La France et l’Angola

Présentation

Relations politiques et dernières visites

L’Angola et la France entretiennent un dialogue soutenu, notamment sur les questions de sécurité régionale (en particulier République centrafricaine, région des Grands Lacs, golfe de Guinée). Les deux pays partagent de nombreux intérêts économiques et ont développé une coopération dense, en particulier dans le domaine de l’enseignement supérieur.

Le ministre Laurent Fabius s’est rendu à Luanda le 31 octobre 2013. Première visite d’un ministre des Affaires étrangères en Angola depuis 2003, elle marquait la volonté de la France d’approfondir son partenariat avec l’Angola. Ce déplacement avait pour objectif d’approfondir la relation bilatérale, par un renforcement du dialogue politique et des relations économiques entre la France et l’Angola, en tenant compte, au-delà du secteur pétrolier et parapétrolier, des nombreuses opportunités qu’offre la politique de diversification de l’économie menée par l’Angola, en particulier dans le secteur du développement durable.
A la suite de ce déplacement, un accord d’exemption de visas sur les passeports diplomatiques a été signé par les deux ministres des affaires étrangères, à l’occasion du Sommet de l’Elysée le 7 décembre 2013 à Paris.

Le Président dos Santos est venu en visite officielle en France du 28 au 30 avril 2014. A cette occasion il a rencontré le Président de la République, et participé à un événement économique au Quai d’Orsay, à l’invitation du Ministre. Les deux ministres des affaires étrangères ont également signé, en présence des deux chefs d’Etat, un accord de coopération dans le domaine de l’enseignement supérieur.
Laurent Fabius a reçu son homologue, M. Georges Chikoti, le 18 décembre 2014, pour un entretien suivi de la clôture du Forum d’affaires France-Angola. Organisé par le Quai d’Orsay et Ubifrance, en partenariat avec le Medef international, il a vu la participation de près de 250 représentants d’entreprises et acteurs institutionnels. A cette occasion, les Ministres ont signé un plan d’action pour un partenariat économique renforcé, ainsi qu’un accord de facilitation des visas pour les professionnels et les stagiaires.

Le président François Hollande s’est rendu en visite d’Etat à Luanda les 2 et 3 juillet 2015, permettant un renforcement de la coopération diplomatique et militaire. Cette visite a permis la signature de l’accord Sonangol-Total, et d’acter le principe du retour de l’AFD en Angola.

Relations économiques

Environ 70 entreprises françaises sont établies en Angola, principalement dans le secteur pétrolier et parapétrolier (forte présence de Total – premier opérateur du pays avec 40% de la production). Avec un stock d’investissements directs étrangers (IDE) français de 6,61 Mds € (2014), l’Angola est le second destinataire d’IDE français en Afrique subsaharienne et le troisième du continent derrière le Maroc et le Nigéria. La France est le troisième investisseur en Angola derrière les Etats-Unis et la Chine. Cette position provient essentiellement des investissements réalisés par l’entreprise Total (notamment 17 Mds$ dans le projet « Kaombo », dont le démarrage est prévu fin 2017).

Compte tenu de la conjoncture économique difficile, le commerce bilatéral entre la France et l’Angola s’est rétracté de 42% en 2016 par rapport à 2015, s’établissant à 1,19 Mds €. Il avait cependant fortement progressé (de près de 70%) en 2014. Ce repli est dû à la diminution de nos exportations de 58% entre 2015 et 2016. Les entreprises françaises sont, comme toutes les entreprises étrangères, très affectées par les difficultés de sortie de devises étrangères. Les importations françaises ont atteint 0,93 Md€ en 2016, soit une baisse de 44% par rapport à 2016. Concentrées quasi-exclusivement sur le pétrole brut (99,6%), elles ont subi une baisse en termes de valeur (chute du prix du baril) mais non en termes de volume.

Coopération culturelle, scientifique et technique

Afin de répondre au vaste programme de renforcement de l’enseignement supérieur lancé par le gouvernement angolais, qui a notamment pour objectif de renforcer la qualité de l’offre éducative, la France a mis en place un important programme de bourses en cofinancement avec l’Angola. Au titre de ce programme, 90 boursiers angolais suivent actuellement un cursus en France dans l’enseignement supérieur. Le 12 décembre 2014, un accord technique entre l’Académie de la Sonangol (compagnie pétrolière nationale) et l’Ambassade de France, a également mis en place un programme de bourses d’études en cofinancement pour des formations d’ingénieur en 5 ans, avec un premier envoi de 50 boursiers dès 2015.

La France apporte un appui aux institutions angolaises dans le domaine de l’enseignement supérieur et de la formation des jeunes.

La francophonie constitue un second axe prioritaire, dans un pays qui compte de nombreux francophones. La France dispose à cet effet d’un réseau de trois Alliances françaises autonomes (Luanda, Lubango, Cabinda).

Mise à jour : 14.03.17

Informations complémentaires

PLAN DU SITE