Présentation

Relations politiques

Le dialogue politique entre la France et la Bosnie-Herzégovine a commencé dès l’indépendance du pays et ne s’est jamais interrompu, même pendant les années de conflit. Durant le conflit en Bosnie-Herzégovine (1992-1995), l’implication politique, diplomatique et militaire (FORPRONU) de la France a été forte. Les Accords de paix, qui ont mis un terme au conflit, ont été paraphés à Dayton et signés à Paris le 14 décembre 1995. L’engagement de la France s’est poursuivi pendant les années de la reconstruction, notamment au travers de sa participation aux opérations de maintien de la paix (IFOR, SFOR, EUFOR Atlhéa). Si la présence militaire française a pris fin, la France participe toujours au Comité directeur du PIC (Peace Implementation Council – Conseil pour la mise en œuvre de la paix), instance donnant au Haut représentant en Bosnie-Herzégovine ses orientations politiques.

Visites

La Présidence collégiale bosnienne a été reçue le 28 mai 2013 par le Président Hollande. En 2015, M. Fadil Novalic, Premier Ministre de FBiH a effectué une visite de travail en France dans le cadre de sa politique de mise en œuvre des réformes structurelles promues par l’Union européenne. Il a été reçu par M. Harlem Désir le 21 octobre 2015. M. Dragan Mektic, ministre de la sécurité de Bosnie-Herzégovine, s’est rendu en France du 16 au 19 novembre à l’occasion du Salon Milipol. A l’occasion du Sommet de Paris sur les Balkans occidentaux qui s’est tenu le 4 juillet 2016, M. Jean-Marc Ayrault s’est entretenu avec son homologue bosnien Igor Crnadak. La délégation bosnienne était menée par le Président du Conseil des ministres M. Denis Zvizdic. Le 8 novembre 2016 le ministre bosnien de la sécurité Dragan Mektic s’est entretenu à Paris avec Bernard Cazeneuve, ministre de l’intérieur.

Le Secrétaire d’Etat aux affaires européennes, M. Harlem Désir s’est rendu à Sarajevo le 28 juin 2014, à l’occasion de la commémoration de l’assassinat le 28 juin 2014 de l’Archiduc François-Ferdinand, héritier du trône des Habsbourg. M. Todeschini, secrétaire d’Etat chargé anciens combattants et de la mémoire s’est rendu à Srebrenica en juillet 2015 à l’occasion des 20 ans du génocide.

Relations économiques

Des opportunités existent pour nos entreprises, notamment dans les secteurs des infrastructures et de l’énergie. La Bosnie-Herzégovine est le seul pays des Balkans-occidentaux où aucune banque française n’est présente. Le principal investisseur français en Bosnie-Herzégovine est le groupe laitier Lactalis via sa filiale croate Dukat.

Les échanges de biens entre la France et la Bosnie-Herzégovine sont en hausse de 18,2 % sur un an en 2016, pour atteindre 207,5 M EUR. La France enregistre un déficit commercial avec la Bosnie-Herzégovine depuis 2015, qui a fortement augmenté en 2016 (+51,5 %). Avec 3,5 % des importations bosniennes, l’hexagone est le 8ème fournisseur du pays au niveau européen, et le 12ème au niveau mondial. La France est également le 12ème client de la Bosnie-Herzégovine. Une part importante des importations en provenance de Bosnie-Herzégovine est constituée de biens exportés en B-H pour y être transformés, avant leur réimportation en France.

Coopération culturelle, scientifique et technique
Notre dispositif de coopération s’appuie sur l’Institut français de Bosnie-Herzégovine (IFBH) installé à Sarajevo et qui dispose d’antennes à Mostar et Banja Luka, ainsi que sur l’héritage du Centre André Malraux, installé à Sarajevo pendant le conflit. Ces deux établissements ont fusionné en 2014.

Site de l’Ambassade de France

Autres types de coopération

Un attaché de sécurité intérieure (ASI) en poste à Sarajevo met en œuvre des actions de coopération en matière de police, essentiellement avec les services de police centraux (SIPA, police des frontières en particulier) et dont les axes prioritaires sont la lutte contre le crime organisé, le terrorisme et l’immigration clandestine.

Mise à jour : 25.08.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE