Présentation des Fidji

Présentation

Données générales

Les Fidji occupent une place centrale dans le Pacifique et se positionnent en « hub régional ». Nos relations bilatérales se sont développées depuis 1970, notamment via les collectivités françaises du Pacifique (Nouvelle-Calédonie, Polynésie française et Wallis-et-Futuna).

Présentation du pays

Nom officiel : République des Fidji
Nature du régime : République parlementaire
Chef de l’Etat : M. Jioji Konusi KONROTE, Président de la République
Chef du gouvernement : M. Josaia Voreqe BAINIMARAMA, Premier ministre

Données géographiques

Superficie : 18 333 km2
Capitale : Suva (203 000 habitants)
Villes principales : Lautoka, Nadi, Ba, Labasa
Langues officielles : anglais, fidjien, hindi
Langues courantes : anglais, fidjien, hindi
Monnaie : dollar fidjien (un dollar fidjien = 0, 425 euro, taux de chancellerie au 01/09/2017)
Fête nationale : 10 octobre (Fête de l’Indépendance)

Données démographiques

Population : 898 760( (Banque mondiale, 2016)
Densité : 49 hab/km²
Croissance démographique : 0,7 % (Banque mondiale, 2016)
Espérance de vie : 70,2 ans( (classement PNUD, 2016)
Taux d’alphabétisation : 93,7% de la population (estimation 2003)
Religion (s) : chrétiens (64,5%) ; hindous (27,9%) ; musulmans (6,3%) ; sikhs (0,3%) , autres :0,6% (recensement 2007)
Indice de développement humain (classement PNUD 2016) : 0,736 (rang 91)

Données économiques

http://www.tresor.economie.gouv.fr/File/426937

Présence française

La France est représentée aux Fidji par une ambassade : http://www.ambafrance-fj.org/
L’Alliance française est également présente : http://www.af-fiji.org/
Communauté française : 270
Communauté fidjienne en France : données indisponibles.

Éléments d’actualité

Politique intérieure

Auteur d’un coup d’état en 2006 (le quatrième qu’aient connu les Fidji depuis 1989), le Premier ministre BAINIMARAMA a mis en œuvre un important programme de réformes et fait publier en septembre 2013 une nouvelle constitution qui interdit toute distinction entre individus, notamment celles fondées sur les origines ethniques ou la religion.

Les élections législatives du 17 septembre 2014, validées par la communauté internationale, ont été marquées par une forte mobilisation des électeurs (près de 80% de participation) et confirmé M. BAINIMARAMA au poste de Premier ministre, son parti recueillant près de 60% des voix (32 élus sur 50).

Les prochaines élections interviendront au plus tard à l’automne 2018.

Situation économique

http://www.tresor.economie.gouv.fr/File/426937

Politique étrangère

En réponse aux sanctions prises par l’Australie et la Nouvelle-Zélande à la suite du coup d’Etat de 2006, le Premier ministre BAINIMARAMA met en œuvre un concept dit de « Look North Policy », multipliant les relations avec tous les pays qui le souhaitaient, à l’exception de Canberra et Wellington.

Cette autonomisation de la politique extérieure fidjienne s’est traduite par le développement de relations avec des partenaires nouveaux, choisi en priorité parmi les pays du sud, à commencer par la Chine qui a fortement bénéficié de cette ouverture, mais également le Moyen-Orient (pays du Golfe) avec lequel Suva qui contribue aux missions de maintien de la paix dans la région depuis 1978, a une histoire. Les Fidji ont également développé des relations fortes avec New Delhi : visite du Premier ministre Narendra MODI en novembre 2014, quelques jours avant celle du Président chinois XI Jinping : organisation à Suva du Forum pour la coopération entre l’Inde et les pays du Pacifique ; accord en matière de coopération dans le domaine de l’espace, accord militaire.
La rencontre entre le Premier ministre fidjien et le Président POUTINE, le 16 mai 2017, à Pékin, en marge du Forum « One Belt One Road » (OBOR), confirme que la Russie fait également partie des nouveaux partenaires.

Les Fidji ont également renforcé leur présence au sein des enceintes multilatérales et notamment de l’Organisation des Nations Unies - où la contribution des militaires fidjiens aux opérations de maintien de la paix est appréciée (environ 1000 hommes déployés depuis la fin des années 1978). Les Fidji ont ainsi été désignés pour présider le groupe des 77 en 2013, le Comité exécutif du FNUAP du PNUD et de l’UNOPS en 2014, l’Assemblée générale en 2016, le Sommet sur les océans (co-présidence) et la COP23 en 2017.

La politique extérieure des Fidji se traduit aussi par un leadership affirmé dans la région Pacifique, notamment au sein des petits Etats insulaires en développement. A la suite de leur éviction du Forum des îles du Pacifique (FIP) en 2009, les Fidji ont créé le Forum pour le développement des îles du Pacifique (FDIP, qui exclut l’Australie et la Nouvelle-Zélande). La relation avec l’Australie et la Nouvelle-Zélande est désormais largement normalisée et les Fidji à nouveau acceptés dans les différentes enceintes régionales (participation, pour la première fois, à la la réunion des ministres de la Défense du Pacifique Sud - SPDMM, Auckland, 6-7 avril 2017 ; invitation à l’Asia-Pacific Intelligence Chiefs Conference (APICC, 5-7 septembre 2017 en Nouvelle-Zélande).

Depuis le début des années 2010, le gouvernement fidjien s’est fortement engagé dans les négociations climatiques, et a notamment qualifié l’Accord de Paris de « cadeau de la France au monde ». Les Fidji ont été le premier pays au monde à ratifier cet accord, dès février 2016.

Mise à jour : 03.10.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE