L’Union européenne et l’Irak

Dès 2003, l’Union européenne (UE) s’est fortement impliquée pour soutenir les efforts de reconstruction de l’Irak en engageant plus d’un milliard d’euros dans les secteurs de l’éducation, de la santé, des services publics et du soutien aux processus électoraux.

L’Union européenne dispose depuis 2005 d’une délégation à Bagdad. La mission de la politique de sécurité et de défense communes, EUJUST Lex-Irak, dont le mandat s’est achevé le 31 décembre 2013, avait pour but de renforcer l’État de droit et de promouvoir une culture de respect des droits de l’Homme en Irak en menant des actions de formation auprès de fonctionnaires irakiens des forces de police, de la justice ou de l’administration pénitentiaire.

L’UE et l’Irak ont signé le 11 mai 2012 un accord de partenariat et de coopération (APC), ratifié par la France le 8 octobre 2014. Cet accord institue un dialogue politique structuré et régulier, prévoit une coopération pour promouvoir et protéger effectivement les droits de l’Homme en Irak et ouvre la voie vers un approfondissement des relations dans des domaines spécifiques, tels que l’énergie.
Face à une situation humanitaire dramatique, l’Union européenne a consacré à l’Irak 105 millions d’euros en 2015, et 134 millions d’euros en 2016. Elle a aussi contribué à hauteur de 14 millions d’euros à la facilité de financement pour la stabilisation immédiate (FFIS) du programme des Nations unies pour le développement (PNUD). 18,3 millions d’euros ont été engagés en 2016 à travers son instrument contribuant à la stabilité et à la paix (IcSP). Enfin, l’Union européenne a alloué 29 millions d’euros à des projets en Irak sur le Fonds Madad de la Commission européenne. Une enveloppe pays Irak de 600 000 euros en 2016 et 900 000 euros en 2017 est aussi prévue sur son instrument européen pour la démocratie et les droits de l’Homme (IEDDH)

Mise à jour : 29.12.16

Informations complémentaires

PLAN DU SITE