Accès rapide :

Sri Lanka

Sri Lanka

Certification ISO
Dernière mise à jour le: 10 novembre 2014 - Information toujours valide le: 26 novembre 2014

Dernière minute

Situation dans la province du Nord

Le 15 octobre 2014, le ministère de la Défense a annoncé que les visiteurs étrangers désireux de se rendre dans la province du nord devraient, désormais, solliciter l’autorisation des autorités sri lankaises.

Les modalités pour l’obtention de l’autorisation préalbale sont précisées dans l’onglet Entée / séjour de la présente fiche conseils aux voyageurs.

Une liste de seize organisations basées à l’étranger et de 424 personnes suspectées d’être en lien avec le mouvement de libération des Tigres tamouls (LTTE) a été établie par les autorités sri lankaises.

Sécurité

Avertissement général

Aucun acte terroriste n’ a été enregistré à Sri Lanka depuis la fin de la guerre en 2009. Le risque de reprise d’actes violents ne peut être toutefois écarté. Des tensions ethniques et religieuses sont perceptibles dans l’ensemble du pays et les autorités sri lankaises estiment que la menace terroriste est de retour sur leur territoire.

Dans les provinces de l’Est et du Nord, des travaux de reconstruction des infrastructures et d’aménagement des sites touristiques sont en cours. Dans ces régions, subsistent des zones qui n’ont pas encore été déminées. Elles sont signalées et interdites d’accès. Il convient d’être prudent lorsqu’on s’aventure hors des principaux axes routiers.

La présence de l’armée reste importante et visible. Avec la police, elle conduit actuellement des opérations dans le nord du pays visant à arrêter des personnes suspectées de vouloir reprendre la lutte contre le gouvernement. Dans ces deux provinces (districts de Mannar, Vavuniya, Mullaitivu, Kilinochchi, Jaffna, Trincomalee, Batticaloa et Ampara), les précautions suivantes sont recommandées :

  • être attentif aux consignes données par les forces de sécurité et se soumettre aux contrôles ;
  • respecter la signalisation de la présence possible de mines et les interdictions d’accès à certains endroits ;
  • ne pas s’écarter des principaux axes de circulation ;
  • éviter les zones forestières, les rizières et les maisons en ruine qui peuvent abriter des mines ou d’autres engins explosifs ;
  • faire preuve de retenue quant à l’évocation de la guerre et de la situation politique actuelle, sujets très sensibles et susceptibles de mettre en danger ceux qui en font état.

En toutes circonstances et dans l’ensemble du pays, il est conseillé de faire preuve de vigilance renforcée et de se conformer strictement aux consignes de sécurité émises par les autorités. Il est également conseillé de se tenir à l’écart des rassemblements et des mouvements de foule organisés ou spontanés et d’éventuelles querelles.

Avertissement : tout visiteur portant un tatouage, permanent et visible, à son arrivée à Sri Lanka, représentant le Bouddha ou tout autre symbole du bouddhisme, s’expose à une arrestation, un éventuel emprisonnement et une expulsion. Par ailleurs, des étrangers ont, à ce titre, déjà fait l’objet d’agressions (verbales ou physiques) de la part de la population.

Les principaux risques encourus par les voyageurs à Sri Lanka, outre ceux mentionnés dans les onglets « Transports », « Santé » et « Infos utiles », sont :

  • les offres de services non sollicitées, émanant des chauffeurs de trois roues (tuk tuk), des rabatteurs aux abords des hôtels, des « beach boys » sur les plages et de personnes se faisant passer pour des guides.
  • des actes de harcèlement à caractère sexuel qui ont été signalés dans certaines régions du pays.

Plusieurs personnes ayant réglé des achats à Sri Lanka avec leur carte bancaire ont été victimes d’utilisation frauduleuse des références de leur carte dans d’autres pays. Il convient de privilégier l’utilisation d’espèces retirées en petites quantités dans les distributeurs automatiques pour les menues dépenses.

L’attention des voyageurs est appelée sur les risques à accepter certaines offres de services (organisation de séjours proposée par des blogs sur internet, guides, aide à l’accomplissement de démarches…) qui leur sont faites par des personnes non habilitées, souvent animées d’intentions malhonnêtes.

Les visiteurs étrangers éviteront de se promener seuls après la tombée de la nuit sans s’être informés auprès de personnes connaissant les lieux (amis sri lankais, personnel hôtelier…) des risques potentiels.

Des cas d’attouchements sexuels à l’occasion de soins du corps et/ou de massages ont été signalés. Il est préférable de s’assurer au préalable de la réputation de l’établissement et de s’entourer de précautions une fois sur place.

Il est recommandé aux touristes qui visitent le pays à titre individuel de se signaler auprès de l’ambassade de France à Colombo en précisant les dates et l’itinéraire de leur voyage ou de s’inscrire sur le portail Ariane.

Risques spécifiques aux endroits touristiques

La petite délinquance est en augmentation dans les lieux visités par les touristes, en particulier les vols (notamment sur les plages –cas de vols à l’arraché par des personnes conduisant des motos- et dans les chambres d’hôtes du bord de mer, y compris en présence de leurs occupants).

Aux abords des hôtels et plus généralement des lieux fréquentés par les touristes, peuvent sévir des rabatteurs, chauffeurs de tuk-tuk ou intermédiaires divers qui abordent les étrangers. Après avoir engagé une conversation anodine, ils proposent des services pour lesquels ils ne sont pas habilités. Des touristes ont déclaré avoir été harcelés, voire détournés de leur destination initiale. La réception de l’hôtel peut être de bon conseil sur la fiabilité des chauffeurs de tuk-tuk à ses abords.

De la même manière, les plages de la côte sud attirent beaucoup de vacanciers, et constituent aussi une aubaine pour les individus animés d’intentions malhonnêtes. Y sévissent de nombreux trafics, y compris de drogue. Sont particulièrement, mais non exclusivement visées, les villes et plages de Negombo, Bentota, Hikkaduwa, Galle, Unawatuna.

Risque de noyade

Plusieurs touristes français sont victimes de noyade chaque année sur les plages touristiques de l’ouest et du sud du pays (Hikkaduwa, Mirissa, Tangalle…), en particulier pendant les mois de mousson durant lesquels la mer est agitée. La présence de fortes vagues et de courants, à quelques mètres de la plage, constituent la cause des décès enregistrés.
La plus grande vigilance est recommandée, y compris pour les nageurs confirmés. En cas de baignade, il convient de rester en groupe et de préférer les plages qui disposent d’un dispositif de surveillance. Renseignez-vous systématiquement sur les conditions de sécurité avant de vous baigner.

Risques spécifiques pour les femmes voyageant seules

Des cas de harcèlement sexuel, voire d’agression ont été signalés. Certaines précautions permettent de limiter de tels risques :

  • De manière générale, prudence et discrétion sont de mise.
  • Tenue vestimentaire : porter de préférence des vêtements longs et garder les épaules couvertes, plus particulièrement en dehors de Colombo.
  • Relations avec les Sri Lankais : se comporter avec retenue envers les habitants du pays que l’on peut être amené à côtoyer en voyage ou dans la vie quotidienne (guide, chauffeur, employé d’hôtel ou de maison…).
  • Déplacements : certains lieux exposent davantage aux risques de harcèlement (transports en commun, environs des ports et des gares, quartiers fréquentés majoritairement par des hommes, rues avec des échoppes visant une clientèle masculine) il est conseillé aux femmes d’éviter de se déplacer à pied, seules, dans les zones peu fréquentées, après la tombée de la nuit (rues peu animées, y compris dans les grandes villes ; ruelles de villages ; plages, etc.). De même, il vaut mieux éviter de se trouver seule le soir, avec chauffeur de taxi, employé d’hôtel, guide, rencontre occasionnelle.
Piraterie maritime

La piraterie menace la sécurité de la navigation dans l’océan Indien en général. La zone d’action des pirates s’étend jusqu’au sud de l’Inde et aux Maldives. Les côtes sri lankaises pourraient devenir, à terme, une cible des pirates.

Il est recommandé aux navigateurs de plaisance la plus grande prudence lors des déplacements maritimes au large des côtes. Tout accostage doit être immédiatement enregistré auprès de la police locale.

Il est recommandé aux touristes qui visitent le pays à titre individuel de se signaler auprès de l’Ambassade de France à Colombo en précisant les dates et l’itinéraire de leur voyage et de s’inscrire sur le portail Ariane.

Transports

Infrastructure routière

La circulation routière à Sri Lanka (conduite à gauche) présente des spécificités qui la rendent dangereuse : non respect des règles, étroitesse et encombrement des axes routiers, réactions imprévisibles de conducteurs, présence d’animaux sur les routes. Il est préférable de louer une voiture avec chauffeur, de veiller à ce que le véhicule soit assuré et le chauffeur habilité à transporter des touristes et de respecter des temps de repos nécessaires au conducteur.

Les voyageurs qui souhaiteraient néanmoins prendre eux-mêmes le volant doivent savoir que contrairement au discours tenu par certains loueurs de véhicules, ni le permis de conduire français ni le permis international n’autorisent la conduite automobile à Sri Lanka, même durant un court séjour. Un permis de conduire temporaire (1 mois, renouvelable) ou permanent (pour les résidents) doit être obtenu auprès du Department of Motor Traffic, sur présentation du passeport et du permis de conduire détenu (renseignements ; info@motortraffic.gov.lk / cf. "Contacts utiles"). Sur présentation d’un permis de conduire international en cours de validité, l’Automobile Association of Ceylon (AAC), 40, Sir Mohamed Macan Marker Mawatha, Colombo 3 (derrière l’hôtel Taj Samudra) peut délivrer un permis temporaire d’une durée d’un an maximum.

Réseau ferroviaire

Le réseau dessert la plupart des villes touristiques à partir de Colombo et peut être préféré à la route, notamment pour des destinations peu éloignées et bien desservies comme Kandy ou Galle. Il reste néanmoins vétuste et toutes les conditions de sécurité n’y sont pas assurées. Il est préférable de voyager en 1ère classe.

Entrée / Séjour

Visa
  • Les voyageurs souhaitant effectuer à Sri Lanka des séjours touristiques inférieurs à 90 jours, ne sont autorisés à entrer dans le pays que sur présentation d’une autorisation (Electronic Travel Authorisation - ETA), payante. La demande peut être effectuée sur Internet (www.eta.gov.lk) si le séjour prévu à Sri Lanka est de moins de 30 jours. Pour des séjours de 30 à 90 jours, elle ne peut être sollicitée qu’auprès d’une mission diplomatique de Sri Lanka.
  • L’autorisation ETA ne constitue pas un droit d’entrée : à l’arrivée à Sri Lanka, les visiteurs doivent être munis d’un passeport d’une durée de validité d’au moins 6 mois après la date de retour, d’un billet de retour et de justificatifs de ressources pour la durée de leur séjour.
  • Pour une prorogation sur place de la durée du séjour (qui doit être sollicitée 8 jours au moins avant l’expiration du premier mois de séjour), il convient de s’adresser à : Department of Immigration and Emigration : 41, Ananda Rajakaruna Mawatha, Colombo 10 (cf. "Contacts utiles").
  • Il est recommandé aux voyageurs désireux d’effectuer un périple comprenant des étapes en Inde, à Sri Lanka et de nouveau en Inde de s’informer de la nouvelle réglementation indienne en matière de visa de tourisme (voir la fiche Conseils aux Voyageurs Inde, rubrique Entrée/Séjour).
  • Si l’objet de la visite à Sri Lanka est autre que touristique, il convient de formuler préalablement au départ une demande de visa auprès des autorités sri lankaises compétentes pour le lieu de résidence du visiteur. Entrer avec un visa de tourisme et le faire transformer en visa de résident expose à un risque d’expulsion du territoire.
  • Les détenteurs de passeport autre que sri lankais désireux de se rendre dans la province du Nord doivent désormais solliciter une autorisation préalable. Sont concernés les districts suivants : Jaffna District, Kilinochchi District, Mulaithivu District, Mannar District (seulement les zones au nord de Vidattaltivu), Vavuniya District (seulement les zones au nord de Omanthai).

Les demandes d’autorisation doivent être adressées par fax (+94112328109)
ou par e-mail (modclearance@yahoo.com) :

To the Secretary, Ministry of Defence and Urban Development Authority
For the attention of : MLO (Military License Officer)
15/5, Baladhaksana Mawatha, Colombo 03
fax : +94112328109
e-mail : modclearance@yahoo.com
tél.: +94 (011) 2430868 ou +94 (011)2430875

Les informations suivantes doivent être fournies :
1. Nom (Name)
2. Numéro de passeport (Passport Number)
3. Date prevue d’arrivée (Intended date of travel)
4. Date prevue de depart (Intended date of return)
5. Objet du séjour (Purpose)
6. Mode de transport (avion, train, transports en commun, véhicule privé) (Mode of travel (Air/Rail/Public transport/Private vehicle) )
7. Numéro d’immatriculation du véhicule en cas de véhicule privé seulementVehicle registration (only if private vehicle)
8. Nom du conducteur en cas de véhicule privé seulement, Name of the driver (only if private vehicle)
9. Entrée multiple sollicitée ou non (Whether multiple entries be required during the stipulated period )

Santé

Avant le départ

Il est recommandé de contracter une assurance couvrant soins médicaux et rapatriement, l’ambassade de France ne pouvant subvenir aux défaillances à cet égard. Il est par ailleurs prudent de consulter son médecin traitant avant le départ (en cas de problèmes cardiaques notamment).

Sur place

Il est prudent d’avoir sur soi une carte de groupe sanguin et les coordonnées de son assurance soins médicaux, rapatriement. En outre, on veillera aux recommandations suivantes :

  • Ne pas consommer l’eau du robinet (attention aux glaçons).
  • Eviter les crudités (sauf dans les hôtels et restaurants de bon standing).
  • Prévoir une lotion anti-moustique adaptée aux régions tropicales et veiller à se protéger de jour comme de nuit.

Au retour

En cas de fièvre ou autre symptôme survenant après un séjour à Sri Lanka, ne pas négliger de mentionner ce séjour à son médecin.

Dengue

Principal risque sanitaire, elle sévit de manière endémique à Sri Lanka, notamment à Colombo et connaît une recrudescence lors des périodes de pluie.

En 2013, plus de 30 000 cas de dengue ont été recensés, essentiellement dans la province de Colombo.

Il est rappelé que cette maladie virale est transmise par les piqûres de moustiques : il convient donc de respecter scrupuleusement les mesures habituelles de protection (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements, diffuseurs électriques…). Des formes graves de la maladie sont possibles, mais restent peu fréquentes : en cas de fièvre, il convient de consulter un médecin. Dans la mesure du possible, éviter la prise d’aspirine ou d’ibuprofène. Préférer le paracétamol.

Chikungunya

Tout comme la dengue, cette maladie virale est transmise par des piqûres de moustiques. Des cas de fièvre chikungunya ont été confirmés officiellement dans plusieurs zones urbaines, notamment à Colombo et Kandy.

Paludisme

Prévention du paludisme (malaria) : cette maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques impose le recours à des mesures de protection individuelle (sprays, crèmes, diffuseurs électriques, moustiquaires…). A ces mesures, doit s’ajouter un traitement médicamenteux adapté à chaque individu : il convient de s’adresser à votre médecin habituel ou à un centre de conseils aux voyageurs. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France durant une durée variable selon le produit utilisé.

Le paludisme est présent toute l’année excepté dans les districts de Colombo, Galle, Gampaha, Kalutara, Matara et Nuwara Eliya. Classification : groupe 2

Compte tenu du faible risque, il est possible de ne pas prendre de traitement préventif pour un séjour inférieur à 7 jours, mais il est cependant indispensable d’être en mesure, dans les mois qui suivent le retour, de consulter en urgence en cas de fièvre.

Epidémie de grippe aviaire

A ce jour, le Sri Lanka n’a déclaré aucune affection de grippe aviaire sur son territoire. Néanmoins, les recommandations générales d’hygiène ci-dessous, qui visent à se protéger des infections microbiennes, sont préconisées :

  • éviter de consommer des produits alimentaires crus ou peu cuits, en particulier les viandes et les œufs ;
  • se laver régulièrement les mains avec de l’eau et du savon ou un soluté hydro-alcoolique qu’il est conseillé d’avoir toujours avec soi (disponibles dans les pharmacies et les supermarchés des villes).

La Direction Générale de la Santé recommande aux voyageurs d’éviter tout contact avec les volailles et les oiseaux, c’est-à-dire de ne pas se rendre dans des élevages ni sur les marchés aux volatiles.

Vaccinations
  • Il est vivement recommandé ses vaccinations Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite et Coqueluche.
  • Il est également conseillé de se faire vacciner contre l’hépatite A et B ainsi que contre la fièvre typhoïde.
  • Pour les séjours en zones rurales, la vaccination contre l’encéphalite japonaise et contre la rage peut être nécessaire.
  • Pour les personnes amenées à travailler à Sri Lanka dans le cadre de l’assistance humanitaire aux populations locales, des mesures d’hygiènes strictes s’imposent.
VIH – Sida

Prévalence non négligeable du VIH-Sida. Des mesures de protection individuelles s’imposent.

La liste complète des médecins et hôpitaux conseillés figure sur le site consulaire de l’ambassade

Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

Infos utiles

Us et coutumes

Différentes religions sont pratiquées à Sri Lanka (bouddhisme, hindouisme, islam, catholicisme, protestantisme). Il est conseillé d’avoir une tenue appropriée lors de la visite des lieux des temples bouddhistes (jambes et épaules couvertes, pieds nus). Il convient de respecter toutes les représentations du Bouddha et de ne pas toucher les statues le représentant. L’introduction à Sri Lanka d’objets à vocation non religieuse portant une image du Bouddha peut provoquer l’arrestation des propriétaires de ces objets. Photographier les moines bouddhistes ou se faire prendre en photo à côté d’une représentation de Bouddha expose à des poursuites pénales.

Plusieurs visiteurs portant des tatouages représentant l’image du Bouddha ont été refoulés à leur arrivée sur le territoire sri lankais ou ont fait l’objet de poursuites de la part des autorités (allant jusqu’à l’arrestation et l’emprisonnement).

Il convient de masquer tout signe, marque ou symbole de la religion bouddhiste à l’occasion d’un séjour à Sri Lanka.

De façon générale, il est recommandé d’éviter les conversations portant sur les tensions ethniques et religieuses perceptibles dans le pays et d’éviter tout prosélytisme.

L’entrée des femmes dans les mosquées est soumise à des conditions qui peuvent changer selon la branche de l’Islam dont dépendent ces lieux de culte. Il est donc conseillé de se renseigner sur place.

Les temples hindouistes se visitent pieds et tête nus et dans certains d’entre eux, les hommes doivent être torse nu.

Législation locale

Les autorités sri lankaises s’efforcent de lutter contre le tourisme sexuel et collaborent à cette fin avec les autorités des pays d’origine des touristes. L’autorité nationale de protection de l’enfance a établi une liste des personnes soupçonnées ou condamnées pour pédophilie et l’a communiquée aux services d’immigration pour empêcher leur entrée à Sri Lanka. Des lois récentes ont renforcé les sanctions pénales en la matière.

Il est interdit de fumer dans les lieux publics, y compris dans la rue, les restaurants et les bars. Cette infraction est passible d’arrestation.

La vente d’alcool est autorisée dans les restaurants et bars qui possèdent la licence. Elle est interdite les jours de pleine lune (Poya Day) y compris dans les hôtels internationaux.

La détention et la consommation de stupéfiants sont sévèrement réprimées.

Divers

Climat et intempéries

La température moyenne est de 27 à 29° C toute l’année, avec un important taux d’humidité. Les orages peuvent être particulièrement violents et les bâtiments disposant d’un paratonnerre sont moins nombreux qu’en France. Des inondations peuvent survenir de façon soudaine, notamment en zone montagneuse, ainsi que des chutes de pierres et des glissements de terrain.

Baignades

La plus grande prudence est recommandée lors des baignades sur le littoral sri-lankais en raison de la puissance des vagues et de la force des courants. Les rouleaux peuvent exercer un effet « machine à laver » dont le baigneur reste prisonnier. Sur la côte ouest, la baignade en mer est vivement déconseillée à tous les touristes d’avril à novembre et sur la côte est de décembre à mars.

Excursions

Il convient d’aborder les excursions en pleine nature avec prudence, de préférence en compagnie d’un guide qui saura comment se comporter en présence de serpents, singes, éléphants, crocodiles et divers autres animaux (iguanes dans les rivières, même en ville). Dans les parcs et aux abords des sites archéologiques, ne donner en aucun cas de nourriture aux animaux (les singes et les éléphants peuvent se montrer agressifs).

Des cas de rage sont rapportés. Il convient de se tenir à l’écart des chiens errants, en ville comme à la campagne et de consulter un médecin en cas de morsure ou griffure.

La collecte de végétaux et d’insectes est interdite et réprimée par la loi.

Achat

La plus grande prudence est conseillée, lors d’achats de meubles ou d’objets en bois, pouvant être assimilés à des antiquités interdites à l’exportation (s’assurer auprès du vendeur que l’exportation est autorisée et se munir d’une facture ou d’un certificat).

Téléphone satellitaire

En cas d’utilisation de téléphone satellitaire sur le territoire sri lankais, il convient au préalable de s’enquérir de la réglementation en vigueur.

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014