Accès rapide :

La France et Bahreïn

Brève

Bahreïn - Attentat (28 juillet 2015)

La France condamne l’attentat qui, le 28 juillet au sud de Manama, a coûté la vie à deux policiers et blessés six autres.

» Lire la suite ...

Présentation

Les visites bilatérales

Bahreïn se tourne aujourd’hui de plus en plus vers la France, dans une logique de diversification de ses partenariats.

Le Président Sarkozy, accompagné des ministres des Affaires étrangères et de la Défense, s’était rendu en visite officielle à Manama, le 11 février 2009. Il s’agissait du premier déplacement d’un Président français à Bahreïn depuis 1990.

Le Roi de Bahreïn, Cheikh Hamad bin Issa Al-Khalifa, a été reçu à trois reprises par le Président de la République à l’Elysée, le 23 juillet 2012, le 28 août 2014 et le 8 septembre 2015. Les bases d’un « Haut comité de coordination », instance d’approfondissement de la relation bilatérale, ont été posées à cette occasion. La première réunion de cette nouvelle structure s’est tenue le 28 novembre 2013 sous la coprésidence du directeur français d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient et du Secrétaire général du ministère bahreïnien des Affaires étrangères. En outre, Samira Rajab, ministre de l’information et porte-parole du gouvernement bahreïnien, a effectué une visite d’une semaine en France (8 au 11 février 2014), au cours de laquelle elle a été reçue par la ministre des Droits des femmes.

La relation économique bilatérale

Les échanges commerciaux entre la France et Bahreïn sont traditionnellement soumis à de fortes variations en fonction de la livraison d’aéronefs à la compagnie nationale Gulf Air. En 2014, ce constat s’est largement vérifié puisque La livraison de deux Airbus A321 pour un montant de 111 millions d’euros a permis de porter à 235 millions d’euros le volume de nos exportations en 2014 soit une progression de 70% par rapport à 2013.
Nos importations sont constituées pour l’essentiel de pétrole raffiné et d’aluminium . En 2014, les principaux postes d’importations sont les produits pétroliers raffinés (154 millions d’euros soit une progression de 10% sur un an) et l’aluminium (23,4 millions d’euros soit une progression de 38,2% sur un an).
En 2014, les échanges bilatéraux ont permis de dégager un excédent de 43,5 MEUR.
Sur les six premiers mois de l’année 2015, en l’absence livraison d’aéronefs, nos exportations enregistrent de facto une baisse de 60,4% par rapport au 1er semestre 2014 et s’établissent à 68,3 millions d’euros. Les importations bahreïniennes enregistrent sur la même période un tassement de 35,7% par rapport au 1er semestre 2014. Sur les six premiers mois de l’année, le déficit s’établit à 3,6 millions d’euros.

Le renouvellement de la flotte de Gulf Air pourrait être annoncé en janvier 2016 à l’occasion du Bahrain International Airshow : une commande comprise entre 29 et 50 appareils est actuellement discutée avec les dirigeants d’Airbus.

Le développement de notre potentiel économique reste étroitement lié à notre participation aux grands projets d’équipement suivants : construction d’une usine d’incinération d’ordures ménagères et de production d’électricité, doublement de la capacité de l’usine de traitement des eaux usées, extension / modernisation de l’aéroport de Bahreïn (1 Md USD) , construction d’une sixième ligne de production de l’usine d’aluminium Alba (3 milliards de dollars). Avec la signature en septembre 2015 d’un contrat de 57 M USD avec l’entreprise bahreïnienne GARMCO spécialisée dans la transformation aluminium, le groupe français FIVES souhaite se positionner de manière offensive sur le projet de construction d’une sixième ligne de production d’ALBA.

La coopération culturelle, scientifique et technique

Peu développée jusqu’à présent, notre coopération culturelle avec Bahreïn offre des opportunités pour la France de nouer des partenariats, tout particulièrement dans le domaine des sciences et technologies, du management, de la langue française et de la médecine. Un accord passé entre l’Arabian Gulf University et l’ESSEC a permis la création en décembre 2011 de la French Arabian Business School, qui propose, depuis octobre 2012, un MBA.

En outre, la langue française est en cours d’introduction dans l’enseignement public bahreïnien. Cantonnée jusque-là aux deux dernières années du secondaire dans quelques établissements publics et privés, elle sera dorénavant enseignée partout dès la sixième et jusqu’au baccalauréat, qui plus est avec un statut de seconde langue obligatoire.

Au plan culturel, la France bénéficie d’une image favorable à Bahreïn. Notre ambassade à Manama est impliquée auprès des principaux acteurs de la scène culturelle locale et le ministère bahreïnien de la Culture développe des collaborations ambitieuses avec des partenaires français de renom. Notre coopération est également active dans les domaines de l’archéologie et du patrimoine.

La coopération militaire

Elle a été interrompue provisoirement à la suite des événements du printemps 2011 et s’articule aujourd’hui autour d’escales navales (le porte-avions Charles de Gaulle a fait un séjour d’une semaine à Manama en février 2014) et d’actions de formation au profit de la Garde royale. Un accord de coopération militaire est en cours de finalisation.

Mise à jour : 23.10.15

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016