Accès rapide :

La Conférence internationale des donateurs pour l’Etat palestinien : un an après (17 décembre 2008)

Le 17 décembre 2007, la France a organisé à Paris la « Conférence internationale des donateurs pour l’Etat palestinien ». Nous avions choisi ce titre parce qu’il fixait dès le départ l’objectif à atteindre en parallèle aux négociations de paix relancées par la conférence d’Annapolis : l’édification d’un Etat palestinien viable et moderne.

A Paris, les délégations de 87 pays et organisations, dont Israël, ont soutenu le plan de réformes et de développement palestinien élaboré par le Premier ministre Salam Fayyad et se sont engagées à verser à l’Autorité palestinienne 7,7 milliards de dollars pour la période 2008-2010.

Au 17 décembre 2008, près de 1,7 milliard d’aide budgétaire ont été versés à l’Autorité palestinienne, soit davantage que les engagements pris pour la première année (1,1 Md). L’aide projet est de l’ordre de 600 à 700 millions de dollars et l’aide humanitaire se situe aux environs de 700 à 800 millions, ce qui conduit à un montant déjà versé proche de 3 milliards.

De tels versements supérieurs aux promesses sont le signe concret d’un engagement exceptionnel de la communauté internationale. Ils s’expliquent par la mobilisation de l’Autorité palestinienne, par le rôle du mécanisme de suivi politique présidé par Bernard Kouchner et mis en place avec Tony Blair, Jonas Stoere et Benita Ferrero Waldner, et par l’implication de l’Union européenne et de la France. La reprise des négociations israélo-palestiniennes sur le statut final, grâce à l’impulsion donnée par la Conférence d’Annapolis, a permis enfin de créer un contexte favorable.

Grâce à cette aide, l’Autorité palestinienne a réformé et modernisé ses finances publiques et ses services de sécurité, avec des résultats qui ont été salués par les membres du Quartet. Parallèlement, 1170 petits projets sont mis en œuvre en Cisjordanie et à Gaza pour améliorer la vie quotidienne des Palestiniens. 40% des sommes collectées servent à soutenir, notamment via le paiement de quelque 70 000 fonctionnaires, la bande de Gaza confrontée à une grave crise économique et humanitaire en raison du blocus israélien.

En 2009, la France poursuivra ses efforts de suivi en travaillant sur deux priorités :

- convaincre Israël de participer de manière beaucoup plus active à un renforcement des institutions de l’Autorité palestinienne et à l’amélioration de l’économie, de la vie quotidienne et de la liberté de circulation des personnes et des biens afin de permettre l’émergence effective d’un Etat palestinien viable

- inciter les pays partenaires, notamment certains pays arabes, à renforcer leur soutien financier à l’Autorité palestinienne.

Une réunion des coprésidents du mécanisme de suivi politique aura lieu le 15 janvier prochain pour faire le bilan de l’année 2008 et tracer les perspectives pour 2009.


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014