Présentation

Relations politiques

Les liens entre la France et l’Islande remontent au XIème siècle, quand Sæmundr Sigfússon, « le Savant », a fait des études à Paris. Les relations entre les deux pays sont marquées par la convergence sur plusieurs sujets de l’agenda international (comme le climat et l’énergie, les enjeux en Arctique, ou encore la protection des droits de l’Homme). L’Islande s’était engagée auprès de la France à œuvrer pour le succès de la COP21.

Visites

Le Président de la République François Hollande a effectué une visite officielle en Islande le 16 octobre 2015. C’était la première visite présidentielle depuis celle de François Mitterrand en 1990. Le Président s’est rendu sur un glacier avant de prononcer le discours principal de la Conférence « Arctic Circle ». Il s’est entretenu avec le Président Ólafur Ragnar Grímsson, le Premier ministre Sigmundur David Gunnlaugsson en présence du Ministre des affaires étrangères Gunnar Bragi Sveinsson et avec le maire de Reykjavik.

La Ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, Segolène Royal, s’est
rendue en Islande du 27 au 29 Juillet 2015 et a accompagné le Président lors de sa visite en octobre.

Pour la 1ère fois depuis 1983, le Président, Ólafur Ragnar Grímsson, s’est rendu à Paris, du 25 février au 1er mars 2013, en visite officielle où il a rencontré le Président de la République, François Hollande, feu l’ambassadeur pour les Pôles, Michel Rocard, le secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria, la vice-présidente de l’Assemblée nationale, Laurence Dumont, le président du Sénat, Jean-Pierre Bel, et d’autres parlementaires. Il a aussi participé à une conférence sur l’Arctique et a ouvert un séminaire économique « Islande : la renaissance » avec la participation du gouverneur de la Banque centrale d’Islande.

En visite à Paris du 16 au 18 avril 2015 en marge d’une conférence sur la géothermie, le Président Olafur Ragnar Grímsson s’est entretenu le 16 avril avec M. Fabius le Ministre des affaires étrangères, le Président de la République François Hollande et la Ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, Mme Royal.

Le Ministre des affaires étrangères Gunnar Bragi Sveinsson a été reçu par Laurent Fabius le 17 décembre 2014. La Ministre de l’industrie et du commerce, Mme Ragnheidur Elin Arnadottir, a été reçue par la Ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, Mme Ségolène Royal, à Paris les 28-30 avril 2014 pour une visite de travail.
Le Ministre de l’éducation, de la science et de la culture, M. Illugi Gunnarsson, a rencontré à Paris, le 5 novembre 2013, la Ministre déléguée à la Francophonie, Mme Yamina Benguigui.

Relations économiques

Les échanges économiques franco-islandais restent limités, du fait de la taille du marché islandais (200 fois plus petit que le marché français environ) mais aussi parce que, avec 64M€ d’exports et une part de marché de 2.5% en 2014, nous n’avons pas encore retrouvé les niveaux d’avant crise, malgré une récente reprise de nos ventes. Les exportations islandaises restant dynamiques (234M€, surtout produits de la pêche et aluminium) notre solde reste déficitaire (-170M€). Les échanges commerciaux franco-islandais ne représentent qu’une part modeste du commerce extérieur de la France (288 M€ en 2014 pour le commerce de biens) et notre pays est un partenaire commercial de second rang pour l’Islande (5ème client pour les biens avec 5% du total des exportations islandaises en biens et 11ème fournisseur pour les biens, avec 2,5 % du total des importations islandaises). Elles sont dominées par l’automobile et les matériels électriques, mais incluent aussi des postes dynamiques, tels que les préparations pharmaceutiques, les matières plastiques, ou encore les équipements de communication. Les importations françaises reflètent la spécialisation sectorielle de l’Islande (produits de la pêche, aluminium et préparations pharmaceutiques).

Le stock d’investissements directs étrangers (IDE) français en Islande est limité (19.5 M € sur 7,5 Mds € en 2013). 29 sociétés françaises sont présentes en Islande. La crise économique a conduit les entreprises islandaises à réduire leurs positions à l’étranger : le stock d’IDE islandais est passé de 421M€ en 2010 à 138 M € en 2013. Une dizaine d’entreprises islandaises sont installées en France et représentent aujourd’hui environ 2000 emplois directs. Les investissements islandais s’étendent de la pêche (Euronor, Compagnie des Pêches) aux équipements pour l’industrie agroalimentaire (Marel), en passant par le secteur médical (Gibaud/Össur) et l’ingénierie (Hecla).

Le tourisme, désormais première activité de l’Islande devant la pêche et l’aluminium, revêt une importance croissante dans la relation franco-islandaise. La France représente le 5ème contingent de touristes (6% des touristes, 58 000 passagers) avec une progression moyenne de 20% par an depuis 2009), et a accueilli 12 000 voyageurs islandais l’an dernier (+73% entre 2009-2014 avec un doublement du nombre de nuitées).

Dans le domaine du tourisme, l’Islande pourrait bénéficier de notre savoir-faire dans la valorisation touristique de ses sites naturels. La compagnie low cost islandaise Wow Air a annoncé en février 2015 l’acquisition de deux Airbus A321-211 pour une valeur d’environ 200 M € (15 Mrds ISK par avion). Ils complètent une flotte qui comprend déjà trois Airbus A320-232. La compagnie opère des vols pour Paris toute l’année et des vols pour Lyon l’été, en concurrence avec Icelandair qui a une liaison régulière avec Roissy.

Coopération culturelle, scientifique et technique

Notre coopération repose sur l’accord franco-islandais de 1983, instituant une commission mixte (dernière session réunie en février 2006 à Paris). L’ambassade a constitué un Conseil culturel et scientifique qui renforcera le dialogue entre tous les acteurs des relations franco-islandaises (associations, chercheurs, universités, musées, etc.). La France est actuellement l’une des seules représentations diplomatiques, avec l’Allemagne, la Chine et le Canada, à disposer d’un service culturel, et la seule, avec la Chine, à disposer de sa propre structure d’enseignement de la langue, grâce à l’Alliance française. La présence culturelle française est ainsi forte.

La coopération scientifique est une priorité de notre action en Islande. Le Partenariat Hubert Curien (PHC) Jules Verne, initié par l’Ambassade en 2003, permet de soutenir la mobilité de chercheurs et d’initier de nouveaux partenariats autour des thématiques de pointe (enjeux de l’Arctique, géothermie, sciences de la terre, sciences de la vie). Sur les questions arctiques, les liens franco-islandais se sont renforcés ces dernières années, avec la participation islandaise au consortium européen ACCESS, piloté par l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC), ou encore l’ouverture des stations de recherche françaises au Svalbard et dans l’Antarctique aux scientifiques islandais.

L’Alliance française à Reykjavik, établie en 1911, est un lieu de référence pour l’apprentissage de la langue française en Islande. La francophonie en Islande est ancienne mais le français n’occupe que la troisième place parmi les langues facultatives, derrière l’allemand et l’espagnol, l’anglais et le danois étant obligatoires en secondaire. Les efforts destinés à la diversification de l’offre de cours portent d’ores et déjà leurs fruits (multiplication par deux du nombre d’élèves à l’Alliance entre 2008 et 2012 ; formation au français des fonctionnaires islandais ; accord avec l’Université d’Islande sur l’enseignement du français langue étrangère). A la rentrée 2014, un enseignement à distance a été mis en place au lycée de Grundarfjördur et dans d’autres localités ne disposant pas de professeur de français. Dans le contexte de la promotion du français, la rédaction d’un dictionnaire électronique bidirectionnel entre le français et l’islandais, qui comptera plus de 50 000 entrées, a été relancée en mars 2014 et devrait être mis en ligne en 2017 ou début 2018.

Les universités françaises ont été les premières à mettre en place des co-diplômes avec l’Université d’Islande. Les échanges d’étudiants se font majoritairement dans le cadre du programme Erasmus. En 2012/13, la France a accueilli 15 étudiants islandais, se plaçant en 7ème position des destinations des étudiants. Les 77 étudiants français (sur un total de 620) reçus en Islande constituent la 2ème communauté derrière les 148 Allemands.

Enfin, les activités culturelles organisées par l’Alliance française en lien avec l’Ambassade s’étendent de la musique au cinéma, en passant par le secteur du livre et des expositions et conférences diverses. Le Festival du Film Francophone qui se déroule à Reykjavik et à Akureyri connaît une grande popularité et s’est implanté, depuis 2000, comme 2ème événement cinématographique le plus important en Islande./.

Mise à jour : 07.03.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE