Accès rapide :

Présentation

Données générales

Nom officiel : Royaume du Bhoutan
Nature du régime : Monarchie constitutionnelle (depuis juillet 2008)
Chef de l’Etat : SAR M. Jigme Khesar Namgyal Wangchuck (Roi-dragon)
Chef du Gouvernement : M. Tshering Tobgay (Premier ministre)

Données géographiques

Superficie : 38 394 km²
Capitale : Thimphou (env. 100 000 hbts)
Villes principales : Punakha ; Phuentsholing
Langue officielle : Dzongkha (dialecte tibétain)
Langues courantes : divers dialectes tibétain et népalais
Monnaie : Ngultrum bhoutanais (BTN ; 1€ = 71 Nulgtrum ; la roupie indienne a également cours légal au Bhoutan)
Fête nationale : 17 décembre (établissement de la dynastie Wangchuck)

Données démographiques
(sources pour l’année 2014 : Banque mondiale, FMI, PNUD)

Population : 765 000 habitants
Densité : 16,5 habitants/km²
Croissance démographique : 1,6%
Espérance de vie : 69,5ans
Taux d’alphabétisation : 52,8%
Religion (s) : bouddhisme lamaïque (75%), hindouisme (25%)
Indice de développement humain : 0,605 (132e rang mondial sur 188)

Données économiques
(sources pour l’année 2014 : Banque mondiale, FMI, PNUD)

PIB : 1 959 millions de dollars
RNB par habitant : 2 370 dollars (méthode Atlas)
Taux de croissance : 5,5%
Taux d’inflation : 8,2%
Balance commerciale : 101,3 % du PIB
Principaux clients : Inde, Hong Kong, Singapour
Principaux fournisseurs : Inde, Indonésie, Russie

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB :

  • agriculture : 16,2% (l’agriculture emploie 60%de la population)
  • industrie : 42,3%
  • services : 41,5%

Exportations de la France vers le Bhoutan en 2013 : 481 000 euros (recul de 76,9% par rapport en 2012)
Importations françaises depuis le Bhoutan en 2013 : 976 000 euros (hausse de 720% par rapport à 2012)

Consulat (s) de France :le Consulat général de France à Calcutta (Inde) est compétent pour le Bhoutan.
Communauté française au Bhoutan : <10.
Communauté bhoutanaise en France : entre 40 et 50.

Politique intérieure

Le Roi Jigme Singye Wangchuck a abdiqué à 51 ans. Le jeune roi Jigme Khesar Namgyel Wangchuck, née en 1980, a, dès son accession au trône, entrepris d’appliquer les réformes démocratiques et économiques annoncées par son père et destinées à sortir son pays de l’isolation. Le Bhoutan, monarchie héréditaire, est donc devenue en 2008 une monarchie constitutionnelle parlementaire, avec la rédaction d’un projet de Constitution et la tenue d’élections parlementaires au mois de mars 2008 qui ont vu un taux de participation de 79,4%. Les observateurs ont relevé la bonne organisation du scrutin. Cette élection a été remportée par le DPT (Druk Phuensum Tshogpa, parti bhoutanais de l’unité et de l’harmonie), qui a obtenu 44 sièges sur 47. Des élections locales se sont déroulées en janvier et juin 2011, avec les premiers scrutins dans les quatre plus grandes villes.

Les élections parlementaires du 13 juillet 2013 se sont déroulées de façon satisfaisante, avec un fort taux de participation (80%). La victoire de l’opposition (People’s Democratic Party – PDP) a été nette, avec 55% des voix et 32 sièges sur 47 au Parlement. Au Conseil national (Chambre haute), seulement six des vingt membres ont été réélus. Cette victoire est un signal positif pour l’alternance et la démocratie.

Des élections locales devraient se dérouler en juillet 2016.

Le Bhoutan a mis en place un nouvel indicateur de « bonheur national brut » qui regroupe 33 critères économiques et sociologiques et qui est au centre de sa politique de développement.

Situation économique

La croissance du PIB s’est établie à 5,5% en 2014 (11,7% en 2011, 2,1% en 2013). Le Bhoutan connait une trajectoire positive de développement et de sortie de la pauvreté, mais reste dépendant économiquement du voisin indien, qui y a mis en œuvre d’importants projets d’infrastructures hydroélectriques. En 2012, à la suite d’une pénurie de devises indiennes et d’une balance commerciale déficitaire, notamment vis-à-vis de l’Inde, la Banque centrale du Bhoutan a restreint l’importation de marchandises, pénalisant le développement des infrastructures. Le Bhoutan est un PMA (pays les moins avancés), catégorie qu’il projette de quitter en 2021-2022.

Le Bhoutan est également dépendant à l’égard des bailleurs multilatéraux :

  • avec le FMI, dont le Bhoutan est membre depuis 1981. ;
  • avec la Banque Mondiale ;
  • avec la Banque Asiatique de Développement (BAsD), dont le Bhoutan est membre depuis 1982, et qui est l’institution multilatérale la plus engagée dans le pays. Les infrastructures sont la priorité de la BAsD, notamment un programme d’électrification des zones rurales depuis 1999.

Le 11è plan quinquennal du Bhoutan (2013-2018) se concentre sur la développement socio-économique inclusif et l’autonomie économique (« self-reliance »).

Politique extérieure

Les relations extérieures du Bhoutan sont dominées par des relations privilégiées avec l’Inde : les deux pays sont liés depuis 1949 par un traité d’amitié, qui organise les relations bilatérales et fait de New Delhi le « conseil » de Thimphou dans la conduite de sa politique étrangère. Cet accord a été révisé en 2007, avec la signature à New Delhi le 8 février 2007 par le roi Jigme Khesar Wangchuck et le ministre indien des affaires étrangères, d’un nouveau traité d’amitié, qui prévoit le renforcement de la coopération économique entre les deux pays. La même année, Bhoutan a également conclu avec l’Inde un accord sur le tracé définitif de la frontière. L’Inde représente les trois quarts des échanges commerciaux du Bhoutan. Dans le cadre du 11è plan quinquennal du Bhoutan, l’Inde a déjà octroyé 420 MUSD d’aide liée et 120 MUSD de subventions pour le financement de petits projets de développement.

Le Bhoutan n’entretient pas de relations diplomatiques avec la Chine, avec qui il a un différend frontalier important que les deux pays gèrent pacifiquement. Les relations avec le Népal sont centrées autour de la question des quelque 90 000 réfugiés bhoutanais qui ont fui le Bhoutan durant les années 1980 et 1990, où ils auraient été victimes de persécutions et de violations des droits de l’Homme (les autorités bhoutanaises font de leur côté valoir qu’ils ont quitté le pays de façon volontaire et refusent de les laisser retourner sur leur territoire), et sont actuellement regroupés dans des camps au sud du Népal. Le Népal refusant toute intégration locale, ils dépendent de l’aide du Programme Alimentaire Mondial et font actuellement l’objet de procédures de réinstallation dans plusieurs pays suivies par le bureau du HCR de Katmandou. 50000 d’entre eux ont déjà été réinstallés dans des pays anglo-saxons.

L’Union européenne et le Bhoutan

Les relations diplomatiques entre le Bhoutan et l’Union européenne ont été établies en 1985. La Délégation de l’Union européenne en Inde est compétente pour le Bhoutan. Depuis 2004, des consultations ont lieu tous les deux ans ; la dernière session s’est tenue à Thimphu le 26 novembre 2015. L’Union européenne a pu déployer une mission d’observation électorale en 2008 et une coopération parlementaire a été mise en place en 2009.

L’Union européenne soutient le Bhoutan dans ses efforts de démocratisation et de réduction de la pauvreté. L’aide au développement de l’Union européenne pour 2007-2013 (14 MEUR) s’est concentrée sur les ressources naturelles renouvelables, le soutien au développement économique et commercial, la gouvernance démocratique et la décentralisation. Pour 2014-2020, l’Union européenne a triplé son aide (42 MEUR) et soutient la mise en place du 11è plan quinquennal du gouvernement bhoutanais en octroyant une aide budgétaire visant à renforcer la société civile et les autorités locales ainsi que la durabilité de l’agriculture et de la gestion des forêts. L’Union européenne fournit également une assistance humanitaire (30 MEUR ont ainsi pu être fourni au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés pour les camps de réfugiés bhoutanais et népalais).

L’Organisation des Nations Unies et le Bhoutan

Le Bhoutan a adhéré à l’ONU en 1971. Il est actif au sein du G77. Il fait partie des pays les moins avancés (PMA) ainsi que des Pays en développement sans littoral (PDSL).

Mise à jour : 04.03.16


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016