Accès rapide :

La France et le Congo

Présentation

Relations bilatérales

La France et le Congo ont des relations bilatérales denses ponctuées par de nombreuses visites.

Dernières visites bilatérales

  • 14 juin 2016 : Visite à Paris de M. Jean-Claude Gakosso, ministre des Affaires étrangères, de la coopération et des Congolais de l’étranger ;
  • 16 octobre 2015 : Visite à Paris de M. Jean-Claude Gakosso, ministre des Affaires étrangères, de la coopération et des Congolais de l’étranger ;
  • 24 juillet 2015 : visite de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense ;
  • 7-8 juillet 2015 : visite à Paris du président Sassou, qui a été reçu à l’Elysée par le Président de la République et a eu des entretiens avec le Premier ministre ainsi qu’avec le ministre des affaires étrangères et du développement international ;
  • 6 février 2015 : visite en France de MM. Isidore Mvouba, ministre d’Etat, ministre du Développement industriel, et de la Promotion du secteur privé, Gilbert Ondongo, Ministre d’Etat, Ministre de l’Economie, des Finances, du Plan, du portefeuille public et de l’intégration et Jean-Jacques Bouya, Ministre à la Présidence de la République chargé de l’Aménagement du territoire et de la Délégation générale aux grands travaux ;
  • 28 octobre 2014 : visite de Jean-Jacques Bouya, Ministre à la Présidence de la République chargé de l’Aménagement du territoire et de la Délégation générale aux grands travaux ;
  • 14 juillet et 15 août 2014 : visite en France de M. Charles Richard Mondjo, ministre à la présidence de la République chargé de la Défense ;
  • 18-19 mai 2014 : visite de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense ;
  • 9-11 février 2014 : visite de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense  ;
  • 16-22 janvier 2014 : visite privée de M. Denis Sassou Nguesso, président de la République du Congo ;
  • 2 janvier 2014 : visite de M. Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense ;
  • 27-29 novembre 2013 : visite de Mme Yamina Benguigui, ministre déléguée chargée de la Francophonie ;
  • 10-11 juillet 2013 : visite de Mme Yamina Benguigui, ministre déléguée chargée de la Francophonie ;
  • 6-12 avril 2013 : visite à Paris de M. Denis Sassou Nguesso, président de la République du Congo ;
  • 2-3 mai 2012 : visite de M. Jean-Paul Delevoye, président du Conseil économique, social et environnemental ;
  • 5-6 février 2012 : visite de M. Edouard Courtial, secrétaire d’Etat aux Français de l’étranger ;
  • 8 février 2012 : visite à Paris de M. Denis Sassou Nguesso, président de la République du Congo ;
  • 1-3 juin 2011 : visite de M. Thierry Mariani, ministre des Transports, à l’occasion du sommet des 3 bassins forestiers tropicaux ;
  • 29 septembre-1er octobre 2010 : visite de Mme Anne-Marie Idrac, secrétaire d’Etat au Commerce extérieur ;
  • 15-17 août 2010 : visite de M. Gérard Larcher, président du Sénat, à l’occasion du cinquantenaire de l’indépendance de la République du Congo
  • 14 juillet 2010 : visite à Paris de M. Denis Sassou Nguesso, président de la République du Congo ;
  • mai 2010 : participation de M. Denis Sassou Nguesso au sommet Afrique – France organisé à Nice ;
  • 26 avril 2010 : entretien à Paris de M. Sassou Nguesso avec M. Nicolas Sarkozy, Président de la République ;
  • 9 janvier 2010 : visite de M. Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères
  • 26-27 mars 2009 : visite de M. Nicolas Sarkozy, Président de la République

Relations économiques

Le Congo est le premier client de la France en Afrique centrale. A l’échelle subsaharienne (52 pays), le Congo est en 2015 le 5e pays importateur de produits français (derrière l’Afrique du Sud, le Nigéria, la Côte d’Ivoire et le Sénégal), et représente le 3e solde positif de la France (566,5 M€), derrière l’Afrique du Sud et le Sénégal. Les exportations françaises à destination du Congo ont repris fortement à partir de 2005 et, après une période de stabilité, sont reparties à la hausse en 2012 (+20%). Cette tendance se confirme en 2015 : en hausse de 3,0%, elles resprésentent un volume de 654,7 M€, plaçant la France au deuxième rang des fournisseurs du Congo, après la Chine. . Diversifiées, les exportations françaises se partagent entre biens d’équipement, biens de consommation (produits pharmaceutiques principalement), biens intermédiaires et produits agro-alimentaires.

Le stock des investissements directs étrangers (IDE) français au Congo – 2.087 M€ fin 2014, contre 1.906 M€ fin 2013 – place la France parmi les premiers investisseurs étrangers, aux côtés de l’Italie (pétrole, bois, or), des Etats-Unis (pétrole, minoterie, tabac) ou de la Chine (cimenterie, bois).

La France a supporté l’essentiel de l’effort d’annulation de dettes consenti dans le cadre du Club de Paris. L’accord en Club de Paris du 18 mars 2010, après celui conclu en décembre 2008, a permis au Congo de bénéficier de nouvelles annulations de dettes et d’un ré-échelonnement tant à titre bilatéral que multilatéral, Brazzaville ayant atteint le point d’achèvement de l’initiative PPTE. Le 19 juillet 2010, 646 M€ de dettes ont été annulées.

Près de 200 entreprises ayant des intérêts français sont présentes en République du Congo, pour la moitié au travers de filiales de sociétés françaises, auxquelles s’ajoutent autant d’entreprises congolaises ayant un management et/ou des actionnaires français. Elles emploient environ 15.000 salariés – parmi lesquels figurent nombre d’expatriés français et environ 80 volontaires à l’international en entreprise (VIE). Ces entreprises occupent une place de choix dans les secteurs pétrolier et parapétrolier, les transports et la logistique, l’agroalimentaire, l’ingénierie et les services, le BTP et le génie civil, les banques et assurances, la distribution et, plus récemment, la gestion déléguée des services publics.

Dans le domaine pétrolier, Total est présent au Congo dans l’exploration-production depuis 1968. Premier opérateur pétrolier du pays, le groupe a conclu en 2003 un « accord général transactionnel » et lancé une politique volontariste de développement. Cette politique s’est traduite notamment par la mise en production en 2008 du champ de Moho Bilondo, premier développement en offshore profond au Congo, et par la conclusion, le 22 mars 2013, d’un accord sur l’exploitation du gisement de Moho Bilondo Nord (investissement de 10 milliards de dollars). Perenco opère également au Congo dans le domaine de la production pétrolière.

Coopération culturelle, scientifique et technique

La coopération française est solidement implantée au Congo. Depuis 2013, elle n’est plus structurée autour d’un document cadre de partenariat, le Congo ne faisant pas partie des pays pauvres prioritaires selon la typologie du CICID. Les secteurs de concentration de l’aide sont les infrastructures, le développement humain et le développement durable.

La coopération française œuvre aussi à la consolidation de l’Etat de droit (justice, police et gendarmerie), à l’amélioration des conditions de vie des populations (santé publique, coopération éducative et culturelle), au renforcement des structures de l’Etat et des services publics et donne un appui aux initiatives économiques.

A la suite de l’atteinte du point d’achèvement de l’initiative « pays pauvres très endettés » (IPPTE) en janvier 2010 et de la signature d’un accord en Club de Paris en mars, le pays a bénéficié d’annulations de dette multilatérales et bilatérales. Un effort bilatéral additionnel de la France a été consenti sous la forme de Contrats de Désendettement et de Développement (C2D) pour un montant de 230 M€ sur la période 2010-2019 (150 M€ pour 2015-2019) permettant le financement de nombreux projets en subventions, dans ce pays qui bénéficie également, depuis 2014, de la reprise des prêts souverains. Ce volet est mis en œuvre par l’Agence française de développement.

Parmi les projets phares menés par l’AFD figurent la construction de la route de la Corniche à Brazzaville (80 M€) le projet de drainage des eaux pluviales de Brazzaville (86M€), la refonte du système de formation professionnelle et technique (6 M€), l’appui à la mise en œuvre du processus FLEGT (4,5 M£ du DFID), ou encore le financement du programme de mise à disposition des données satellitaires pour le suivi du couvert forestier d’Afrique centrale (ASTRIUM) (8,5 M€).

La coopération française accompagne aussi les ONG françaises à travers le financement d’initiatives dans des secteurs très variés (santé, protection de l’enfance vulnérable, développement local…) et d’un programme concerté pluri acteurs visant à renforcer les organisations de la société civile locales.
La coopération de sécurité et de défense a notamment pour objectif d’appuyer le Congo dans sa volonté de renforcer sa participation aux opérations de maintien de la paix de l’ONU . Elle s’exprime par l’appui à la réorganisation de la gendarmerie, de l’armée et de la police, la formation des cadres, la réorganisation du service de santé des armées, ainsi que l’appui à l’école nationale à vocation régionale (ENVR) « génie-travaux » qui a ouvert en octobre 2009 et accueille des étudiants issus d’autres pays que le Congo depuis septembre 2010. Projet emblématique de la coopération bilatérale, celle-ci poursuit poursuit sa montée en puissance progressive, en élargissant son offre de formation, son recrutement et ses sources de financement (financement notamment de l’UE). Elle a été reconnue en 2015 comme centre d’excellence de la coopération régionale. La coopération française accompagne également les efforts du Congo en matière de sécurité maritime, concrétisés notamment par l’accueil du Centre régional de sécurité maritime de l’Afrique centrale (CRESMAC). Enfin, une action est également en cours dans le domaine de la sûreté aérienne, par l’intermédiaire du projet d’appui à la Sûreté de l’Aviation civile en Afrique (ASACA).

Mise à jour : 20.06.16

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016