Présentation

Données générales

Carte du Congo

Présentation du pays
Nom officiel : République du Congo
Nature du régime : République
Chef d’Etat et de gouvernement : Denis Sassou Nguesso

Données géographiques

Superficie : 342 000 km²
Capitale : Brazzaville
Villes principales : Pointe-Noire, Dolisie,
Mossendjo, Nkayi, Ouesso
Langue(s) officielle(s) : français (officielle), lingala
Monnaie : Franc CFA (1 euro = 655,96 XAF)
Fête nationale : 15 août

Données démographiques

Population (2016) : 5,13 millions d’hab. (Banque mondiale)
Croissance démographique (2016) : 2,6% (Banque mondiale)
Densité : 15 hab./km²
Peuples : Kongo, Téké, Mbochi, Oubanguiens, etc.
Espérance de vie (2015) : 62,9 ans (Banque mondiale)
Religion(s) : christianisme (90%), islam, animisme
Indice de développement humain (2016) : 135ème sur 188 (PNUD)

Données économiques

PIB (2016) : 7,95 Md USD (OMC)
PIB / habitant (2014-2016) : 2 336 USD (OMC)
Taux de croissance (2016) : - 2,7 % (FMI)
Taux d’inflation (2016) : 2,5% (0,9% en 2015) (FMI)
Balance commerciale (2016) : -20 Mds USD (OMC)
Principaux fournisseurs (2016) : Chine (20%), France (13,3%) (DGT)
Production pétrolière (2016) : +232 000 barils jours ( 240 000 b/j en 2015)
Exportations françaises vers le Congo : 520 M€ en 2016 (654,7M€ en 2015) (DGT)
Importations françaises du Congo : 41,8 M€ en 2016 (88,2 M€ en 2015) (DGT)
Portail de la Direction générale du Trésor : http://www.tresor.economie.gouv.fr/pays/congo
Classement « Doing Business » (2016) : 177ème rang sur 190.

Présence française

Site internet de l’ambassade : https://cg.ambafrance.org/
Consulat général de France : Pointe-Noire
Communauté française : 6 630 Français immatriculés fin septembre 2017 (dont 64% à Pointe-Noire et 36% à Brazzaville)
Communauté congolaise en France : environ 35 000 résidents autorisés à séjourner en France (Ministère de l’intérieur, 2015)

Eléments d’actualité

Politique intérieure

Le Président Sassou Nguesso a été réélu le 20 mars 2016 à l’issue d’un scrutin organisé dans le cadre de la nouvelle constitution révisée en 2015 après un referendum. Les résultats officiels ont donné M. Sassou Nguesso gagnant dès le premier tour (avec 60 %), suivi de M. Guy Parfait Kolelas (15 %) et du général Jean-Marie Michel Mokoko (14 %) – résultats validés par la Cour constitutionnelle le 4 avril, mais qui ont été contestés par l’opposition. Dans la nuit du 3 au 4 avril 2016, des affrontements ont eu lieu à Brazzaville entre les forces de l’ordre et des éléments armés. Le gouvernement en a imputé la responsabilité à des rebelles « Ninja » du pasteur Ntumi. Depuis lors, des opérations militaires ont lieu dans la région du Pool, qui ont provoqué d’importants déplacements de populations. Des élections générales (législatives et locales) ont lieu en juillet 2017 à l’issue desquelles le parti présidentiel PCT (Parti Congolais du Travail) a conservé la majorité à l’assemblée nationale. Le premier ministre Clément Mouamba a été renouvelé dans ses fonctions et un nouveau gouvernement nommé le 22 août (cf infra). Des élections sénatoriales (scrutin indirect) ont eu lieu le 31 août.

Situation économique

L’économie congolaise, extrêmement dépendante des recettes issues des hydrocarbures (90% des exportations et 75% des recettes) pâtit de la chute des cours du pétrole. Celle-ci a entrainé un repli de la croissance (+6,8 % en 2014, 1% en 2015 et -2,7% en 2016). L’inflation reste modérée, mais la dette publique s’est accrue. En dehors des industries extractives, essentiellement pétrolières, et d’un secteur tertiaire en croissance régulière, la part dans le PIB des autres secteurs (BTP, industrie manufacturière, agriculture et élevage) reste faible. Le développement d’infrastructures notamment routières et ferroviaires (axe Pointe-Noire/Brazzaville) est important pour le désenclavement de l’arrière-pays et aussi de la Centrafrique et de la RDC. L’axe routier Pointe-Noire-Brazzaville (535 km) est ouvert à la circulation depuis le 1er mars 2016 avec la mise en service du dernier tronçon Dolisie-Brazzaville (375 km). Concernant l’environnement des affaires, le Congo se situe au 177ème rang sur 190 dans le rapport Doing Business 2016.

Politique étrangère

Le Congo a présidé l’Union africaine (2006) et la CEEAC (2003-2007), et a été membre du Conseil de sécurité des Nations Unies (2006-2007) et du Conseil des droits de l’Homme (2011- 2014). La diplomatie congolaise est active dans l’envrionnement régional. L’Angola est un allié important dont l’aide a été décisive lors des guerres civiles. Le président Sassou Nguesso s’est investi dans le processus politique de sortie de crise en RCA (2015/2016), notamment comme président du comité de suivi des accords de Libreville. Le Congo est par ailleurs contributeur de troupes au sein de la Mission des Nations-Unies en RCA. Il est également actif dans le règlement de la crise des Grands Lacs et signataire de l’accord-cadre d’Addis-Abeba pour la paix en République Démocratique du Congo et dans la région des Grands Lacs. Le Congo est également impliqué sur la question de la sécurité maritime dans la continuité du sommet régional de yaoundé (juin 2013) : un centre régional de la sécurité maritime de l’Afrique centrale (CRESMAC) a été inauguré à Pointe-Noire en octobre 2014. En novembre 2016, le président congolais a été désigné à la tête du comité de haut niveau de l’Union Africaine sur la Libye. Les relations sont étroites avec la Chine, devenue l’un des premiers partenaires économiques du Congo (avec la France et les Etats-Unis). Brazzaville noue également depuis quelques années des liens de plus en plus forts avec les pays émergents, notamment sur le plan économique : Turquie, Russie, Brésil, Inde.

Mise à jour : 06.10.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE