Premier comité de suivi de la conférence du 8 septembre consacrée aux victimes de violences ethniques et religieuses au Moyen-Orient (5 novembre 2015)

Le premier comité de suivi de la conférence du 8 septembre consacrée aux victimes de violences ethniques et religieuses au Moyen-Orient s’est tenu le 5 novembre. Il réunissait, aux côtés des représentants du ministère des affaires étrangères et du développement international, des parlementaires, des élus locaux, ainsi que des associations et ONG actives auprès des populations concernées.

A cette occasion, il a été rendu compte de la mise en œuvre des engagements pris par la France lors de la conférence. Sur l’effort de 25 millions d’euros annoncé le 8 septembre, 10 millions sont déjà engagés au profit des réfugiés de la région et plus particulièrement des membres des minorités concernées. En particulier, l’action de la France a permis la construction d’une école dans le camp de Bardarash (Kurdistan irakien). 900 enfants ont repris le chemin de l’école lundi 2 novembre après 14 mois de déscolarisation. La capacité sera rapidement augmentée en vue d’accueillir 2000 enfants. Dans le cadre du fonds international de stabilisation immédiate géré par le PNUD en Irak, la France contribuera également à hauteur d’un million d’euros à la réhabilitation des infrastructures publiques dans les villages de la plaine de Ninive.
Dans le domaine du patrimoine, une évaluation du patrimoine culturel immatériel des communautés ethniques et religieuses affectées par les conflits en Irak et en Syrie a été lancée par la France.

La procédure « FACECO », qui permet aux collectivités territoriales d’abonder les projets financés par l’État au profit des populations persécutées, a permis de récolter 530 000 euros depuis la conférence du 8 septembre. Les participants ont appelé à la poursuite de ces efforts et l’appel à contribution sera prochainement renouvelé.

PLAN DU SITE