La France et l’Ethiopie

Présentation

Relations politiques

Le dialogue franco-éthiopien progresse

  • Visites en Ethiopie du Président de la République française : 30 janvier 2011 (Sommet de l’Union africaine) ; 25 mai 2013 (Cinquantenaire de l’Organisation de l’Unité africaine) ;
  • Visite en France de l’actuel Premier ministre Hailemariam Desalegn : 18-19 avril 2013 (visite de travail) ; 6-7 décembre 2013 (Sommet de l’Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique) ; décembre 2015 (COP21) ;
  • Visites en Ethiopie de ministres français : Ministre des Affaires étrangères (janvier 2013) ; Ministre délégué chargé du Développement (7-8 juillet 2013) ; Ministre du Commerce extérieur (20-21 décembre 2013) ; Secrétaire d’Etat au Développement et à la Francophonie (avril 2015) ; Secrétaire d’Etat chargé du commerce extérieur, de la promotion du Tourisme et des Français de l’étranger (décembre 2015) ; Ministre de l’Environnement (février 2016) ;
  • Visites en France de ministres éthiopiens : Ministre des Transports (janvier 2013) ; Ministre des Affaires étrangères (avril 2013 et décembre 2013) ; Vice-premier ministre et Ministre de la Fonction publique (mai 2013) ; Ministre de la Justice (avril 2014) ; Vice Premier-ministre (novembre 2014) ; Ministre de l’Environnement (décembre 2015, COP 21) ; Ministre des transports (mars 2016 et janvier 2017).

Relations économiques

Au plan commercial, les relations entre la France et l’Ethiopie se sont densifiées au cours des cinq dernières années.
Le solde commercial est structurellement excédentaire pour la France (179,7 M€ en 2015, en hausse de 216% par rapport à 2014).
Pour 2015, les exportations françaises se montent à 228,1 M€ et se concentrent sur 3 secteurs principaux : produits pharmaceutiques (48% des ventes), matériels de transport, produits des industries agroalimentaires.

Les importations françaises en provenance de l’Ethiopie ont progressé de 13,1% par rapport à 2014, et s’élèvent à 48, 4 M €. Elles se concentrent sur les produits agricoles, pour 46,1 M€ (à 95,3% du café brut).

Les grands groupes français sont présents en Ethiopie (Castel, Total, Alstom, France Telecom, Bolloré, Airbus). Des contrats importants ont été signés et le marché éthiopien offre des perspectives prometteuses (croissance importante, 100 millions d’habitants aujourd’hui et 150 millions d’ici 2050).
Fin 2015, on comptait 32 implantations françaises en Ethiopie contre 28 à fin 2014. Ces filiales et bureaux de projets emploient près de 3 000 personnes et réalisent un chiffres d’affaire d’environ 300 M€.

La France se place parmi les principaux investisseurs européens, derrière le Royaume-Uni, l’Italie et les Pays-Bas.

Coopération

La présence ancienne d’établissements culturels, éducatifs et de recherche français (Lycée français Guebremariam, Alliance éthio-française, Centre français d’études éthiopiennes) font de la France un contributeur reconnu au développement du pays.

La coopération bilatérale française en Ethiopie est principalement centrée sur :
1) l’enseignement supérieur. En marge d’un programme de bourses (majoritairement en master ou en cursus d’ingénieur et en doctorat) traditionnel, le Ministère des Affaires étrangères a mis en place des bourses co-financées avec le secteur privé présent en Ethiopie (BGI Castel et Alstom)
2) l’enseignement du français. La réintroduction du français, dans l’enseignement secondaire public, et le soutien aux départements universitaires de français en constituent les deux axes principaux.

L’agence Française de Développement (AFD) intervient en Ethiopie depuis septembre 1993 et, à partir de 2010, sous forme de prêts souverains.
A ce jour, le portefeuille de projets s’élève à environ 407 M€, dont un encours en prêt de 373 M€. Ses interventions se concentrent sur les secteurs des transports, de l’eau et de l’assainissement, de l’énergie et du développement urbain.

Mise à jour : 25.01.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE