d’IDE français s’établissait à 58 millions d’euros en 2015 (un niveau équivalent à 0,2 % des flux d’IDE français dans le monde), presque un quart du flux d’IDE français en 2013 (270 millions d’euros, soit 3,6% des IDE français)

Israël est l’une des économies les plus dynamiques du monde en matière de recherche et développement – R&D (plus de 4 % du PIB y sont consacrés, sans compter les dépenses de R&D dans le domaine militaire). Les échanges dans les domaines liés à l’innovation sont en forte progression (présence israélienne aux journées de l’innovation franco-israélienne s’est tenue à Paris le 6 avril 2016 et Vivatechnology en juin 2016, présence française aux dernières éditions du DLD Tel Aviv Innovation Festival.

La France figure parmi les 5 premières destinations préférées des touristes israéliens avec les Etats-Unis, la Grèce, l’Italie et le Royaume-Uni.

Coopération culturelle, scientifique et technique

http://institutfrancais-israel.com/
https://il.ambafrance.org/-Cooperation-scientifique-

La coopération culturelle, scientifique et technique est fondée sur un accord bilatéral datant de 1959. Les moyens dont dispose le poste à cette fin sont substantiels (1,634 millions d’euros en 2017).

Le dispositif qui met en œuvre cette coopération est notamment constitué, côté français, de l’Institut français d’Israël, basé à Tel-Aviv et qui compte deux antennes à Haïfa et Nazareth, du centre de recherche français à Jérusalem (CRFJ – archéologie et SHS) et de quatre établissements scolaires de l’agence pour l’enseignement français à l’étranger – AEFE (un conventionné et trois partenaires).

La France occupe la position de 5ème partenaire de coopération d’Israël en matière de recherche scientifique et technologique. Cette coopération est fondée sur des partenariats universitaires (laboratoire commun de l’INSERM-Nice et de l’Institut Technion d’Haïfa notamment) et des échanges de jeunes chercheurs. La cohérence de cette coopération est assurée, depuis 2003, par un haut conseil pour la recherche et la coopération scientifique et technologique.

La France travaille aussi, dans le cadre de l’accord de 1959, au retour d’une francophonie vivante, alors que la communauté francophone d’Israël est estimée à plus de 500 000 personnes, et au rapprochement des sociétés civiles, à travers une programmation culturelle et une politique de communication denses.
La saison croisée France-Israël en 2018 fera appel à l’ensemble des volets de coopération entre la France et Israël.

Autres types de coopération

D’autres secteurs de coopération se sont développés depuis 2006 : le développement durable, avec notamment la coopération en matière de gestion des ressources en eau ; la lutte contre la criminalité organisée et le terrorisme ; les télécommunications ; les transports.

A ces actions étatiques ou privées s’ajoutent enfin les manifestations mises en œuvre, depuis novembre 2006, par la fondation France-Israël, et celles initiées dans le cadre de la coopération décentralisée, la France se positionnant sur ce dernier terrain au 2ème rang mondial derrière l’Allemagne, avec 68 partenariats entre collectivités locales et territoriales.

Mise à jour : 30.05.17

PLAN DU SITE