Accès rapide :

République Dominicain

République Dominicaine

Certification ISO
Dernière mise à jour le: 23 juin 2014 - Information toujours valide le: 23 août 2014

Dernière minute

Chikungunya

Les autorités dominicaines ont confirmé la propagation en République dominicaine de l’épidémie de chikungunya, apparue dans les Antilles en décembre 2013.

Le chikungunya est une maladie virale transmise à l’homme par des moustiques infectés. Elle se caractérise par des symptômes grippaux (fièvre, douleurs musculaires et articulaires).

En prévention, comme pour la dengue, il convient de respecter les mesures habituelles de protection (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements, diffuseurs électriques, utilisation de moustiquaires).

Pour plus d’informations sur le chikungunya, consulter le site internet de l’Institut Pasteur.

Sécurité

Criminalité et délinquance

La République dominicaine connaît depuis plusieurs années une progression de la délinquance et de la criminalité (du simple vol à l’arraché jusqu’aux agressions à main armée, de jour comme de nuit), liée notamment au trafic et à la consommation de stupéfiants, qui touche non seulement les Dominicains mais également les touristes et les résidents étrangers.
Les principales zones touristiques du pays concernées sont : Bavaro – Punta Cana (et notamment la périphérie des nombreux hôtels « tout-inclus »), Saint-Domingue (notamment la Zone Coloniale) et la péninsule de Samana (notamment Las Terrenas).
La plus grande prudence et le strict respect des recommandations de sécurité ci-après s’imposent donc lors des déplacements dans ces secteurs.

Recommandations générales de sécurité

Il est recommandé aux voyageurs d’observer une vigilance renforcée au cours de leur séjour et de respecter certaines règles de bon sens :

  • ne pas se déplacer seul la nuit dans les endroits isolés ou sur les plages ;
  • ne pas porter sur soi de manière ostensible des objets de valeur (montre, bijoux…) et/ou d’importantes sommes d’argent ;
  • ne laisser ni document ni effet personnel dans les véhicules et éviter de se garer dans des endroits sans surveillance (vols par bris de glaces fréquents) ;
  • ne conserver avec soi que les photocopies du passeport et du billet d’avion et placer les originaux en lieu sûr (ex : le coffre individuel à l’hôtel) ;
  • ne jamais laisser l’empreinte de sa carte de crédit ni même perdre de vue sa carte de crédit, chez un commerçant, au risque de voir sa carte clonée ou son compte débité par des personnes peu scrupuleuses ;
  • face à une agression, ne pas opposer de résistance et ne pas hésiter à remettre aux agresseurs ce qu’ils demandent car les assaillants n’hésitent pas à se servir de leurs armes ;
  • pour les retraits d’argent, privilégier les guichets automatiques situés à l’intérieur des banques.

En cas d’urgence, il est possible d’appeler le numéro gratuit 911, qui centralise les interventions de la police, des pompiers et des services de santé.

Avertissement concernant la drogue

La détention et le trafic de drogue sont sévèrement réprimés. La sanction encourue est une peine de 5 à 20 ans d’emprisonnement, assortie de fortes amendes.

Au départ de la République dominicaine, il est vivement recommandé aux voyageurs de vérifier le contenu de leurs bagages avant l’enregistrement à l’aéroport, des substances prohibées pouvant y être placées à leur insu, en particulier si ces bagages ont été laissés sans surveillance.

Risques naturels

La République dominicaine est située dans une région fréquemment touchée par des catastrophes naturelles.

La saison cyclonique s’étend de juin à novembre et se caractérise par des orages violents et de fortes rafales de vents qui peuvent paralyser les transports et endommager les infrastructures. Il est donc impératif de se tenir informé des conditions atmosphériques pendant toute cette période et d’appliquer à la lettre les recommandations des autorités locales et de l’Ambassade. Consulter la fiche Risques climatiques (cyclones/ouragans).

Les conditions météorologiques dans la zone Caraïbes peuvent être suivies sur les sites suivants :

L’ensemble du pays est fortement exposé au risque sismique. La République dominicaine a connu plusieurs tremblements de terre de forte magnitude (6,5 sur l’échelle de Richter à Santiago en 2003 ; 8,1 sur la côte nord en 1946). Consulter la fiche Séismes.

Le pays est aussi exposé au risque de tsunami. Les ressortissants français sont invités à se réfugier le plus rapidement possible loin de la côte et sur une hauteur s’ils ressentent une secousse sismique alors qu’ils sont en bord de mer. Il n’existe pas de système d’alerte tsunami sur les côtes.

Pour toute information complémentaire sur la prévention et la gestion par les autorités locales des catastrophes naturelles, consulter le site (en espagnol) du Centro de Operaciones de Emergencias – COE.

Transports

Permis de conduire

Vous pouvez conduire en République dominicaine avec votre permis français pour une période maximale de 3 mois.

Sécurité routière et infrastructures

La République dominicaine connaît le taux de mortalité sur la route le plus élevé au monde (vitesse, signalisation déficiente, non-respect des principes élémentaires de sécurité par les automobilistes comme par les piétons, mauvais état des véhicules).

L’état général du réseau routier reste médiocre et certaines routes sont mal entretenues. Une grande prudence doit être observée sur l’autoroute Saint-Domingue/Santiago et dans la périphérie de Saint-Domingue (notamment à hauteur de Boca Chica), où les traversées de personnes et de deux-roues occasionnent de nombreux accidents mortels. Un effort majeur a été entrepris pour améliorer les liaisons autoroutières Punta-Cana/Saint-Domingue et Las Terrenas/Saint-Domingue. Ces autoroutes neuves sont de très bonne qualité et bien entretenues, et présentent un coût élevé pour un trajet d’environ deux heures.

Rouler la nuit en dehors des villes est à proscrire. Au volant, il est recommandé de verrouiller les portes et les vitres du véhicule, même en cas de stationnement de courte durée. Pendant la saison des pluies, la circulation est rendue plus difficile. La vitesse est limitée à 60 km/h en agglomération et à 80 km/h sur la route.

En cas d’accident hors de Saint-Domingue, les secours routiers sont quasi inexistants et les sanctions sont sévères pour tout conducteur reconnu responsable d’un accident ayant entraîné des dommages corporels, jusqu’à l’emprisonnement. À Saint-Domingue, il convient d’appeler le 911 en cas d’accident grave, et se rendre à la Casa de Conductor pour toutes les formalités consécutives à un accident. Il existe deux Casas de conductores, l’une à Saint-Domingue (193 av. Bolivar – tel : (1)8093812424) et l’autre à Santiago (3, Calle 16 de agosto – tel : (1)8092414848).

Moyens de transport

La circulation en ville étant très chaotique, il est déconseillé de louer une voiture sans chauffeur. Le taxi (bon marché) reste la meilleure option pour les trajets urbains, mais il convient d’éviter, par sécurité, de héler des taxis dans la rue : il est recommandé de passer par une centrale d’appels ou de prendre les taxis agréés à l’intérieur des grands centres commerciaux.

Il est conseillé de ne louer de véhicule qu’auprès des agences de location de renommée internationale. Toujours demander des justificatifs, s’assurer que le véhicule loué est bien assuré. En aucun cas ne laisser son passeport en dépôt, seulement une photocopie.

L’existence d’une franchise d’assurance élevée peut inciter le loueur à réclamer une forte somme à son client pour des dommages matériels parfois très anciens.

Il existe aussi des réseaux de bus inter-urbains.

La location de quads doit impliquer une connaissance préalable de la conduite de ces véhicules, avec lesquels les accidents sont fréquents.

Entrée / Séjour

Les Français de passage en République dominicaine sont invités à signaler leur présence au ministère des Affaires étrangères et du Développement international par l’intermédiaire de la plateforme Ariane.

Visas

Court séjour En cas de séjour d’une durée inférieure ou égale à 3 mois, les ressortissants français ne sont pas soumis à l’obligation de visa. La présentation d’un passeport, dont la validité minimale doit être de 6 mois à compter de la date d’entrée sur le territoire dominicain, est nécessaire (en vertu d’un décret du 19 octobre 2011).

Long séjour En cas de séjour d’une durée supérieure à 3 mois et notamment d’établissement dans le pays, les étrangers doivent préalablement détenir un visa en adéquation avec le motif de leur séjour. Les contrevenants ne seront pas en mesure de régulariser leur situation migratoire sur place.

Taxes aéroportuaires

Les étrangers doivent s’acquitter d’une taxe d’entrée de 10 USD ainsi que d’une taxe de sortie de 20 USD. Si cette taxe n’a pas été incluse dans le billet d’avion, il est impératif de posséder cette somme sur soi.

Santé

Il n’existe aucune convention en matière de protection sociale entre la France et la République Dominicaine. Tous les soins médicaux doivent généralement être réglés directement par les patients.

Avant le départ

Consultez vos médecins (généraliste, dentiste) et souscrivez à une assurance.

Plusieurs cas ont été signalés de malades n’ayant pu être hospitalisés faute d’avoir acquitté, avant tout soin, des sommes très élevées (en dollars américains) auprès d’établissements hospitaliers. Ces pratiques sont courantes dans tout le pays - où les honoraires des médecins sont libres - surtout dans les zones les plus touristiques. Il convient donc de se renseigner auprès de sa mutuelle avant de partir, et de souscrire une bonne assurance pour la durée prévue du séjour.

Vaccinations

Aucune vaccination n’est obligatoire pour entrer en République dominicaine. Cependant :

  • la mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite est recommandée ;
  • d’autres vaccinations peuvent être conseillées (selon conditions d’hygiène et durée du séjour) : fièvre typhoïde, hépatites virales A et B.
Prévention des maladies transmises par les piqûres d’insectes
  • Paludisme : maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques, elle impose le recours à des mesures de protection individuelle (sprays, crèmes, diffuseurs électriques, moustiquaires…) et un traitement médicamenteux adapté à chaque individu : il convient de s’adresser à votre médecin habituel ou à un centre de conseils aux voyageurs. Le traitement devra être poursuivi après le retour en France durant une durée variable selon le produit utilisé.
    Classification : le pays est classé en zone 1.
  • Dengue : cette maladie virale est transmise par les piqûres de moustiques : il convient donc de respecter les mesures habituelles de protection (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements, diffuseurs électriques). La dengue pouvant prendre une forme potentiellement grave (forme hémorragique) il est vivement recommandé de consulter un médecin en cas de fièvre et d’éviter la prise d’aspirine.
  • Chikungunya : cette maladie virale, qui touche la République dominicaine depuis février 2014, est transmise à l’homme par des moustiques infectés. Elle se caractérise par des symptômes grippaux (fièvre, douleurs musculaires et articulaires). En prévention, comme pour la dengue, il convient de respecter les mesures habituelles de protection (vêtements longs, produits anti-moustiques à utiliser sur la peau et sur les vêtements, diffuseurs électriques, utilisation de moustiquaires). En cas d’infection, en particulier pour les personnes présentant des symptômes aigus et pour les plus vulnérables (nourrissons, personnes âgées et femmes enceintes), il est recommandé de consulter un médecin. L’utilisation d’une moustiquaire pour éviter la propagation aux proches est fortement recommandée.
  • Il est vivement recommandé de consulter un médecin en cas de fièvre pendant le voyage ou dans les semaines qui suivent le retour en France
Rage

Des cas de rage ont été signalés dans le pays. Il est recommandé de se tenir à l’écart des animaux. En cas de morsure par un animal, contacter le centre antirabique de Saint-Domingue (Avenida Juan Pablo Duarte 331, tel : (1) 809.681.1637).

Leptospirose

La leptospirose est une maladie bactérienne contractée au cours d’activités sportives ou de baignade en eau douce. Il convient donc d’éviter les baignades en eau douce, de veiller à une hygiène rigoureuse des mains et au port de vêtements adaptés (bottes notamment) pour la traversée de zones humides. Il convient de consulter un médecin en cas de fièvre ou de symptômes grippaux.

Ciguatera

La ciguatera est une intoxication alimentaire liée à l’ingestion de poissons tropicaux associés aux récifs coraliens. Aux symptômes habituels de l’intoxication alimentaire, peuvent s’ajouter des sensations de picotement ou d’engourdissement autour des lèvres, du nez, des mains, des pieds et en d’autres endroits de la peau, des sensations de brûlure au contact de l’eau froide, ou des démangeaisons. Il est recommandé de consulter un médecin.

Choléra

Afin de diminuer les risques de transmission, il convient d’observer des règles d’hygiène alimentaires de base :

  • se laver régulièrement les mains (à l’eau savonneuse ou avec des gels hydro-alcooliques), en particulier avant tous les repas,
  • consommer de l’eau minérale en bouteille (ou bouillie),
  • peler soigneusement, à défaut cuire ou désinfecter les fruits et légumes,
  • éviter la consommation de poissons, coquillages, ou fruits de mer autrement que bien cuits ou frits,
  • éviter les lieux (« cantines ambulantes ») ne garantissant pas toutes les conditions d’hygiène requises.
Hygiène alimentaire

Il est formellement déconseillé de boire l’eau du robinet. Il est possible de trouver de l’eau en bouteille capsulée dans l’ensemble du pays. Par ailleurs, il est conseillé :

  • d’éviter l’ingestion de glaçons, de légumes crus ;
  • de s’assurer d’une cuisson suffisante des aliments ;
  • de veiller à un lavage soigneux des mains avant chaque repas ;
  • d’éviter de boire à même les canettes.
Sida

Il est recommandé de prendre toutes les précautions d’usage en la matière et d’éviter les comportements à risque.

Infrastructures de santé

En cas de consultation médicale, notamment dans les dispensaires situés dans l’enceinte des hôtels, il est impératif de bien se faire spécifier le prix de la consultation. De même, en cas d’hospitalisation, il est indispensable de demander un devis préalablement à toute intervention et à tout acte médical et de vérifier auprès de votre assurance les modalités de prise en charge des soins (remboursement ou prise en charge directe). Il est fréquent que les hôpitaux empêchent la sortie des personnes n’ayant pas réglé l’intégralité de leurs frais médicaux, qui peuvent atteindre des sommes très élevées, même pour des actes médicaux simples.

Quelques règles simples
  • Evitez les baignades en eau douce et dans les eaux stagnantes (risque de transmission parasitaire ou bactérienne : voir leptospirose)
  • Ne caressez pas les animaux que vous rencontrez
  • Emportez dans vos bagages les médicaments dont vous pourriez avoir besoin pendant votre séjour voire un peu plus par précaution.
Pour de plus amples renseignements, vous pouvez consulter le site de l’INVS, ainsi que celui de l’OMS, qui vous renseigneront sur l’état sanitaire de ce pays, ou les sites de http://www.pasteur-lille.fr/fr/sant... et de l’institut Pasteur de Paris.

Infos utiles

Drogue

La détention et le trafic de drogue sont sévèrement réprimés. La sanction encourue pour ce motif est une peine de 5 à 20 ans d’emprisonnement, assortie de fortes amendes.

Au départ de la République dominicaine, il est vivement recommandé aux voyageurs de vérifier le contenu de leurs bagages avant l’enregistrement à l’aéroport, des substances prohibées pouvant y être placées à leur insu, en particulier si ces bagages ont été laissés sans surveillance.

Plusieurs ressortissants français sont actuellement détenus en République dominicaine pour trafic de stupéfiants, dans des conditions parfois très difficiles.

Tourisme sexuel

Le racolage sur les plages et dans les lieux touristiques est fréquent.  

Les relations sexuelles avec des mineurs sont passibles de peines allant jusqu’à 20 ans de prison.

Assurances

Tout voyageur doit s’assurer avant son départ que les risques de vols ou pertes de documents, de matériel (ordinateur, appareil photographique…) et les fraudes à la carte bancaire par clonage subies en République dominicaine sont couverts par une assurance spécifique. Certaines compagnies ne couvrent plus ce type de désagrément, tant ils sont fréquents.

Baignade

Il est déconseillé de fréquenter des plages non signalées, souvent dangereuses pour la baignade.

La circulation des engins nautiques motorisés près des plages n’étant pas règlementée, la plongée en solitaire peut se révéler dangereuse. En outre, le traitement des accidents de plongée avec bouteilles est mal assuré dans le pays : peu de caissons de décompression sont disponibles et le personnel chargé de les faire fonctionner n’est pas toujours bien formé.

La plupart des plages et piscines des hôtels ne sont pas surveillées. La plus grande prudence est donc recommandée lors des baignades même au sein des complexes hôteliers.

Excursions

En termes d’activités d’excursions, notamment pour le rafting et le canyoning, il est impératif de vérifier que les organisateurs proposent toutes les garanties en termes d’équipement et de respect des règles de sécurité.

Il est fortement conseillé de contracter les assurances optionnelles proposées par les loueurs de quad, de moto ou de motomarine, ainsi que lors de la pratique de sports nautiques. En effet, la totalité des frais seront à la charge des usagers en cas de sinistre.

Divers

Toute personne désireuse d’investir ou d’entreprendre en République dominicaine doit se conformer strictement à la loi locale. Tout manquement, rendant l’intéressé vulnérable vis-à-vis non seulement de ses interlocuteurs, mais aussi des autorités locales, peut conduire à des désagréments parfois graves.

Il est fortement recommandé à tout ressortissant français qui serait convoqué au poste de police de se faire accompagner d’un avocat ou d’une personne de confiance et d’en informer l’ambassade.

Des opérations immobilières peuvent être proposées à nos compatriotes désireux d’acquérir une résidence en République dominicaine. Il est vivement conseillé de se renseigner sur le sérieux du vendeur et de la société qu’il représente avant de s’engager dans une quelconque transaction, y compris en multipropriété : plusieurs affaires d’escroquerie ont été dénoncées à l’ambassade.

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014