Accès rapide :

Argentine - Condamnation des responsables de l’assassinat de Marie-Anne Erize (8 juillet 2013)

La justice argentine a condamné le 4 juillet trois des responsables de la détention illégale et de la disparition le 15 octobre 1976 à San Juan de notre compatriote, Marie-Anne Erize, à la réclusion à perpétuité, et quatre autres à de lourdes peines. Jorge Olivera, officier de renseignement au moment des faits, et les autres prévenus ont été reconnus coupables d’arrestations arbitraires, d’actes de torture et d’assassinats d’une soixantaine de personnes dans la province de San Juan pendant la dictature militaire.

La France salue une nouvelle fois la détermination de la justice argentine à rendre justice aux victimes de la dictature et à leurs familles, ainsi que sa volonté de mener à bien le travail de mémoire entrepris depuis l’abrogation des lois d’amnistie en 2003.

Notre consul général à Buenos Aires était présent lors de la lecture du verdict aux côtés de la famille Erize, avec laquelle notre ambassade est toujours restée en contact régulier. Les autorités françaises souhaitaient ainsi démontrer l’attention qu’elles portent aux procès engagés contre les responsables d’exactions commises pendant cette période.

La France rappelle son attachement à la lutte contre l’impunité, au droit à la justice et à la vérité et se félicite de l’excellente coopération entre la France et l’Argentine dans la lutte contre l’impunité et la défense des droits de l’homme. Nos deux pays mènent actuellement une campagne conjointe de promotion de la convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées, entrée en vigueur en décembre 2010 à notre initiative commune.


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014