Accès rapide :

Déclaration au nom de la Présidence et des co-Présidences de la Conférence internationale des donateurs pour l’Etat palestinien

1. Le président et les coprésidents de la conférence de Paris s’inquiètent vivement de la poursuite des hostilités à Gaza et dans le Sud d’Israël. Les pertes humaines, parmi lesquelles un grand nombre d’enfants et de femmes, sont insupportables. Les hostilités doivent cesser immédiatement pour que des vies ne soient plus perdues. Le président et les coprésidents demandent un cessez-le-feu immédiat et total : l’arrêt total des tirs de roquettes et la fin des opérations israéliennes, tel que l’énonce la résolution 1860 du Conseil de sécurité des Nations Unies.

2. Le président et les coprésidents s’inquiètent vivement de la dégradation de la situation humanitaire à Gaza. L’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) joue un rôle crucial à cet égard et les coprésidents appellent à réaffirmer et à accroître le soutien à cet Office.

3. Le président et les coprésidents demandent l’ouverture régulière et prévisible de tous les points de passage dans le cadre d’un règlement durable de la crise de Gaza. Avant même l’intervention militaire israélienne, la situation économique de Gaza était intenable. Un million et demi d’habitants n’auraient jamais dû être enfermés dans ce territoire. La population de Gaza devrait pouvoir entrer et sortir, les marchandises devraient pouvoir y entrer et les transferts bancaires ou d’espèces y être autorisés. En même temps, l’action de prévention de la contrebande d’armes par les tunnels devra être renforcée.

4. Gaza était, dès l’origine, incluse dans le travail de la conférence de Paris. Celle-ci visait à aider l’Autorité palestinienne à jeter les fondements d’un État palestinien viable parallèlement aux négociations politiques sur le statut final et à l’établissement d’une paix durable. Gaza continuera d’être incluse dans les efforts des donateurs car un État palestinien viable ne saurait émerger sans elle. Tout au long de l’année 2008, les sommes mobilisées par les donateurs (aide humanitaire et budgétaire) ont aidé à soutenir la population de Gaza et à financer quelques projets concrets sur le terrain.

5. Le président et les coprésidents de la conférence de Paris appellent au rétablissement de l’unité palestinienne et se félicitent des nouveaux efforts déployés par le gouvernement égyptien à cet égard. Ils appellent tous les Palestiniens à s’engager en faveur de la non-violence, de la reconnaissance d’Israël et de l’acceptation des accords et obligations antérieurs. Le rétablissement de l’unité palestinienne sur la base des engagements pris par l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) constituerait un progrès bienvenu dans ce processus. Le président et les coprésidents invitent instamment les donateurs à tenir leurs engagements et à aider l’Autorité palestinienne à mettre en œuvre le Plan palestinien de réforme et de développement (PRDP 2008-2010), et en particulier à assurer le comblement de l’impasse budgétaire de l’Autorité palestinienne en 2009.

6. Le président et les coprésidents soulignent l’immensité du défi que représentent la reconstruction de Gaza et son intégration économique à la Cisjordanie dans le cadre de la mise en oeuvre du Plan palestinien de réforme et de développement. Ils accueillent favorablement l’idée d’organiser une conférence consacrée aux besoins humanitaires urgents et, le moment venu, à la reconstruction, afin de traiter les besoins prioritaires énoncés par l’Autorité palestinienne, y inclus au moyen de contributions additionnelles, dont l’urgence est grande, à l’UNRWA et via le Comité de liaison Ad Hoc. Ils estiment qu’il est nécessaire de mettre fin d’urgence au cycle des destructions et de la reconstruction. Cela ne pourra être rendu possible qu’en menant à bien d’urgence le processus de paix.

7. Le président et les coprésidents sont convaincus que seul un État palestinien viable, vivant côte à côte avec Israël, assurera la paix et la sécurité de toutes les parties. La poursuite de l’engagement des donateurs est la meilleure preuve du soutien international à cet objectif. À ce titre, le président et les coprésidents se félicitent de constater à la fois que les Palestiniens ont mené des réformes au-delà de leurs engagements (en particulier dans les domaines de la sécurité, de la politique budgétaire et de la transparence) et que les donateurs ont transféré des montants supérieurs aux sommes promises : plus de 3 milliards de dollars au total, dont 1,8 milliard d’aide budgétaire, et environ 700 millions d’aide humanitaire et 600 millions d’aide-projet. Israël a pris quelques mesures mais des efforts beaucoup plus grands sont nécessaires. Il faut faire beaucoup et rapidement, conformément à la feuille de route, notamment geler l’expansion des colonies et améliorer les accès et la circulation.

8. Il est plus que temps de faire émerger sur le terrain un État palestinien viable. L’ensemble de la communauté internationale soutient cet objectif.


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014