Accès rapide :

Présentation

Présentation

Relations politiques

Les consultations au plus haut niveau sont très régulières et le dialogue stratégique mis en place en 2012 permet de dynamiser la relation bilatérale. Le Prince Héritier a rencontré trois fois le Président de la République (le 11 juillet 2012, le 15 janvier 2013 à Abou Dabi et le 16 janvier 2014). Les ministres des Affaires étrangères se rencontrent régulièrement, à titre bilatéral ou en marge de conférences internationales. Les visites ministérielles françaises régulières aux Emirats arabes unis entretiennent un dialogue politique dense et de haut niveau. Le Secrétaire général du Ministère des Affaires étrangères, M. Christian Masset, est le représentant personnel du Président de la république pour le dialogue stratégique, outil de pilotage à haut niveau de la relation bilatérale qui se réunit deux fois par an. Mme Anne-Marie Idrac est, depuis le 29 septembre 2014, la représentante spéciale du Ministre des Affaires étrangères pour les échanges économiques avec les Emirats.

Visites

depuis juin 2014

  • 15 septembre, Abou Dabi : M. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense.
  • 15 septembre, Paris : Cheikh Abdallah Bin Zayed Al Nahyan, Ministre fédéral des Affaires étrangères (Participation à la conférence de Paris sur la Paix et la sécurité en Irak)
  • 29 septembre-2 octobre, Abou Dabi, Dubaï : Mme Anne-Marie Idrac, Représentante spéciale du Ministre pour les relations économiques avec les EAU.
  • 13 octobre, Paris : Cheikh Abdallah Bin Zayed Al Nahyan, Ministre des Affaires étrangères.
  • 3-4 novembre, Abou Dabi : Général de Villiers, CEMA.
  • 4-5 novembre, Abou Dabi : Mme Fleur Pellerin, Ministre de la Culture et de la communication.
  • 10-11 novembre, Abou Dabi, Dubaï : M. Christian Masset, Secrétaire général du MAEDI.
  • 10-11 novembre, Abou Dabi, Dubaï : Mme Anne-Marie Idrac, representante spéciale du Ministre.
  • 14-17 novembre, Paris : Farès Al Mazrouei, Vice-MAE chargé des questions de sécurité.
  • 16 décembre, Abou Dabi : M. Christian Masset, Secrétaire général du MAEDI.

Relations économiques

Les Emirats arabes unis constituent notre premier débouché commercial dans le Golfe et notre troisième excédent mondial, même si notre part de marché est passée en 20 ans de 7 à 3% sous l’impact de la mondialisation. Ils constituent une base régionale stratégique pour nos entreprises (environ 600, en croissance de 10% par an). Les Emirats sont les premiers investisseurs des pays du Golfe en France et représentent près d’un quart des investissements du Moyen-Orient (environ 1,3 Mds euros en 2012). La création d’un fonds d’investissement entre Mubadala et la Caisse des dépôts, doté de 300 M d’euros de capital, décidée lors de la visite du Président de la République début 2013, devrait permettre des investissements conjoints dans différents secteurs d’activité.

Les Emirats arabes unis restent un pays de grands contrats, même si, ces dernières années, des projets structurants pour notre relation économique nous ont échappés, notamment le contrat nucléaire (en 2009), et que nos rencontrent des difficultés face à une concurrence agressive en provenance d’Asie (Corée du sud), entreprises d’Europe (Allemagne, Italie, Espagne) et des grands émergents. Nos entreprises sont mobilisées dans les domaines des infrastructures où de nombreux projets représentent des opportunités (énergies fossiles, transport urbain et ferroviaire, équipements aéronautiques, services énergétiques, désalinisation, installations portuaires et aéroportuaires, etc…).

Investissements émiriens en France

En 2010 (dernières données disponibles de la Banque de France), les Emirats arabes unis étaient les premiers investisseurs du Golfe en France avec 2 Mds €.

Investissements français aux Emirats arabes unis

S’il reste concentré dans le secteur des hydrocarbures et dans le secteur bancaire, le stock d’IDE français aux Emirats, d’un montant de 326 M€ en 2012 (- 161 M€ en 2011), tend à se diversifier au commerce de gros, à la fabrication de produits informatiques, à la construction aéronautique ou encore à la restauration. L’intérêt des entreprises françaises pour le pays est marqué par une augmentation régulière des implantations françaises de 10% par an, soitprès de 600 implantations permanentes aujourd’hui. Le nombre d’expatriés français dans la Fédération est estimé à 20.000 personnes.

Coopération éducative, culturelle, scientifique et technique

La France conduit aux Emirats arabes unis deux projets emblématiques : la Sorbonne et le Louvre. L’université Paris Sorbonne Abou Dabi, seule université francophone du Golfe, a délivré ses premiers diplômes en mai 2010 et poursuit son développement (800 étudiants dont 25 % d’Emiriens). Initialement centrée sur les sciences humaines et sociales, elle a ouvert à la rentrée 2013 une licence de mathématiques et de physique et devrait rapidement offrir, en association avec TOTAL, l’IFP et l’UTC de Compiègne, une formation professionnelle de qualité pour le secteur pétrolier.

Le Louvre Abou Dabi, musée universel d’une ampleur exceptionnelle, ouvrira fin 2015, le bâtiment de Jena Nouvel étant aujourd’hui en phase de finalisation. Les premières œuvres acquises (plus de 200 pièces de toutes époques et de tous pays) ont été présentées lors d’une grande exposition à Abou Dabi en avril 2013, puis au Louvre à Paris de mai à juillet 2014. La liste des 300 œuvres maîtresses prêtées par les musées de France a été publiée.

La coopération militaire

La France est le deuxième partenaire des Emirats arabes unis par la nature et le nombre des actions (plus d’une centaine annuellement). Notre coopération est la plus complète et la plus dense dans cette région, avec une dimension fortement opérationnelle, grâce au dispositif prépositionné des FFEAU (700 hommes), et une grande variété de domaines, y compris les plus sensibles.

Mise à jour : 06.01.15

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2015