La France et la Grèce

Relations politiques

Relations politiques

Depuis l’après-guerre, les deux pays ont toujours su promouvoir leurs relations, tant sur un plan bilatéral que dans le cadre de l’Union européenne. Les amitiés qui liaient le Général de Gaulle et Valéry Giscard d’Estaing à Constantin Caramanlis ont permis de développer une coopération économique et financière active, mais également d’approfondir les relations politiques entre les deux pays. La France apporte ainsi un soutien décisif à la Grèce, au moment du retour à la démocratie en 1974. Cette aide est d’ailleurs symbolisée par le slogan "Grèce, France : Alliance", qui reste une référence aujourd’hui en Grèce. La France a également joué un rôle déterminant dans les négociations qui aboutissent à l’entrée de la Grèce dans la CEE, en 1981.

Le Président de la République s’est rendu deux fois en Grèce, le 19 février 2013 et les 22 et 23 octobre 2015. Au cours de cette dernière visite, une déclaration conjointe établissant un partenariat stratégique pour l’avenir a été signée. Par ailleurs, la visite du Premier ministre en Grèce, les 3 et 4 juin 2016, a permis de resserrer encore les liens entre la Grèce et la France avec la signature d’une feuille de route bilatérale, qui prévoit de renforcer notre coopération en matière économique, culturelle, de défense et de sécurité. Dans le cadre du 3ème plan d’aide, la France apporte son assistance technique pour la mise en œuvre des réformes contenues dans le mémorandum. En lien avec le Service d’appui à la réforme structurelle de la Commission européenne, elle est notamment chef de file dans le domaine de la réforme de l’Etat.

Relations économiques et commerciales

Malgré des volumes modestes (0,5% de nos exportations et 0,1% de nos importations), la Grèce représente avec un solde excédentaire de 823 M€ en 2016 notre 1er excédent commercial dans la zone euro et le 2e dans l’UE (derrière le Royaume Uni 10,7 Mds€). Elle est notre 8e excédent mondial, derrière le Royaume Uni, Hong-Kong et les E.A.U.

Au 1er semestre 2016, les exportations françaises en Grèce ont enregistré un fléchissement de 1% par rapport au premier semestre de l’année précédente, atteignant 1,1 Md€. Les importations de produits grecs en France ont diminué de 10,2% (dépassant 300 M€, ce qui fait de la France le 11e client de la Grèce). Un solde de 823 M€ a ainsi été dégagé au 1er semestre 2016, en hausse de 2,9% par rapport au 1er semestre 2015 (799,7 M€). La France n’est pourtant que le septième fournisseur de la Grèce, où elle enregistre une part de marché (4,5%) inférieure de moitié environ à celle de l’Allemagne (11,2%) et de l’Italie (8,6%).

Les exportations françaises sont relativement diversifiées mais encore concentrées sur quelques grands secteurs. Pour plus du tiers du total, les biens de consommation sont prédominants (parfums et cosmétiques, produits pharmaceutiques, produits textiles et d’habillement), suivi par le secteur agroalimentaire pour 1/5e (mais surtout concentré sur les exportations de viande de bœuf). Les exportations de biens d’équipement sont à la hausse, mais tirés surtout par les livraisons aéronautiques à la compagnie privée Aegean Airlines.

Source : direction générale du Trésor

La coopération culturelle, scientifique et technique

Les échanges culturels entre la France et la Grèce, historiquement très anciens, sont particulièrement denses. Ils s’appuient sur quatre structures : l’Ecole Française d’Athènes fondée en 1846 et dédiée à l’archéologie, l’Institut Français d’Athènes et ses annexes en province, l’Institut Français de Thessalonique et le Lycée franco-hellénique d’Athènes, "Eugène Delacroix". Cette relation privilégiée est portée par une francophilie ancienne, très ancrée, qui a été illustrée récemment par l’entrée de la Grèce, en tant que membre de plein droit, au sein de l’Organisation Internationale de la Francophonie (septembre 2006). Environ 300.000 élèves apprennent notre langue et le pays compte quelques 4.000 professeurs de français. Le français est la deuxième langue vivante enseignée à l’école primaire et au collège (en concurrence avec l’allemand), mais souffre de l’absence d’une deuxième langue vivante obligatoire au lycée, ce qui pénalise notre offre d’enseignement supérieur.

Les liens culturels historiques entre la France et la Grèce permettent également d’entretenir des relations artistiques riches. Les échanges dans ce domaine sont nourris, et les biens culturels français prisés des élites grecques. La promotion du cinéma français a été renforcée par la création d’un festival du film français, avec l’aide des distributeurs locaux, et une participation renforcée dans les grands festivals internationaux, comme celui de Thessalonique.

Notre relation bilatérale s’ouvre également sur les nouveaux secteurs de l’économie numérique. Un forum franco-hellénique des affaires et de l’innovation s’est ainsi tenu les 24 et 25 novembre 2016 à Athènes et a permis d’explorer des nouveaux champs de coopération.

Coopération policière et judiciaire

La coopération franco-grecque en matière de sécurité intérieure a connu un net essor après la participation de la France à la préparation des Jeux Olympiques de 2004 à Athènes. Après les incendies de l’été 2007, la France a, par ailleurs, apporté à la Grèce une aide rapide et massive que cette dernière a fortement appréciée. Un peu plus tard, en novembre de la même année, la Grèce a adhéré à la Force d’Intervention Rapide Européenne, (aujourd’hui F.I.R.E 5) créée par la France, l’Italie, l’Espagne et le Portugal pour lutter contre les feux de forêts. Le soutien de la France s’est de nouveau manifesté, durant l’été 20 09, à l’occasion des nouveaux feux de forêts qui ont touché le pays.

Aujourd’hui, l’immigration irrégulière est devenue le premier enjeu de sécurité intérieure en Grèce. Confrontée à une augmentation importante de l’immigration clandestine impactant la sécurité européenne, la Grèce a sollicité un soutien accru de l’Union européenne mais aussi de la France. Dans ce contexte, une deuxième tranche de 115M€ a été débloquée le 10 septembre 2016 dans le cadre de l’Instrument EURO-ECHO (qui prévoit 700M€ sur trois ans, dont 300M€ en 2016, pour l’ensemble des pays frappés par la crise migratoire), portant à 198M€ l’aide humanitaire apportée à la Grèce en 2016. S’y ajoutent 353M€ d’aide d’urgence engagés depuis l’année 2015, et 509M€ de soutien à la politique migratoire grecque pour la période 2014-2020. Athènes a également activé, par deux fois, le Mécanisme européen de protection civile (la France y a répondu à chaque fois).

Par ailleurs, les Conseils JAI extraordinaires des 14 et 22 septembre 2015 ont adopté deux mécanismes de « relocalisation » d’urgence pour 160.000 personnes en besoin manifeste de protection arrivées en Italie et en Grèce. Pour sa part, la France accueillera un peu plus de 37.000 personnes au titre de ces mécanismes et de sa contribution à la déclaration conjointe UE/Turquie. Avec 2 091 relocalisations réalisées au 15 décembre 2016, la France est le premier contributeur en termes de relocalisations effectuées depuis la Grèce.

Mise à jour : 10.01.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE