La France agit pour les victimes de persécutions ethniques et religieuses au Moyen-Orient

La stratégie délibérée de Daech visant à faire disparaître des communautés entières du fait de leur appartenance ethnique ou religieuse, ainsi que sa volonté de supprimer systématiquement toute forme de diversité culturelle au Moyen-Orient, ne peuvent pas rester sans réponse.

Le 8 septembre 2015, la France et la Jordanie ont présidé une conférence consacrée aux victimes de persécutions ethniques et religieuses au Moyen-Orient.

Cette conférence ministérielle a rassemblé une soixantaine de délégations ainsi que des représentants des Nations unies, de l’Union européenne et d’organisations internationales. Après la réunion du conseil de sécurité des Nations unies du 27 mars 2015, l’objectif de cette rencontre était d’identifier des mesures concrètes pour répondre à tous les aspects de la situation des victimes de violences ethniques et religieuses au Moyen-Orient :

  • répondre aux besoins des populations en danger, préparer et faciliter le retour volontaire et durable des déplacés ;
  • promouvoir des solutions politiques respectueuses des droits de l’Homme et qui préservent la diversité culturelle et religieuse du Moyen-Orient ;
  • mettre fin à l’impunité de ceux qui ont commis des crimes contre les populations pour des raisons d’appartenance ethnique ou de conviction religieuse, qui peuvent dans certains cas constituer des crimes de guerre ou des crimes contre l’humanité.

A l’issue de la conférence et comme annoncé à New York le 27 mars 2015, un plan d’action a été adopté. Les conclusions des co-présidents sont également accessibles en ligne.

Par la suite, le 18 janvier 2017, le ministre des affaires étrangères Jean-Marc Ayrault a ouvert le troisième comité de suivi de la conférence de Paris, en présence de parlementaires, d’élus locaux et d’ONG. A cette occasion, il a notamment décidé de reconduire le fonds de soutien créé lors de la conférence de Paris pour venir en aide aux populations persécutées et de le doter d’un montant de 10 millions d’euros sur deux ans. Il permettra de financer des projets visant à assurer aux populations déplacées et réfugiées des conditions de vie décentes et, lorsque c’est possible, permettre leur retour durable.

Le 24 mai 2017 se tient à Madrid une deuxième conférence qui permettra notamment à la France de réaffirmer son soutien à la diversité culturelle au Moyen-Orient et de faire le point sur notre action en faveur des victimes de persécutions ethniques et religieuses.

Infographie

Mise à jour : mai 2017

PLAN DU SITE