Accès rapide :

La France et le Gabon

Brève

Actualité du réseau culturel - Festival de danse à l’Institut français du Gabon (5 au 7 juin 2014)

La manifestation proposait un large panorama de la création chorégraphique africaine avec sept compagnies provenant du Sénégal, du Cameroun, de la République démocratique du Congo et du Gabon.

» Lire la suite ...

Présentation

Relations politiques

Les relations franco-gabonaises sont traditionnellement denses et ponctuées de visites bilatérales régulières. C’est à Paris que le président Ali Bongo Ondimba a effectué sa première visite bilatérale hors de la sous-région, le 20 novembre 2009. Outre les rencontres bilatérales en marge des sommets internationaux, Ali Bongo a été reçu à l’Elysée à 5 reprises, de décembre 2009 à juillet 2012. Après avoir pris part au sommet de l’Elysée sur la paix et la sécurité en Afrique de décembre 2013, Ali Bongo a effectué une visite de travail en France le 4 avril 2014. Le dernier entretien avec le Président de la République, à l’Elysée, le 14 septembre 2015, a été dominé par la préparation de la COP21, les questions de sécurité régionale et les relations économiques bilatérales. Seul chef d’Etat d’Afrique centrale présent lors de la marche républicaine du 11 janvier 2015, Ali Bongo a aussi participé au forum franco-africain pour une croissance partagée organisé à Bercy le 6 février dernier et s’est entretenu avec le Premier ministre et le ministre de la Défense en marge du dernier salon du Bourget. Le déplacement à Libreville de Ségolène Royal et d’Annick à Girardin à l’occasion de la 4e édition du New York Forum Africa a donné lieu à des échanges nourris avec le président Bongo, notamment autour de la COP21.

Dernières visites bilatérales

  • 14 septembre 2015 : visite de travail d’Ali Bongo à Paris. Entretien avec le Président de la République.
  • 28-29 août 2015 : déplacement de Ségolène Royal et d’Annick à Girardin à l’occasion de la 4e édition du New York Forum Africa.
  • 16 juin 2015 : déplacement d’Ali Bongo au salon du Bourget (entretien avec Manuel Valls et Jean-Yves Le Drian)
  • 5 février 2015 : déplacement d’Emmanuel Issoze Ngondet, ministre des affaires étrangères, et de Régis Immongault, ministre de l’économie. Entretien avec Madame Annick Girardin, secrétaire d’Etat chargée de développement et de la francophonie.
  • 27-31 octobre 2014 : déplacement du ministre de la défense, Ernest Mouho Epigat, à l’occasion du salon Euronaval. Entretien avec Jean-Yves le Drian.
  • 25 septembre 2014 : entretien de Ségolène Royal, avec Noel Nelson Messone, Ministre de l’environnement, à New York, en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies.
  • 15 août 2014 : participation d’Ali Bongo aux cérémonies de commémoration du débarquement de Provence.
  • 23 mai 2014 : déplacement de Laurent Fabius, ministre des affaires étrangères et du développement international, à Libreville, à l’occasion du New York Forum Africa
  • avril 2014 : visite de travail d’Ali Bongo à Paris. Entretien avec le Président de la République.
  • 2 janvier 2014 : visite de travail de Jean-Yves le Drian, ministre de la défense. Entretien avec Ali Bongo.
  • 3 décembre 2013 : déplacement d’Emmanuel Issoze Ngondet, ministre des affaires étrangères. Entretien avec Laurent Fabius.
  • 22 novembre 2013 : déplacement de Jean - Yves le Drian, ministre de la défense. Entretien avec Ali Bongo.
  • 5 juin 2013 : visite d’Ali Bongo à Paris à l’occasion de la remise du prix Houphouët-Boigny (UNESCO) au président Hollande.
  • 24 octobre 2012 : visite en France de Pacôme-Rufin Ondzunga, ministre de la Défense (salon Euronaval).
  • 4-5 juillet 2012 : visite de travail d’Ali Bongo à Paris. Entretien avec le Président de la République.
  • 3-6 février 2012 : visite au Gabon de M. Edouard Courtial, secrétaire d’Etat chargé des Français de l’étranger.
  • 16 juillet 2011 : visite au Gabon de M. Fillon, Premier ministre.

Relations économiques

Les exportations françaises, qui touchent tous les secteurs de l’économie, ont connu un net repli en 2013 (728 M€) et en 2014 (629 M€). Occupant une position traditionnellement forte, la France demeure le premier fournisseur du Gabon, mais sa part de marché tend à diminuer (28% en 2012, 21% en 2014) au profit notamment de la Chine (3e fournisseur) et de la Turquie (7e fournisseur). Les importations en provenance du Gabon, qui avaient doublé en 2013, représentent 123 M€ en 2014 – calculée en valeur, cette baisse est largement imputable à la chute du prix du baril de brut. Elles concernent à 80% les matières premières (pétrole, bois et manganèse). Le solde des échanges commerciaux, traditionnellement excédentaire en faveur de la France, s’est élevé à 555 M€ en 2014. Il a ainsi retrouvé son niveau de 2012, après s’être fortement contracté en 2013. 120 entreprises françaises sont établies au Gabon, auxquelles s’ajoute un tissu de 200 PME-PMI. Leur activité couvre l’ensemble des secteurs économiques. Dans le secteur pétrolier, Total Gabon investit autour d’un milliard d’euros par an depuis 2011 afin de relancer la production du champ « mature » d’Anguille qui devrait lui garantir la place de premier producteur du pays pour les années à venir. Le Gabon accueille toutefois de plus en plus d’investisseurs d’autres nationalités, comme la Chine, l’Espagne ou le Maroc. Dans le domaine minier, outre la création du complexe métallurgique de Moanda (voir supra), Eramet est fortement engagé dans le projet de réhabilitation du chemin de fer Transgabonais, en partenariat avec l’Etat gabonais, et prévoit d’ouvrir en 2016 une école des mines, afin de former la main-d’œuvre locale. Dans le domaine de l’exploitation forestière et de la transformation du bois, la présence française (Rougier, CBG/groupe Fénart, et Thébault Transbois) reste forte, malgré une présence asiatique de plus en plus marquée. Dans le secteur du BTP, les sociétés Vinci (SOGEA SATOM) et Bouygues (COLAS, Dragages, ETDE) sont présentes.

www.missioneco.org/gabon

Coopération culturelle, scientifique et technique

La France est un important bailleur de fonds avec 50 M€ d’engagement par an en moyenne, essentiellement sous forme de conversion/annulation de dette et de prêts. Le Gabon ayant les moyens de financer l’essentiel de son développement, l’AFD a pu y accroître son volume de prêts. Afin de soutenir le programme « Gabon vert » lancé par Ali Bongo, la France a signé en 2008 un accord de conversion de dette (60,4 M€ avec les intérêts), intégralement affecté à la gestion durable des écosystèmes forestiers et au développement de l’économie de la filière bois/forêt. Co-piloté par la partie française et la partie gabonaise, l’ACD a notamment permis le financement d’un plan de lutte contre le braconnage des éléphants et du projet de surveillance satellitaire développé par l’agence gabonaise d’études et d’observations spatiales, inauguré par le président Bongo en août 2015, en présence de Ségolène Royal, d’Annick Girardin et de M. Jean-Yves Le Gall, président du CNES. En outre, l’AFD a soutenu l’élaboration du Plan national climat et la rédaction de la contribution gabonaise à la réduction des GES, en vue de la COP21.

Dans le domaine de la coopération culturelle, le Centre culturel français (CCF) Saint-Exupéry de Libreville œuvre à la valorisation de la culture française et développe des partenariats avec les acteurs de la vie artistique locale. Les principaux axes d’intervention sont la diffusion de spectacles français et gabonais lors de manifestations (Fête de la musique, Lire en fête, le Festival de théâtre international gabonais…), le soutien au développement culturel du Gabon grâce au transfert des savoir-faire (création, diffusion, conservation, formation, gestion) et le développement du mécénat pour la mise en place de grands événements. En vue de la COP21, l’IFG organise plusieurs manifestations (débats, conférences, formations…) dans le cadre de l’opération « 300 jours pour comprendre les enjeux de la lutte contre le changement climatique ».

http://www.ccfgabon.org/

La coopération scientifique et de recherche menée avec le Gabon concerne essentiellement le secteur de la recherche médicale avec l’appui apporté au Centre international de Recherche médicale de Franceville (CIRMF). Centre de référence régional de l’OMS pour le diagnostic des fièvres hémorragiques virales, le CIRMF est pleinement mobilisé dans la lutte contre le virus Ebola.
http://www.cirmf.org/

En 2011, la France et le Gabon ont lancé le programme de bourses Concorde qui, grâce aux financements des deux pays, permet d’accueillir en France pour la fin de leurs études des étudiants gabonais particulièrement méritants. En 2011, le programme avait financé 33 bourses. En 2012, ce sont 106 étudiants gabonais qui ont pu en bénéficier.

En juillet 2013, la France et le Gabon ont célébré ensemble le centenaire de l’arrivée au Gabon de l’Alsacien Albert Schweitzer, prix Nobel de la paix 1952, et de la fondation de son hôpital à Lambaréné.

Autres domaines de coopération

La France déploie des forces armées au Gabon depuis l’indépendance, conformément aux accords de défense d’août 1960. Le 1er septembre 2007, les forces françaises au Gabon ont remplacé les troupes françaises au Gabon (TFG), avant de devenir en 2014 les Eléments français du Gabon. Les EFG mettent en œuvre la coopération militaire opérationnelle et technique avec l’ensemble des pays de la CEEAC et assurent une présence au profit des pays hôtes et des intérêts français dans la région. Le nouvel accord de défense visant à instaurer de façon transparente un partenariat en matière de sécurité dans le cadre du dispositif africain de sécurité collective, signé en juillet 2010, est entré en vigueur en juin 2014.

La France apporte aussi son appui à l’école d’état-major de Libreville, devenue la référence dans ce domaine en Afrique, ainsi qu’à l’école d’application du service de santé militaire de Melen, proposée comme centre d’excellence à l’échelle du continent. Enfin, le service de santé des armées a très largement soutenu la création d’un service médical d’urgence et de réanimation des armées (SMURA) dédié à la prise en charge pré-hospitalière des populations civiles.
www.defense.gouv.fr

En matière de sécurité intérieure, nos moyens se concentrent sur la lutte contre les filières d’immigration illégale et sur la fraude documentaire. Les flux migratoires font l’objet d’une gestion concertée, dans le cadre d’un accord signé le 7 juillet 2007.

Mise à jour : 09.10.15

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016