Accès rapide :

Déplacement de Laurent Fabius à Berlin et à Rome et de Bernard Cazeneuve à Rome (4 et 5 juin 2012)

Illust: Laurent Fabius (...), 169 ko, 450x326
Laurent Fabius et Mario Monti (05.06.12) Photo : Mario Sayadi (avec l’autorisation de la Présidence du Conseil italienne

Le ministre des Affaires étrangères, M. Laurent Fabius, s’est rendu à Berlin le 4 juin, où il a été reçu par son homologue allemand, M. Guido Westerwelle, puis à Rome les 4 et 5 juin accompagné du ministre délégué chargé des affaires européennes, M. Bernard Cazeneuve.

A Berlin, le ministre et son homologue allemand ont évoqué la situation de l’Europe et les moyens de relancer la croissance, les célébrations franco-allemandes à l’occasion du 50e anniversaire du Traité de l’Elysée (le 22 janvier 2013), ainsi que les principaux sujets d’actualité internationale : Syrie, lran, processus de paix au Proche-Orient, Afghanistan, Sahel, soutien à la transition démocratique dans les pays du Maghreb.

A Rome, M. Fabius et M. Cazeneuve ont rencontré le président de la République italienne, M. Giorgio Napolitano, le président du Conseil, M. Mario Monti, le ministre des Affaires étrangères, M. Giuliomaria Terzi di Sant’Agata ainsi que le ministre chargé des Politiques européennes, M. Enzo Moavero Milanesi. Ces entretiens avec les plus hautes autorités italiennes ont permis de préparer le Conseil européen des 28 et 29 juin et le prochain déplacement, en Italie, du président de la République.

Centrés sur la crise de la zone euro et sur les propositions pour relancer la croissance en Europe, les échanges ont porté également sur le Proche-Orient et la Méditerranée, ainsi que sur l’organisation du prochain sommet bilatéral en France, à l’automne. Enfin les deux ministres ont saisi l’occasion de leur passage à Rome pour réitérer les témoignages d’amitié et de solidarité de la France, alors que l’Italie vient d’être tragiquement touchée par deux séismes.

- Point de presse conjoint de Laurent Fabius et du ministre italien des Affaires étrangères, Giulio Terzi - Propos de M. Fabius (Rome, 5 juin 2012)

"Nous avons donc parlé de l’Europe : il y a urgence, il faut que dans les semaines qui viennent un certain nombre de décisions soient prises, la population européenne attend ces décisions, ainsi que le monde entier. Et, dans la préparation de ces décisions, la proximité de vues entre l’Italie et la France est tout à fait décisive.

Autour d’idées simples mais que nous voulons concrétiser : il y a besoin de discipline budgétaire, et en même temps il y a besoin de croissance ; il faut donner à tout cela un caractère concret, d’où les propositions qui ont déjà été faites, qui sont maintenant sur la table et que mon collègue a citées concernant l’augmentation du capital de la BEI, l’utilisation des fonds structurels, la taxe sur les transactions financières et sur - plus difficile mais également nécessaire - la perspective des eurobonds et d’autres éléments. "

- Conférence de presse conjointe de Laurent Fabius et du ministre allemand des Affaires étrangères, Guido Westerwelle - Propos de M. Fabius (Berlin, 4 juin 2012)

"Nous avons surtout consacré l’essentiel de nos échanges à réaffirmer l’attachement qui est le nôtre à la dynamique franco-allemande, dynamique qui est particulièrement nécessaire au moment où l’Europe connaît des difficultés qui sont présentes à l’esprit de tous. Il est très important, notamment dans cette période, que nous arrivions à rapprocher les points de vue. Je pense que ce sera le cas. Lorsque Guido donne les grandes têtes de chapitre qui sont celles de notre action commune, il y a un accord sur ces têtes de chapitre. La discipline budgétaire est indispensable et, parfois, la position française n’est pas toujours comprise. On a le sentiment que les Français, que le gouvernement français est réticent à la discipline budgétaire. Certainement pas ! Ce gouvernement, le gouvernement auquel j’ai l’honneur d’appartenir, sait bien qu’il y a des efforts budgétaires à faire et il les fera. Donc, le premier pilier du triangle est bien évidemment le sérieux budgétaire."

- Entretien de Bernard Cazeneuve avec La Stampa (4 juin 2012)

"Pour nous, l’Italie est un partenaire indispensable. Face à la crise, la position française est claire : en Europe, nous sommes pour un respect rigoureux de la discipline budgétaire, mais nous demandons également des initiatives fortes pour la croissance. La concertation avec l’Italie est fondamentale. C’est pour cela que je suis heureux d’accompagner à Rome le Ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius. Ce sera mon deuxième déplacement à l’étranger, après Berlin. Dans un contexte difficile, le partenariat avec l’Italie est encore plus stratégique."


Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014