L’appui français à la statistique en Afrique

Les enjeux

La France est l’un des principaux partenaires bilatéraux financiers et techniques de l’Afrique sub-saharienne dans le domaine de la statistique. Cette coopération contribue au renforcement des capacités du système de la statistique publique africaine, grâce aux appuis techniques et financiers de différents acteurs français coordonnés par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères.

Cet engagement se justifie par le fait que les données statistiques constituent un élément fondamental du pilotage des politiques de développement, à toutes les échelles de l’action publique. Elles permettent d’identifier précisément les besoins, présents et futurs, de suivre et d’évaluer les performances et les effets des politiques mises en œuvre. Disposer de données pertinentes, fiables et produites en temps utile est un enjeu essentiel de la gouvernance démocratique et du développement d’un pays.

Le renforcement des capacités statistiques est une priorité, particulièrement en Afrique, dans le cadre du programme de développement pour l’après-2015 qui invite les principaux acteurs du développement à soutenir « une révolution en matière de données pour le développement durable, avec une nouvelle initiative internationale pour améliorer la qualité des statistiques et des informations mises à la disposition des citoyens ».

L’action du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères

La coopération française avec l’Afrique dans le domaine statistique s’inscrit dans une logique d’intervention régionale. Coordonnée par le MEAE, elle vise à contribuer au renforcement des capacités statistiques des Etats africains. Les interventions françaises se déroulent selon trois modalités :

  • des appuis bilatéraux,
  • des appuis aux plateformes régionales,
  • ainsi que des appuis plus globaux à des initiatives ou programmes mondiaux ou régionaux.

Exemples d’actions mises en œuvre

Le soutien de la France à L’observatoire économique et statistique d’Afrique subsaharienne (AFRISTAT)

La France soutient, depuis sa création en 1993, l’Observatoire économique et statistique d’Afrique subsaharienne (AFRISTAT), organisation internationale chargée du renforcement et de l’harmonisation des statistiques en Afrique. L’appui de la France à AFRISTAT se traduit par différentes modalités.

  • Des participations financières au Fonds de capitalisation d’AFRISTAT : la contribution française au premier fonds (1998-2005) représentait 40% du total des contributions des Etats membres, et celle au deuxième (2006-2015) représentait 15% du total des contributions des Etats membres.
  • Des appuis techniques avec la mise à disposition par la France d’experts techniques internationaux responsables d’appuyer AFRISTAT et ses Etats membres dans des domaines particuliers (macroéconomie, enquêtes démographiques et sociales, statistiques d’environnement, etc.).
  • Des activités de coopération favorisant l’échange technique et le renforcement des capacités des pays membres de l’observatoire, à travers l’organisation de séminaires ou d’ateliers, l’organisation de sessions de formations et de missions techniques de court terme dans des domaines techniques particuliers.

Le soutien de la France au réseau des écoles francophones de statistique

Depuis leur création, la France apporte un appui privilégié aux trois écoles francophones de statistique, implantées au Cameroun (ISSEA), en Côte d’Ivoire (ENSEA) et au Sénégal (ENSAE). Chaque année, ces écoles délivrent environ 200 diplômes d’enseignement supérieur à des statisticiens africains. En outre, des formations délocalisées de techniciens et techniciens supérieurs sont organisées par l’ENSEA en partenariat avec les INS nationaux au Burkina Faso, à Madagascar et au Niger en particulier. Ces trois écoles ont aussi développé des compétences qui vont au-delà de la formation initiale comme la formation continue, l’analyse et la consultation. La France apporte trois principaux types d’appui à ces écoles :

  • à travers le GENES (Groupe des écoles nationales d’économie et de statistique) qui assure l’organisation administrative et technique des deux concours communs de recrutement des ingénieurs des travaux statistiques et des ingénieurs statisticiens économistes ouverts aux candidats originaires des pays francophones ;
  • des activités de renforcement pédagogique à travers des missions d’enseignement, des séminaires et des formations d’enseignants réalisées par l’INSEE et l’ENSAE Paris.
  • à travers l’octroi de plusieurs dizaines de bourses chaque année à des étudiants de ces écoles par le MEAE et le Centre européen de formation des statisticiens économistes (CESD).

Evaluation de la coopération entre la France et l’Afrique dans le domaine statistique

Compte tenu des besoins statistiques africains pour le suivi de l’agenda du développement post-2015, le ministère des Affaires étrangères et du Développement international et l’Institut national de la statistique et des études économiques ont souhaité réaliser une analyse conjointe indépendante de leur activité de soutien à la statistique africaine.

Ce rapport d’évaluation rend ainsi compte de l’approche stratégique et opérationnelle adoptée par la coopération statistique française sur la période 2005-2014. Il propose également une série de recommandations en vue de la redéfinition de ses principes d’action et de sa stratégie.

Pour en savoir plus, consultez le rapport d’évaluation complet (PDF) et ses annexes (PDF).

PLAN DU SITE