Projet Arctique en mutation

L’Arctique en mutation / The Changing Arctic

L’Arctique en mutation / The Changing Arctic : un programme franco-nordique tourné vers les populations locales, parties prenantes d’une région en mutation, et qui oriente la réflexion vers l’écologie humaine.

Le programme « L’Arctique en mutation / The Changing Arctic » est mis en œuvre par les Ambassades de France au Danemark, en Finlande, en Norvège et en Suède au titre du Fonds d’Alembert 2016, avec le soutien financier de l’Institut français.

Le projet consiste en un cycle de conférences de quatre journées (conférence + atelier de recherche) proposées dans chacun des quatre pays autour de quatre thématiques complémentaires : Urbanisation, Santé, Enjeux écologique et gouvernance et Patrimoine. Ces conférences visent à brosser un portrait dynamique de la zone Arctique et montrer le rôle que la France peut y jouer.

L’angle d’analyse est résolument tourné vers les populations locales. L’impact des mutations engendrées par le changement climatique est en effet maximal sur ces habitants de l’Arctique qui ont connu en quelques décennies des bouleversements sans précédent de leur environnement et de leurs sociétés. En adoptant une approche pluridisciplinaire et régionale, le projet entend favoriser les échanges dans l’espace nordique et valoriser l’excellence de la recherche scientifique française.
Un effort particulier sera fait pour valoriser les contributions, les échanges et les résultats de ces journées, notamment grâce à un site internet dédié à l’ensemble de l’événement ainsi qu’aux réseaux sociaux, notamment le compte Twitter scientifique des quatre Instituts français (@IFFScience, @IFDScience, @IFN_Science,@ScienceFR_SE).

Programmation

Urbanisation, le 10 juin en Suède à Umeå en partenariat avec le Centre interdisciplinaire de recherche arctique de l’Université d’Umeå (Arcum)

L’Arctique connaît une urbanisation rapide. Il s’agit d’ailleurs d’un défi majeur bien identifié par le rapport Megatrends publié par Nordregio en 2011. Lieu de vie de populations traditionnellement nomades et à l’activité saisonnière, l’Arctique voit ses centres urbains grossir sous l’effet d’activités nouvelles (exploitation de ressources, tourisme…) et d’autres zones se vider de leurs habitants, tandis que des changements profonds de la structure de la population de ces villes et de ces régions se produisent.

L’exode des femmes et des personnes qualifiées, le vieillissement de la population restante, la transformation de l’habitat traditionnel et l’adaptation à des conditions climatiques dont l’évolution reste incertaine oblige à repenser la ville dans l’espace arctique. Le nord de la Suède est en outre le théâtre d’une opération spectaculaire de déplacement d’une ville, Kiruna. Construite sur un immense gisement de fer (le plus grand d’Europe), Kiruna sera presque entièrement déplacée d’ici 2020. Ce chantier sans précédent pourra être l’occasion de repenser le rôle de l’espace urbain dans la zone arctique.

Santé, le 13 juin en Finlande à Oulu, en partenariat avec l’Université d’Oulu

Les bouleversements des modes de vie des populations de l’Arctique ont un impact considérable sur la santé de ces populations. Outre les nouvelles épidémies non infectieuses liées par exemple aux changements des modes d’alimentation, les défis naturels de la zone (pollutions, dispersion de l’habitat, infrastructures de transport peu développées…) font peser un risque accru sur la santé des habitants de l’Arctique. A l’inverse, des études montrent que les populations locales, de par leur mode de vie, sont moins sujettes à certaines pathologies. L’étude de la santé physique et psychologique des populations locales est un champ de recherche en expansion dans les pays du Nord.

Enjeux écologiques et gouvernance, à l’automne en Norvège à Tromsø en partenariat avec le FRAM Center (FRAM high North Research Center on Climate and Environnement) et l’Université de Tromsø (« L’Université arctique de Norvège »)

  • Date du séminaire : 14 octobre 2016
  • Lieu : FRAM Center, Tromsø (Norvège)

Siège du secrétariat du Conseil arctique, Tromsø est désormais le centre incontournable de la coordination et du suivi des activités en zone arctique. Les populations locales sont les sujets du changement, tout en en étant les principaux objets. Loin d’être un frein aux innovations écologiques, elles en sont souvent les premiers instigateurs par la remise au goût du jour de techniques ancestrales ou la connaissance intime d’un environnement éprouvé depuis des générations. Leur rôle dans une réponse concertée aux défis écologiques de la région sera essentiel.

Patrimoine au Groenland à l’automne à Nuuk en partenariat avec l’Université du Groenland, où le poste du Danemark détache un Volontaire International

Les populations locales possèdent également un patrimoine artistique, culturel et linguistique souvent insoupçonné hors de la zone arctique. Les changements que connaissent ces sociétés ont néanmoins un impact important sur ce patrimoine. Qu’il s’agisse de la transmission linguistique, de l’impact du tourisme sur la production artistique, les coutumes ou l’artisanat traditionnel, les populations locales sont contraintes de réinterroger leur héritage dans un Arctique mondialisé. Le Groenland, par sa situation exceptionnelle, l’importance de sa population et la singularité de son espace linguistique est un théâtre idéal pour une réflexion sur la transformation du patrimoine traditionnel de ses habitants. La dimension éducative est également importante et complètera les échanges fructueux existants d’ores et déjà entre la France et le Groenland sur ce thème.

Mise à jour : octobre 2016

PLAN DU SITE