Accès rapide :

Présentation

Présentation

Relations politiques


Mme Maria Adiatu Djalo NANDINGNA, Ministre des Affaires étrangères, de la coopération et des communautés, s’est rendue en France du 26 au 29 mai 2009, à l’occasion de la session plénière du groupe pilote sur les financements innovants du développement et a eu l’occasion de rencontrer le secrétaire d’Etat chargé de la coopération et de la francophonie, M. JOYANDET.

Le Ministre des Affaires étrangères, de la coopération internationale et des communautés, M. Mamadu Saliu DJALO PIRES, était présent à Paris les 13 et 14 janvier 2012 dans le cadre des cérémonies d’adieu au Président Sanha.

En concertation avec l’Union africaine, la France a décidé d’inviter le Ministre des Affaires étrangères bissao-guinéen, M. Fernando Delfim DA SILVA, au Sommet de l’Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique, organisé à Paris les 6 et 7 décembre 2013.

Relations économiques

Le volume des échanges commerciaux est très faible. En 2013, les exportations françaises vers la Guinée-Bissao représentent 5,6 M€ et nos importations depuis la Guinée-Bissao, 47 879 €.

La présence économique française en Guinée-Bissao est très modeste et se limite à TOTAL (35% du marché de la distribution de carburant), Orange et à quelques investissements individuels dans l’hôtellerie.

Coopération culturelle, scientifique et technique

Notre coopération se structure autour du Document cadre de partenariat (DCP), signé le 18 juillet 2008 et élaboré en complémentarité avec le Document national stratégique de réduction de la pauvreté (DENARP) et les actions conduites par les autres bailleurs.

La France concentre son action dans deux domaines : l’enseignement du français pour promouvoir l’intégration régionale de la Guinée-Bissao dans son environnement francophone et la formation des cadres et futures élites du pays. Rouvert en mars 2004, le centre culturel franco-bissao-guinéen est aujourd’hui un lieu de culture renommé à Bissao qui répond à la demande d’enseignement du français.

Enfin, la France soutient la société civile grâce au Fonds Social de Développement (FSD), qui permet de financer des micro-projets de développement à destination des populations les plus vulnérables (en particulier les femmes). Grâce à un financement du FSD, un programme de lutte contre les mutilations sexuelles a été mis en œuvre en 2012 et l’ONG française EMI (Entraide Médicale Internationale) a inauguré, en 2013, un dispositif d’accès aux soins des plus vulnérables dans les centres de santé de Bissao.

Mise à jour : 26.09.14

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014