Présentation

Relations politiques

La France et le Cap-Vert entretiennent des relations suivies, sur le plan bilatéral et via le partenariat spécial entre l’Union européenne et le Cap-Vert. Un dialogue politique régulier s’est établi entre les deux pays, qui entretiennent également des relations de coopération en matière de développement et de gestion des flux migratoires (signature d’un accord bilatéral en novembre 2008). Le Cap-Vert dispose d’une ambassade à Paris depuis 1996.

La francophonie progresse également dans ce pays (obligatoire dès le secondaire depuis 2013).

Visites

• 2015 (7-10 novembre) : le président de la République du Cap-Vert, M. Jorge Carlos Fonseca, a rencontré le groupe d’amitié de l’Assemblée Nationale ainsi que la diaspora cap-verdienne.

• 2016 (4 novembre) : visite de M. Luís Filipe Tavares, Ministre des Affaires étrangères et de la Défense.

• 2017 (22 février) : visite de M. Tavares.

Relations économiques

La France est un partenaire commercial de second rang pour le Cap-Vert. En 2016, les exportations françaises composées essentiellement de produits électroniques et alimentaires ont atteint 40 M€ (contre 11 M€ en 2015). Les importations françaises demeurent symboliques.

La présence française est essentiellement le fait de particuliers qui créent leurs propres sociétés dans le secteur des services (gestion d’entreprises, tourisme…). Il convient cependant de noter le récent intérêt d’entreprises françaises pour les opportunités d’investissement en infrastructures : Thomson Broadcast a par exemple remporté fin 2014 l’appel d’offres pour le déploiement de la TNT sur l’archipel, de même que Bolloré (ports). Le Club Méditerranée a également des projets dans l’archipel.

Coopération, aide au développement

Présente au Cap-Vert depuis son indépendance, l’Agence française de Développement (AFD) intervient dans les secteurs des infrastructures (équipements municipaux, eau, assainissement, électricité) et du crédit bancaire. Depuis le passage du Cap-Vert au statut de pays à développement moyen en 2008, l’AFD a consenti des prêts souverains : 10 M€ en 2009 dans le secteur de l’eau (adduction d’eau potable et assainissement) à Santiago ; 22,2M€ en 2011 sur des unités de dessalement à Sao Vicente et à Sal. Enfin, en décembre 2014, un prêt de 26 M€ a été accordé à l’Etat pour le renforcement des capacités de production électrique sur l’île de Sal et l’optimisation de l’incorporation des énergies renouvelables dans le réseau électrique. Toutefois, suite au classement en rouge par le FMI en novembre 2016, l’AFD ne peut plus proposer ce type de prêt.

S’agissant de la coopération militaire et de défense, l’appui de la France se concentre sur l’accompagnement des forces armées cap-verdiennes dans leur volonté d’intégration régionale, en particulier au sein de la brigade en attente de la CEDEAO. Il se concrétise notamment par l’enseignement du français au profit des militaires, en s’appuyant sur les structures de la coopération civile. Les fréquentes escales de la Marine nationale sont par ailleurs l’occasion de formations.

Bien que « poste à présence diplomatique », au personnel réduit, l’ambassade de France au Cap-Vert dispose d’un budget de 228 660 euros sur le programme 185 pour l’année 2017, enveloppe gérée en grande partie depuis Paris. Les actions ciblent notamment : la coopération pour le français, la coopération/diffusion culturelle (notamment via l’Alliance française de Mindelo, mais aussi UNI-CV, l’Institut Pedro Pires et l’Harmonia-Kreol Jazz Festival), les enjeux globaux (bourses pour les hauts fonctionnaires), et des bourses d’études et de recherche. Une action de coopération avec la Société nationale de sauvetage en mer a été initiée en 2017.

Dans le domaine de la lutte contre les trafics, une coopération a été développée depuis 2016 avec la Direction des douanes du Ministère des finances, suite à la visite en France du Ministre Tavares. Des actions de formation (ciblant les agents des ports, aéroports, et de la Direction Générale) ont également été effectuées (renseignement, lutte contre le terrorisme, tabac). Une formation des garde-côtes, par la DNRED devrait avoir lieu au cours du premier semestre 2017.

Mise à jour : 10.06.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE