Accès rapide :

La France et le Botswana

Présentation

Relations politiques

Reposant sur des valeurs démocratiques partagées, la relation bilatérale est confiante et amicale. Elle a été dynamisée par l’ouverture d’une ambassade, à Gaborone, en juillet 2000, à l’occasion de l’installation à Gaborone du siège de la SADC. Le chef de la mission diplomatique française est également le Représentant spécial de la France auprès de la SADC.

La visite officielle en France, les 20 et 21 mars 2008, du Président Mogae, puis celle du Président Khama en juin 2015, ont contribué à approfondir la relation politique. La Ministre de l’Environnement, du développement durable et de l’Energie, Mme Ségolène Royal, s’est également rendue au Botswana en août 2015 dans le cadre de la préparation de la COP 21.

Relations économiques

Les relations commerciales bilatérales entre la France et le Botswana sont réduites et n’apparaissent pas en phase avec le potentiel d’un pays dont le PIB s’élève à 16 milliards de dollars. Les exportations françaises sont essentiellement composées de produits pharmaceutiques et de biens d’équipement professionnels. Les importations, de faibles montants concernent des produits manufacturés divers. Il est probable que le niveau réel des échanges soit fortement sous-estimé, une partie du commerce entre France et Botswana transitant par des pays tiers (Afrique du Sud, Belgique ou Israël concernant le diamant…)
Ces données d’exportations varient fortement avec la conclusion de grands contrats (notamment aéronautiques).
Les flux d’investissements directs entre la France et le Botswana sont également modestes (stock français d’IDE au Botswana de 8,7 M€ en 2013). Une vingtaine d’entreprises françaises sont implantées au Botswana.

En raison de l’inadaptation de sa législation bancaire, selon les critères de l’OCDE, le Botswana a été inscrit en 2012 sur la liste française des « Etats et territoires non coopératifs en matière fiscale ». Une réforme de la loi sur le secret bancaire est en cours au Botswana, qui devrait contribuer à mettre fin à cette situation.

Coopération culturelle, scientifique et technique

La coopération culturelle bilatérale a récemment connu un important développement avec la décision du Botswana de généraliser l’enseignement du français au niveau secondaire dans les écoles publiques du pays.

L’Alliance Française de Gaborone constitue un atout important pour le développement de l’usage de la langue et la diffusion de la culture française. L’accord-cadre en matière d’éducation signé le 23 juin 2015, lors de la visite en France du président de la République du Botswana, rehausse l’importance de notre coopération en matière d’enseignement du français.

Mise à jour : 16.01.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE