Accès rapide :

Présentation

Relations politiques

La France entretient des relations confiantes et solides avec les Fidji dont elle est un voisin géographique de par ses territoires du Pacifique.

Les forces armées de Nouvelle-Calédonie (FANC) ont été les premières à rétablir leur coopération opérationnelle avec l’armée fidjienne lors de la visite de leur Commandant supérieur, le général de Revel, dès octobre 2014. Le général de division Léonard a effectué sa première visite officielle aux Fidji du 14 au 16 septembre 2016, au moment où la frégate de surveillance Vendémiaire effectuait une escale à Suva. Le Premier ministre (et amiral en retraite) Bainimarama a salué à cette occasion l’exercice Croix du Sud 2016 auquel les forces militaires fidjiennes (RFMF) ont participé.

A la suite du passage du cyclone Winston les 20 et 21 février 2016, la France est intervenue dans le cadre des accords FRANZ dont elle assurait la présidence. Comme à chaque fois, cette intervention a été appréciée des autorités fidjiennes et a montré la complémentarité du dispositif français par rapport aux moyens mis en place par ses partenaires australiens et néo-zélandais.

Le Premier ministre Bainimarama s’est rendu à Paris pour le IVe sommet France-Océanie du 26 novembre 2015. Il a également fait le déplacement pour la COP 21, le 30 novembre 2015. Après le vote à l’unanimité du Parlement fidjien le 11 février 2016, la république des Fidji a été le premier pays au monde à ratifier l’Accord de Paris. Le Premier ministre avait fait le déplacement à New-York pour la signature de l’accord le 22 avril 2016.

M. Bainimarama s’est enfin réjoui de l’admission de la Nouvelle-Calédonie et de la Polynésie française au Forum des îles du Pacifique (FIP) et a souhaité que ce dernier s’ouvre à l’ensemble des riverains du Pacifique.

La relation bilatérale s’est également renforcée récemment à l’occasion de la visite du groupe d’amitié France-Vanuatu, Iles du Pacifique du Sénat menée par sa présidente, la sénatrice C. Procaccia au mois de septembre 2016, sur le thème du changement climatique. Cette visite a immédiatement été suivie par celle à Paris, durant le mois de décembre 2016, de la présidente du parlement fidjien, Mme Jiko Luveni.

Le 13 janvier 2017, Inia Seruiratu, membre du gouvernement fidjien chargé de la préparation de la COP23, était à Paris et s’est entretenu avec le Cabinet du Ministre de l’Environnement.

La France et le Royaume-Uni sont les deux seuls Etats membres de l’UE qui disposent d’une ambassade à Fidji. Elles assurent les réunions de coopération européenne en collaboration avec la Délégation de l’Union européenne pour le Pacifique.

Relations économiques

Les relations économiques entre la France et les Fidji tendent à se renforcer avec la présence de plusieurs entreprises françaises dans le pays, soit au travers d’implantations permanentes (Total, Pacific Petroleum, Bred, Bolloré Logistics, Accor), soit avec le développement d’un courant d’affaires (avec Thalès, Alcatel, Vergnet, Airbus, ATR ou Schneider Electric). Le groupe Accor dispose à ce jour de quatre implantations et poursuit ses investissements. Dans le secteur de l’approvisionnement en produits pétroliers, Total et Pacific Energy (société aux capitaux calédoniens et polynésiens) occupent une part prépondérante du marché.

La compagnie aérienne fidjienne, Fiji Airways, a réceptionné en 2013 trois Airbus A330 et a signé un contrat de maintenance de ces trois appareils avec Air France Industries. La compagnie aérienne régionale, Fiji Link, a pris livraison de trois ATR 42-600 en 2014, ainsi que d’un quatrième Airbus A330-300, le 29 décembre 2015.

Tirées par ces contrats, les exportations françaises vers les Fidji ont enregistré en 2015,une hausse de +181,9% à 130 millions d’euros. Les importations françaises en provenance des Fidji, traditionnellement très faibles et constituées essentiellement de produits issus des industries agroalimentaires et des produits agricoles, sylvicoles, de la pêche et de l’aquaculture, sont inférieures à 1 million d’euros. Les échanges commerciaux franco-fidjiens restent donc structurellement très favorables à la France, avec un excédent commercial de 129,2 millions d’euros en 2015.

Coopération culturelle, scientifique et technique

Les priorités de notre coopération bilatérale sont la promotion de la Francophonie et des questions linguistiques, la formation professionnelle, les échanges scientifiques autour d’enjeux majeurs en Océanie, comme le changement climatique, la protection de l’environnement, le développement des énergies renouvelables et la mise en valeur du patrimoine culturel.

La coopération scientifique et universitaire permet de renforcer les liens entre Fidji et les collectivités françaises du Pacifique. l’université du pacifique sud, la Fiji National University, l’université de Nouvelle-Calédonie, de Polynésie française et nos instituts de recherche présents dans le Pacifique – IRD, Pasteur, Malardé, CRIOBE – ménent des projets communs de coopération dans le domaine du changement climatique ou de la culture océanienne. Une politique active de promotion de la langue et de la culture françaises est conduite à travers l’Alliance Française, l’UPS et les établissements scolaires des territoires français du Pacifique. Plusieurs établissements de Nouvelle-Calédonie et de Wallis-et-Futuna proposent à leurs élèves d’effectuer des stages à Fidji.

Mise à jour : 21.02.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE