Accès rapide :

Soutien de la France à la police nationale haïtienne (PNH)

Dès le lendemain du séisme qui a durement frappé le peuple haïtien le 12 janvier 2010, puis dans la durée dans la droite ligne des annonces du président de la République, la France a mobilisé des moyens exceptionnels du ministère de l’Intérieur au profit de ce pays dévasté : répondant tout d’abord à l’urgence humanitaire des premiers jours, l’action de ce ministère s’est inscrite dans la durée avec des actions de relèvement immédiat des capacités haïtiennes de sécurité publique puis de soutien au développement d’une police démocratique et professionnelle.

Dans l’urgence, deux escadrons de gendarmerie mobile ont été mobilisés dés le début de la crise afin d’assurer dans les premiers jours la sécurité et donc le libre déploiement du dispositif humanitaire dans un contexte chaotique, puis de renforcer l’action internationale au profit de la sécurité générale des Haïtiens et des intervenants internationaux en intégrant la mission des Nations Unies pour Haïti (MINUSTAH). Notre contribution à la MINUSTAH s’est ainsi élevée en moyenne à 175 personnels en 2010, en réponse au séisme, puis a été réajustée progressivement : 55 personnels en moyenne en 2011, avec l’objectif d’une trentaine de personnels au printemps 2012, notre expertise se concentrant sur la formation des cadres et policiers haïtiens.

Illust: 22 policiers et (...), 102 ko, 422x278
22 policiers et gendarmes français sont décorés de la médaille des Nations Unies, le 30 août dernier à Port-au-Prince, lors d’une cérémonie au Quartier Général de la MINUSTAH.

Dés 2010, la mobilisation des acteurs du Ministère a permis de contribuer de façon significative à la reconstitution de capacités indispensables à court terme de la Police Nationale Haïtienne (PNH), incluant en particulier :

- le don de 70 véhicules de dotation de services français de police et de gendarmerie, dont 30 véhicules tactiques 4x4 permettant le transport de 10 personnels. Ils ont été mis en condition et cédés par les services, puis acheminés et remis dés juin 2010 à la PNH, augmentant ainsi de 50% son parc de véhicules en état de marche. Cette action s’est poursuivie avec la formation de conducteurs et mécaniciens, le financement de l’entretien de ces véhicules pour 2 ans, et le maintien au sein de la MINUSTAH d’un mécanicien français assurant le suivi de ce parc automobile. Aujourd’hui, 90 % de ce parc est utilisé a quotidien dans des conditions climatiques et de terrain extrêmes, les quelques véhicules restants étant en atelier pour entretien ou réparation ;

- la reconstitution d’une capacité de gestion démocratique des foules de la PNH, à temps pour accompagner dans des conditions satisfaisantes le processus électoral fin 2010-début 2011. A cette fin, 600 personnels ont été équipés et formés ou recyclés aux techniques individuelles et collectives du maintien de l’ordre, au profit de Port-au-Prince mais aussi des 9 autres départements du pays.

Un programme de formation ambitieux a été mis en place couvrant, non seulement les actions précédentes, mais aussi la remise sur pied des bases d’un dispositif de police judiciaire, dont le bilan est éloquent : 16 sessions ont permis de délivrer un total de 7600 jours de formation au profit de 760 personnels de la PNH.

Cette action s’est poursuivie en 2011, tirant au mieux partie de la présence d’experts français au sein de l’équipe de formateurs de la MINUSTAH à l’école de police de Port-au-Prince. Il s’est agi d’une part de consolider les acquis de 2010, d’autre part de développer des capacités complémentaires des services de police haïtiens face aux menaces prioritaires des bandes armées et du crime organisé, qui constituent dans ce pays des entraves importantes au développement économique et social. Ces actions ont porté notamment sur :

- le renforcement des capacités d’investigation par le développement de la professionnalisation, des capacités de renseignement et de commandement, ainsi qu’une première formation conjointe entre enquêteurs de la PNH et magistrats ;

- le développement des capacités d’intervention face aux bandes armées et aux fugitifs échappés de prison lors du séisme, par la création d’un centre national de tir, la formation complémentaire des unités d’intervention aux actions d’interpellation et la dotation de ces personnels en équipements de protection balistique ;

Illust: Cérémonie de remise, 105.3 ko, 394x286
Cérémonie de remise des diplômes à 64 formateurs de la PNH, en novembre 2011, notamment par le Préfet référent pour l’action du ministère français de l’Intérieur en Haïti, Jean Dussourd (Photo : Francis Concite)

- le renforcement des capacités de management des cadres dans les différents domaines d’action de la police.

Les actions de formations ont été développées de façon plus ciblée, visant les multiples besoins formulés par la PNH : maintien de l’ordre et intervention, police technique et investigations mais aussi négociation et libération des otages, protection des hautes personnalités, lutte contre la fraude documentaire… 36 sessions on permis de délivrer un total de 7800 jours de formation au profit de 820 personnels de la PNH.

Parmi les actions d’ores-et-déjà prévues au premier trimestre 2012 au profit de la police haïtienne, on peut citer la finalisation d’un réseau de télécommunications de commandement et de la police judiciaire reliant la capitale et l’ensemble des départements.

Pour le futur, le ministère de l’Intérieur se propose, tout en consolidant les acquis des deux premières années, de travailler dans deux directions principales au profit de la PNH :

- concentrer la formation sur les cadres : programmes et pédagogie de la future académie de formation des cadres de la police haïtienne ;

- soutenir le renforcement du dispositif de police judiciaire et en particulier d’une chaine cohérente de police technique et scientifique (PTS), dans le cadre d’une articulation renforcée des dispositifs judiciaire et policier indispensable au renforcement de l’Etat de droit comme de la « sureté juridique » nécessaire au développement.

Ces actions seront conduites, comme jusqu’à présent, en collaboration avec la MINUSTAH, et en relation plus étroite avec le PNUD et les grands bailleurs internationaux, notamment le Canada, pays francophone très impliqué lui aussi dans l’appui à la justice et à la police haïtiennes.


PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014