Présentation de la Guinée équatoriale

Présentation

Données générales

Nom officiel : République de Guinée équatoriale
Nature du régime : présidentielle
Chef de l’Etat : Teodoro Obiang Nguema Mbasogo, depuis le 3 mars 1979

Données géographiques

Superficie : 28 051 km2
Capitale : Malabo
Villes principales : Malabo, Bata
Langues officielles : Espagnol, Français (depuis 1997) et Portugais (depuis 2011)
Monnaie : Franc CFA (XAF)
Fête nationale : 12 octobre

Données démographiques

Population : 845 060 (BM 2015)
Croissance démographique : 2,9% (BM 2015)
Composition ethnique : Fangs (80%), Bubis, Bengas
Densité : 30,12 hab/km2
Espérance de vie : 57,6 ans (BM 2014)
Religions : catholicisme (90%), protestantisme, islam
Indice de développement humain 2013 : 0,587 soit 138ème sur 188 pays (PNUD 2014)

Données économiques

PIB ($ US courants) : 12,2 (BM 2015)
Taux de croissance du PIB en 2015 : -10,1% (FMI) Classement 2017 « Doing business » de la Banque mondiale : 178ème
Production pétrolière 2015 : 250 000 barils de brut par jour, 34ème producteur mondial (Agence américaine d’information sur l’énergie)

Déficit des paiements courants : 7% en 2015 (source DGT)
Déficit budgétaire : 6,8% en 2014 (source : DGT)

Les exportations françaises vers la Guinée Equatoriale ont baissé de 25,8% en 2015 pour atteindre 76,6 M€.
Les importations françaises de Guinée Equatoriale ont baissé de 52,2% à 358 M€, en raison pour l’essentiel de la baisse de 50,2% des exportations d’hydrocarbures qui représentent 99% du total. (source : DGT)

Communauté française (mars 2017) : 409 Français inscrits au registre consulaire.

Politique intérieure

L’élection présidentielle du 24 avril 2016 a consacré la réélection du président Obiang avec 93,7% des suffrages. Le scrutin, dont l’issue ne faisait aucun doute, s’est déroulé dans le calme. Le Front de l’Opposition démocratique (FOD), coalition des principaux partis d’opposition, avait appelé à boycotter ces élections. Le candidat Gabriel Nse Obiang Obono du parti Ciudadanos por la innovación (CI), a vu sa candidature invalidée. Quelques jours avant le scrutin, le siège de CI a été pris d’assaut par une centaine de soldats et plusieurs cadres du parti passés à tabac et arrêtés.

A l’occasion du remaniement du 21 juin 2016, Teodoro Nguema Obiang Mangue a été nommé par son père vice-président de la République en charge de la défense nationale et de la sécurité d’Etat.

Situation économique

La Guinée équatoriale est membre de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC) aux côtés du Gabon, du Cameroun, de la RCA, du Congo et du Tchad. Elle partage avec eux une monnaie commune, le franc CFA d’Afrique centrale (XAF), arrimé à l’euro (un euro = 655,956 XAF). Elle est également membre de la Communauté Economique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), qui rassemble l’Angola, le Burundi, la RDC, Sao Tomé-et-Principe, le Rwanda, ainsi que les six Etats membres de la CEMAC et a pour premier objectif de renforcer l’intégration économique régionale.

Depuis la découverte du champ pétrolier Zafiro en août 1996, l’économie équatoguinéene, peu diversifiée, est portée par la rente pétrolière et les hydrocarbures représentent 99% des exportations. Quatrième exportateur de pétrole d’Afrique subsaharienne en 2015 (derrière le Nigéria, l’Angola et le Congo), la Guinée équatoriale affiche l’un des PIB par habitant parmi les plus élevés d’Afrique subsaharienne. L’écart entre le PIB par habitant et l’indice de développement humain affiché par le pays (138ème rang mondial) est toutefois important.

Depuis 2014, la Guinée équatoriale est frappée par la chute des cours du brut qui se conjugue à l’arrivée à maturation des principaux champs pétrolifères du pays. Elle devrait progressivement se tourner davantage vers l’exploitation gazière. En effet, outre le pétrole, la Guinée équatoriale produit du méthanol et du gaz naturel liquéfié.

Le secteur du BTP a été largement soutenu par d’importants investissements publics dans les infrastructures dans le cadre de la première phase du Plan national de développement économique et social ou plan « Horizon 2020 », défini en 2008. L’achèvement en cours du programme national d’infrastructures et la réduction des recettes budgétaires liée à la chute des cours du pétrole ont toutefois conduit le gouvernement à réduire les commandes publiques dans ce secteur.

Site de la Direction générale du trésor : (http://www.tresor.economie.gouv.fr/Pays/guinee-equatoriale)

Politique extérieure

En Afrique centrale

L’intégration du pays à son environnement sous-régional francophone est une constante de la politique étrangère équatoguinéene. Elle se manifeste par l’adhésion à diverses organisations : à la zone Franc en 1983, à la Communauté économique et monétaire des Etats d’Afrique centrale (CEMAC), et à la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) la même année, ainsi qu’à la Francophonie en 1989.

La Guinée équatoriale a accueilli les 16 et 17 février 2017 la 13ème session ordinaire des Chefs d’Etat de la CEMAC à Djibloho. En marge de cette conférence, elle s’est engagée, tout comme le Gabon, à appliquer le principe de la libre circulation intégrale au bénéfice de tous les ressortissants de l’espace CEMAC munis d’une pièce d’identité sécurisée.

Avec des eaux territoriales représentant dix fois sa superficie terrestre, la lutte contre l’insécurité maritime dans le golfe de Guinée représente un enjeu crucial. Le président Obiang est à l’initiative de la politique de coopération entre les pays de la « zone Delta » (Cameroun, Gabon, Sao Tomé-et-Principe et Guinée équatoriale) qui a débouché sur des patrouilles de contrôle conjointes et la Guinée équatoriale est impliquée dans le processus de coordination entre la CEEAC et la CEDEAO en vue d’intensifier la lutte contre la piraterie dans le golfe de Guinée. La Guinée équatoriale finance en outre une école navale à vocation régionale dans le domaine de l’action de l’Etat en mer. Avec le soutien de la France qui en assure la direction, cette école a ouvert à Bata en 2011 et accueille des promotions de cadres provenant des marines de plusieurs pays africains. Un nouveau site de l’ENVR est en cours de construction, à Tica, au nord de la partie continentale du pays.

Vis-à-vis du continent africain

En 2011, le président Obiang a assuré la présidence de l’UA dans le contexte des printemps arabes et de la crise ivoirienne.

La Guinée équatoriale a accueilli le sommet de l’Union africaine en 2011 et en 2014. Co-organisatrice de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) en 2012 avec le Gabon, la Guinée équatoriale a accueilli l’édition 2015 de cette compétition du 17 janvier au 8 février en remplacement du Maroc.

Le 23 novembre 2016, la Guinée équatoriale a accueilli le 4ème sommet Afrique-monde arabe.

Partenaires internationaux

Les Etats-Unis, premier partenaire économique du pays, occupent une place prépondérante dans le domaine de l’extraction pétrolière. Dix ans après le début de l’exploitation par les majors américaines, Washington a ouvert une ambassade à Malabo en 2006.

La Chine est devenue un partenaire important de la Guinée équatoriale. D’importants projets chinois ont été réalisés, notamment dans les domaines des infrastructures, de la formation et du logement. Le président Obiang a effectué une visite d’Etat en Chine en juin 2015.

Le Brésil fait également partie des nouveaux partenaires du pays. La Guinée équatoriale a ouvert une ambassade à Brasilia en 2002 et le Brésil à Malabo en 2005. Le président Lula s’est rendu à Malabo en 2010. La coopération avec le Brésil concerne principalement l’agriculture, l’enseignement et les médias – peu de projets ont été réalisés, mais les échanges commerciaux ont progressé de façon spectaculaire (3 M$ en 2003, 300 M$ en 2009).

La Guinée équatoriale entretient des relations anciennes avec la Corée du Nord, avec laquelle elle a signé un accord de coopération militaire en 1971, sous le régime de Macias Nguema. Le chef de l’Etat nord-coréen, Kim Yong-nam et le ministre nord-coréen des Affaires étrangères, RI Yong-ho, se sont notamment rendus à Malabo les 20-21 mai 2016, peu après la cérémonie d’investiture du président Obiang.

Depuis juillet 2014, la Guinée équatoriale est membre de plein droit de la Communauté des Etas de langue portugaise (CPLP). Son adhésion était conditionnée à l’adoption d’un moratoire sur la peine de mort, officiellement mis en place en février 2014.

Enfin, le 20 janvier 2017, la Guinée équatoriale a présenté une demande d’adhésion formelle à l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP).

Relations multilatérales

Après dix ans d’isolement, Malabo a renoué le dialogue avec les institutions financières internationales en 2004. Une mission du FMI au titre de l’article IV s’est rendue en Guinée équatoriale du 29 juin au 13 juillet 2016. Elle a notamment conclu à une trop faible diversification économique et à la nécessité d’améliorer le climat des affaires. Le président Obiang a participé au sommet de la CEMAC de Yaoundé le 23 décembre 2016 qui s’est conclu par la décision de tous les chefs d’Etat de la région d’ouvrir et de conclure à brève échéance, des négociations bilatérales avec le FMI en vue d’un programme d’assistance économique.

Par ailleurs, la Banque mondiale fournit un appui à la Guinée équatoriale en matière d’élaboration de statistiques et de comptes nationaux.

Mise à jour : 07.03.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE