Accès rapide :

L’Union européenne et la Grèce

La Grèce a exercé la présidence du conseil de l’Union européenne au premier semestre 2014. Quatre priorités ont dominé cette présidence : la croissance et l’emploi ; l’Union économique et monétaire et l’union bancaire ; l’immigration et le droit d’asile ; la politique maritime en Méditerranée.

En raison des enjeux économiques et d’influence, l’élargissement régional constitue également une priorité majeure pour Athènes. La Grèce soutient l’ouverture des négociations avec la Serbie et la perspective européenne de l’Albanie, (1er pays d’accueil des IDE, 2ème partenaire commercial de la Grèce, présence d’une minorité grecque). S’agissant du Kosovo, si Athènes ne reconnaît toujours pas son indépendance, elle ne s’oppose pas au développement de sa coopération avec l’UE.

Dans le domaine de la justice et des affaires intérieures, la Grèce en appelle à l’aide européenne pour lutter contre l’immigration illégale, une des priorités du gouvernement. Elle met en avant son incapacité à faire face seule à l’intensification des flux d’immigrés illégaux, venant de Turquie, du fait des troubles au Proche et Moyen-Orient et en Afrique, de la non application par Ankara de l’accord bilatéral de réadmission et à sa généreuse politique de visas, ainsi que de l’absence d’un accord de réadmission UE-Turquie. Athènes demande une augmentation des financements européens, le déploiement de Frontex sur le territoire turc et la création de garde-côtes européens.

M. Dimitris Avramopoulos, jusqu’alors ministre de la Défense dans le gouvernement Samaras, a été nommé, en décembre 2014, Commissaire européen aux Migration et aux Affaires intérieures dans la Commission présidée par Jean-Claude Juncker.

Mise à jour : 19.05.16

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016