Accès rapide :

L’Union européenne et l’Albanie

L’Albanie bénéficie depuis 2000 d’une perspective européenne (sommet de Zagreb), qui se développe dans le cadre du processus de stabilisation et d’association (PSA). Fonctionnant sur le principe de la conditionnalité, le PSA exige en particulier le respect des critères de Copenhague et pose une obligation de coopération régionale et de relations de bon voisinage.

L’Accord de stabilisation et d’association (ASA), première relation contractuelle entre l’Albanie et l’Union, est entré en vigueur le 1er avril 2009.

Le Conseil européen du 27 juin 2014 a accordé le statut de candidat officiel à l’Albanie.

Toutefois, l’ensemble des Etats membres a considéré qu’il fallait continuer à aider l’Albanie à mettre en œuvre les réformes nécessaires. Un mécanisme de suivi renforcé a donc été instauré dans les domaines du renforcement de l’Etat de droit, de la lutte contre la criminalité organisée, la culture des drogues et la corruption.

La France soutient la perspective d’adhésion de ce pays à l’UE et fournit un appui au gouvernement albanais afin qu’il puisse effectivement mettre en œuvre les réformes attendues.

Concernant les obligations relatives aux visas, l’Albanie bénéficie depuis 2010 d’une libéralisation du régime de visas de court séjour à destination de l’espace Schengen. Cette mesure ne permet pas aux ressortissants albanais de travailler ou d’étudier dans l’espace Schengen, mais contribue aux échanges avec l’UE et constitue une marque tangible du rapprochement européen du pays.

Dans son dernier rapport relatif à l’élargissement publié en novembre 2015, la Commission ne propose pas l’ouverture des négociations à ce stade mais se montre globalement positive dans son évaluation, soulignant les « progrès constants » du pays sur les priorités clés, en particulier la réforme de l’administration publique et de la justice. Si dans ses conclusions de décembre 2015, le Conseil salue également les progrès constants réalisés par l’Albanie, il rappelle que la question de l’ouverture de négociations d’adhésion sera examinée par le Conseil européen, une fois que la Commission aura estimé que l’Albanie est parvenue au degré nécessaire de conformité aux critères d’adhésion. Il souligne en outre que la réforme de la Justice, la lutte contre le crime organisé et la corruption, le maintien d’un dialogue constructif entre majorité et opposition ainsi que de bonnes relations de voisinage restent des enjeux essentiels.

Mise à jour : 14.01.16

Informations complémentaires

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2016