Etats fédérés de Micronésie

Présentation

Données générales

GIF

Nom officiel : Etats fédérés de Micronésie
Nature du régime : République, fédération de quatre Etats : Yap (capitale : Côlonia), Chuuk (capitale : Weno), Pohnpei (capitale : Kolonia), Kosrae (capitale : Tofol). Capitale fédérale : Palikir
Chef de l’Etat : M. Peter Christian, Président de la République

Données géographiques

Superficie : 701 km² (607 îles) ZEE : 2 970 000 km2
Capitale : Palikir (Etat de Pohnpei)
Villes principales : Palikir, Côlonia, Weno, Kolonia, Tofol
Langue(s) officielle(s) : anglais et huit langues vernaculaires
Langue(s) courante(s) : pohnpeian, kosrean, nukuorot, yapese, ulithian, woleian, chuukese, kapingamarangi.
Monnaie : US dollar (1 USD = 0,94 euro, taux de chancellerie au 1er février 2017)
Fête nationale : 3 novembre

Données démographiques

Population (2015) : 104 460 hab (source Banque Mondiale)
Densité (2015) : 149,2 hab/km² (source Banque Mondiale)
Croissance démographique (2015) : 0,4 % (source Banque Mondiale)
Espérance de vie (2014) : 69,1 ans (source Banque Mondiale)
Taux d’alphabétisation : 95,1%
Religion(s) : catholicisme (50%), protestantisme (47%)
Indice de développement humain : 0,630 (201) 123ème rang mondial

Données économiques

PIB (2015) : 315 millions USD (source Banque Mondiale)
PIB par habitant (201) : 3.015 USD (source Banque Mondiale)

Taux de croissance (2015) : 3,8% (source Banque Mondiale)
Taux d’inflation (2015) : -4,6 % (source Banque Mondiale)

Importations (2015) : 170,8 millions USD (source ITC)
Exportations (2015) : 23,4 millions USD (source ITC)

Principaux clients : Thaïlande (51,3%) ; Japon (19,1%) ; Indonésie (7,3%) ; Chine (5,8%) ; Arabie Saoudite (3,3%) – Source : ITC 2015
Principaux fournisseurs : Corée (27,2%) ; Etats-Unis (23,5%) ;Japon (12,4%) ; Chine (8,5%) ; Russie (7,2%) ; Nouvelle-Zélande (5%) – Source : ITC 2015
Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB (2015, source Banque mondiale) :

  • agriculture : 28,2 %
  • industrie : 6,6%
  • services : 65,2%

Exportations de la France vers les Etats fédérés de Micronésie : peu significatives
Importations françaises depuis les Etats fédérés de Micronésie : peu significatives

Politique intérieure

Les Etats fédérés de Micronésie sont une république fédérative à régime présidentiel. Le Président de la République est à la fois chef de l’Etat et chef du Gouvernement. Cette fonction est actuellement exercée par M. Peter Christian, sénateur de l’île de Pohnpei qui a été élu le 11 mai 2015 par le Congrès issu des élections du 3 mars 2015

Le Congrès des États fédérés de Micronésie compte 14 membres élus au scrutin majoritaire uninominal à un tour dont dix sont élus pour deux ans et quatre pour quatre ans. Chaque État de Micronésie élit un sénateur au mandat de quatre ans.

Les dix sénateurs au mandat de deux ans sont élus par l’un des dix districts électoraux répartis entre les quatre États en proportion de la population : cinq districts pour l’Etat de Chuuk, un district pour l’Etat de Kosrae, trois districts pour l’Etat de Pohnpei et un district pour l’Etat de Yap.

Les dernières élections qui ont eu lieu le 7 mars 2017 ont permis le renouvellement des dix membres du congrès à l’échéance normale de leur mandat. Les deux seules femmes candidates n’ont pas été élues.

Les États possèdent ensuite leur propre système de gouvernement interne et leur propre constitution. L’Etat de Chuuk par exemple possède deux chambres : le Sénat dont les dix membres sont élus pour quatre ans, la Chambre des représentants qui compte vingt-huit élus choisis pour deux ans.

Les travaux des assemblées ne peuvent aller à l’encontre de la constitution de leur État, de la constitution de la Micronésie et des lois et règlements votés par le Congrès des États fédérés de Micronésie.

Situation économique

L’économie est largement dépendante de l’aide américaine (35% du PIB et 80% du budget annuel de l’Etat). Le "Compact of free association", qui régit les relations entre les deux pays, a été renouvelé le 4 novembre 2002 et le nouveau texte est entré en vigueur en juin 2004. Les EFM devraient recevoir au total 1,84 Mds USD sur 20 ans. L’aide américaine se concentre sur les secteurs de la santé, de l’éducation et de la formation professionnelle, le financement des infrastructures et la protection de l’environnement, afin d’accélérer les mutations de l’économie, notamment par le développement de l’initiative privée.

L’économie locale repose sur quelques secteurs d’activité. La pêche, qui bénéficie de l’importance de la zone économique exclusive (2,97 millions de km²) et de la richesse des stocks de thon, demeure la principale ressource du pays, grâce aux licences de pêche accordées aux flottes étrangères (qui représentent environ 50% des recettes budgétaires totales du pays). Les autorités s’efforcent de favoriser le développement à terre, par le secteur privé, d’activités de transbordement et de transformation attractives pour les opérateurs étrangers. L’agriculture, axée sur la subsistance, ne contribue que de manière marginale aux exportations du pays (coprah).

Près de 40 000 ressortissants (soit 25% de la population) des EFM résident à l’étranger, principalement aux Etats-Unis (Hawaï, Californie) et dans les territoires américains non-incorporés de Guam et des Mariannes du Nord. Cette communauté représente une source croissante de revenus pour le pays, évalués à 20 M USD/an.

Après une série de typhons, le PIB des Etats fédérés de Micronésie a chuté à -3,4% au cours de l’année 2014, mais a connu une importante reprise dès 2015 à 3,8%.

C’est le secteur de la construction qui a permis de redynamiser l’économie, notamment grâce à des projets en cours dans les domaines du transport et de l’énergie. Avec près de 20 000 visiteurs par an, la Micronésie dispose d’un potentiel touristique non négligeable, notamment dans le domaine de l’écotourisme.

La priorité du gouvernement est de mettre en place les mesures nécessaires pour réduire le déficit budgétaire et s’affranchir de la dépendance par rapport à l’aide américaine qui devrait expirer en 2023. Des réformes structurelles pour dynamiser le secteur privé et améliorer le climat des affaires sont en cours.

Néanmoins les défis restent importants, l’éloignement des quatre Etats les uns par rapport aux autres ne facilite pas l’insertion et le développement économiques. Le chômage touche près d’un cinquième de la population et plus de 20% des micronésiens vivent sous le seuil de pauvreté. Les risques climatiques peuvent également entraîner d’importantes pertes agricoles. La sécheresse du début d’année 2016 a ainsi obligé la Banque asiatique de Développement à revoir ses prévisions de croissance du PIB de 3,4 à 1,4%.

Dans le domaine du changement climatique et de la protection de l’environnement, les Etats fédérés de Micronésie partagent la crainte des autres Etats insulaires du Pacifique liée au réchauffement des eaux et à la survie des récifs coralliens. Les EFM participent ainsi au « Micronesia Challenge », programme de protection des ressources naturelles initié par la République des Palaos et repris par la République des Iles Marshall, Guam et les Mariannes du Nord, qui vise à assurer la protection d’au moins 30% des ressources maritimes proches du littoral et de 20% des ressources terrestres. Les EFM ont également ratifié le protocole de Nagoya sur la biodiversité.

Politique étrangère

La relation avec les Etats-Unis demeure centrale. Le "Compact of free association" prévoit la prise en charge par les autorités américaines de la défense et de la sécurité des Etats fédérés de Micronésie.

Toutefois, en décembre 2015, le Congrès des États fédérés de Micronésie a présenté une résolution signifiant l’intention de mettre fin à l’Accord de libre association avec les États-Unis d’Amérique en 2018, alors que les deux parties étaient en train de discuter d’un éventuel renouvellement du Pacte qui expire en 2023. Cette résolution, si elle devait aboutir, viendrait perturber le financement des programmes et poserait la question du garant de la sécurité des EFM.

Le Japon, deuxième donateur d’aide après les Etats-Unis, entretient des relations diplomatiques fortes. Le Président MORI s’est rendu à Tokyo en 2014, ainsi que le Président CHRISTIAN nouvellement élu en 2015, à l’occasion du 7e forum des Iles du Pacifique. Le Japon dispose d’une ambassade à Palikir et les EFM d’une ambassade à Tokyo.

Les Etats Fédérés de Micronésie sont le seul des trois Etats issu des "Territoires sous tutelle américaine du Pacifique" à entretenir des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine (les Palaos et les Iles Marshall reconnaissent Taiwan). Ils disposent d’une ambassade à Pékin. La Chine a considérablement renforcé son influence dans le pays : elle y dispose d’une ambassade et figure au deuxième rang des bailleurs de fonds avec un montant d’APD à peu près équivalent à celui du Japon, derrière les Etats-Unis. Son aide a notamment permis de financer la construction d’infrastructures. Après le passage du typhon Maysak en avril 2015, la Chine a fait un don de 500 000 dollars en faveur de la reconstruction de Chuuk et Yap, affectées par le typhon.

L’Australie reste un donateur d’aide important avec une APD de 9,8 millions de dollars australiens (6,9 millions d’euros) en 2016/2017, principalement dédiés à l’éducation, la gouvernance et à l’assistance technique. Canberra finance aussi des programmes de développement dans le domaine de la santé.

Dans le Pacifique sud, les Etats fédérés de Micronésie disposent d’une ambassade aux Iles Fidji.

Les EFM accueillent à Pohnpei le siège de la Commission des Pêches du Pacifique Occidental et Central (CPPOC/WCPFC). Ils sont régulièrement confrontés au problème de pêche illégale

La Communauté du Pacifique Secrétariat (CPS) dispose d’une antenne régionale à Pohnpei.

Les EFM ont intégré le groupe des petits Etats insulaires au sein du Forum des Iîles du Pacifique (FIP) le 8 septembre 2016, afin de peser davantage sur les décisions prises dans cette instance. C’est sous la présidence des EFM, cette même année, que le FIP a accepté l’adhésion de la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française en tant que membre plein demandée depuis plus d’une décennie.

Mise à jour : 28.03.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE