Accès rapide :

Iran/nucléaire – Rapport de l’AIEA (31 août 2012)

L’Agence internationale à l’énergie atomique a diffusé le 30 août le rapport trimestriel de son Directeur général sur la mise en œuvre par l’Iran de son accord de garanties avec l’Agence et des résolutions du Conseil de sécurité.

L’Agence met en lumière la poursuite par l’Iran d’activités sensibles menées en violation de ses obligations internationales tout comme l’absence de coopération iranienne avec l’Agence pour résoudre les questions non résolues liées à la possible dimension militaire du programme nucléaire iranien.

Le Conseil des gouverneurs avait demandé dans sa résolution de novembre 2011 que l’Agence et l’Iran intensifient leur dialogue pour résoudre d’urgence les questions en suspens liées à la possible dimension militaire du programme nucléaire iranien. La France regrette vivement que malgré tous les efforts fournis, « aucun résultat concret » n’ait pu être obtenu en raison de l’absence de réponse iranienne aux questions de l’Agence.

La France condamne les activités menées par l’Iran sur le site de Parchin, et qui amènent l’Agence à constater que sa capacité à vérifier des informations préoccupantes « a été compromise » et que sa capacité « à procéder à une vérification efficace sera considérablement entravée » si elle y a accès un jour.

L’installation d’un nombre significatif de nouvelles centrifugeuses dans l’installation de Fordow constitue également un motif d’inquiétude alors même que l’Iran continue, au mépris de ses obligations, d’enrichir de l’uranium à 3,5 et à 20%.

Nous appelons une fois encore l’Iran à faire des gestes concrets allant dans le sens des demandes de la communauté internationale, à coopérer sans délai ni réserves avec l’AIEA pour faire la lumière sur les questions non résolues et à cesser des activités qui compromettent le travail de l’Agence. Nous l’encourageons également à suspendre l’ensemble des activités sensibles menées en violation de ses obligations internationales.

Nous souhaitons que le Conseil des gouverneurs qui se réunira prochainement puisse se prononcer fermement sur le rapport de l’Agence du Directeur général auquel nous réitérons notre plein soutien et dont nous saluons à nouveau le travail.

Enfin, comme l’a indiqué lundi le président de la République, et le ministre l’a rappelé ce matin, nous assumerons notre responsabilité pour renforcer les sanctions à l’encontre de l’Iran tant qu’il ne bougera pas et ne se conformera pas à légalité internationale.

Iran - nucléaire (Q&R- Extrait du point de presse - 03.09.12)

Q - Laurent Fabius a évoqué ce matin sur BFM-TV un renforcement des sanctions contre l’Iran. Quels domaines sont concernés ? Qu’est-il encore possible de faire précisément ?

R - Le ministre a indiqué qu’il fallait renforcer les sanctions, compte tenu notamment du dernier rapport de l’AIEA, qui montre une nouvelle fois que l’Iran ne se conforme pas à ses obligations internationales.

Concernant les sanctions, il a ajouté : "nous sommes évidemment en train d’étudier tous les schémas". Nous nous concerterons avec nos partenaires à ce sujet.


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014