Accès rapide :

Géorgie

Géorgie

Dernière mise à jour le: 17 janvier 2014 - Information toujours valide le: 17 avril 2014

Sécurité

Les déplacements sont formellement déconseillés dans les deux régions séparatistes géorgiennes qui échappent au contrôle du pouvoir central (Abkhazie et Ossétie du Sud) ainsi que dans les zones proches des lignes de démarcation avec les régions sécessionnistes. Au regard de la loi géorgienne, toute personne pénétrant dans ces régions depuis le territoire de la Fédération de Russie s’expose à des poursuites pénales en Géorgie.

Recommandations générales

Le reste du pays, ainsi que la capitale Tbilissi ne posent pas de problèmes de sécurité majeurs quoique la délinquance ordinaire (vols, cambriolages) n’épargne pas la Géorgie. De manière générale, la prudence est de mise lors de tout déplacement nocturne, en particulier lorsque l’on est seul.

Bien que la criminalité ait considérablement diminué en Géorgie, on continue de relever des agressions contre des étrangers de passage, dont certaines prennent parfois un tour violent. Il est recommandé d’observer une certaine prudence dans le choix de ses fréquentations (lieux, personnes).

  • En Kvemo Kartlie, peuplée en majorité de Géorgiens d’origine azeri, et en Samtskhe Javakhetie, habitée par une population d’origine arménienne, la langue russe, bien qu’elle soit en régression, reste la langue de communication.
  • Les ressortissants œuvrant au sein d’organisations non gouvernementales, en tant que bénévoles d’associations, etc. sont invités à se signaler à leur arrivée en Géorgie auprès de l’ambassade de France.
Risque sismique

La Géorgie est située dans une région d’activité sismique. Pour obtenir plus d’informations sur la conduite à tenir en cas de séisme, vous pouvez consulter la fiche réflexe de ce site qui est consacrée à ce sujet rubrique " A savoir ".

Les recommandations de base sont les suivantes:

A l’intérieur :

  • s’éloigner des fenêtres, des murs extérieurs, de tout meuble, tableau, luminaire susceptibles de se renverser;
  • s’abriter sous une table solide ou tout meuble résistant ou rester debout sous un encadrement de porte;

A l’extérieur :

  • s’efforcer d’atteindre un espace libre, loin des arbres, poteaux électriques, murs ou bâtiments;
  • dans la voiture, s’arrêter au bord de la route et attendre à l’intérieur la fin des secousses.

Dans tous les cas, il faut conserver son calme, suivre les instructions données et attendre les secours, si nécessaire. Tout séisme important est suivi d’une série de secousses secondaires.

Si un tremblement de terre se produisait lors d’un séjour touristique, il est recommandé à nos ressortissants de prendre immédiatement contact avec leurs familles ou leurs proches afin de les rassurer sur leur sort ou, le cas échéant, en cas de problème de communication avec l’extérieur, avec l’Ambassade de France.

Transports

Infrastructure routière

- Le réseau routier connait des améliorations notables. Les axes principaux ont été rénovés ou sont en cours de rénovation. Le parc automobile est soit vétuste, soit composé de voitures neuves très puissantes. En général, la conduite des automobilistes est peu disciplinée et source d’accidents. Il est, en dehors des agglomérations, formellement déconseillé de conduire ou de circuler la nuit. Il est préférable d’utiliser une voiture tous terrains.

L’axe routier transversal ainsi que les principales routes de Kakhetie sont dans un état relativement bon.

  • La Turquie, l’Arménie et l’Azerbaïdjan peuvent être ralliés par la route.
  • En cas d’accident, il est indispensable d’appeler la police pour l’établissement du constat (Tél : 022). En cas de problème, prendre contact avec la section consulaire de l’Ambassade de France en Géorgie (Tél : +995.32.99.99.76 ou 92.28.51).
  • Le réseau de lignes d’autobus est développé. Dans Tbilissi, le trajet coûte de 5 à 10 laris, soit environ 3,6 à 7,2 euros.
  • Les taxis n’ont pas de compteur.
Réseau ferroviaire

Le réseau ferroviaire est peu dense et très lent. Il est déconseillé de voyager seul la nuit en classe économique.

Le train de jour Batoumi-Tbilissi est, en revanche, un moyen relativement agréable pour traverser la Géorgie dans des conditions de sécurité acceptables.

Il existe aussi une liaison ferroviaire Tbilissi-Bakou (Azerbaïdjan).

Entrée / Séjour

Au regard de la loi géorgienne, toute personne pénétrant en Abkhazie et en Ossétie du Sud depuis le territoire de la Fédération de Russie s’expose à des poursuites pénales en Géorgie.

Visa et formalités d’entrée

Depuis le 1er mars 2009, les ressortissants français sont exemptés de visa pour un séjour égal ou inférieur à 360 jours en Géorgie. Tout séjour supérieur à cette durée nécessite l’obtention préalable d’un visa retiré auprès des consulats géorgiens à l’étranger ou à l’arrivée (aéroport).

Lors de l’accès au territoire géorgien, les agents de police chargés des contrôles aux frontières sont autorisés à vérifier l’objet du séjour, la possession de moyens de paiement couvrant la durée du séjour, la souscription d’une assurance voyage, l’existence d’une réservation d’hôtel ou d’une invitation par une personne physique ou morale résidente, d’une réservation de vol retour et des garanties d’accès au territoire de destination finale en cas de transit. Il convient donc de se munir de ces justificatifs avant de se rendre dans le pays.

Certains médicaments délivrés sur ordonnance en Europe ne sont pas autorisés à l’import en Géorgie. Ceci concerne notamment les opiacés. Il est donc fortement recommandé aux voyageurs sous traitement médical de vérifier auprès de l’ambassade de Géorgie en France avant leur départ, que les médicaments en leur possession sont autorisés en Géorgie, de se munir d’un original et de copies de leur ordonnance médicale et de déclarer l’intégralité de leurs médicaments lors du contrôle en douane à l’entrée.

Santé

Epidémie de grippe aviaire

La Direction Générale de la Santé recommande aux voyageurs d’éviter tout contact avec les volailles et les oiseaux, c’est-à-dire de ne pas se rendre dans des élevages ni sur les marchés aux volatiles. Les recommandations générales d’hygiène lors des voyages dans les pays en développement, qui visent à se protéger des infections microbiennes, sont préconisées :

  • éviter de consommer des produits alimentaires crus ou peu cuits, en particulier les viandes et les œufs ;
  • se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon ou un soluté hydro-alcoolique. Le virus se transmet par voie aérienne (voie respiratoire) soit par contact direct, notamment avec les sécrétions respiratoires et les matières fécales des animaux malades, soit de façon indirecte par l’exposition à des matières contaminées (par l’intermédiaire de la nourriture, de l’eau, du matériel et des mains ou des vêtements souillés). Les espaces confinés favorisent la transmission du virus.
Rage

La présence de chiens errants en Géorgie (Tbilissi inclus) dont certains sont porteurs de la rage a été confirmée par les autorités sanitaires locales. Des mesures sont prises pour tenter de neutraliser ces animaux et vacciner ceux qui ne sont pas contaminés. Cependant, les voyageurs sont invités à respecter les recommandations suivantes :

Pour les longs séjours : Une vaccination antirabique préventive est conseillée. En cas de morsure ou de léchage par un animal suspect il est impératif de consulter un médecin qui procèdera si nécessaire aux soins locaux (désinfection, vérification des vaccinations antitétaniques, etc.) et à une vaccination curative pratique.

Pour les courts séjours : La vaccination préventive n’est recommandée que pour les séjours en conditions d’isolement (trekking, safari, randonnée…) et en cas de contacts avec des animaux pour des raisons professionnelles (vétérinaires…).

Dans tous les cas, Il est conseillé de surveiller attentivement les enfants afin qu’ils ne s’approchent pas d’animaux inconnus et de faire vacciner les animaux de compagnie.

Tuberculose

La tuberculose n’a pas été éradiquée et a tendance à augmenter dans les régions déconseillées d’Abkhazie et d’Ossétie du sud et dans les prisons, ainsi que parmi les réfugiés et personnes déplacées qui vivent souvent dans des conditions misérables. Le sida est également présent en Géorgie.

Mesures d’hygiène à respecter
  • boire de l’eau en bouteille ou filtrée, surtout à Tbilissi. Prendre des mesures adaptées contre les risques de gastro-entérite très fréquents (pas de contrôle de la péremption des produits et de la chaîne du froid).
  • veiller à ce que les vaccinations soient à jour : diphtérie, tétanos, polio, hépatite A et B.
Paludisme

Le pays connaît, dans le Sud-Est, des cas sporadiques de transmission de paludisme : il est possible de ne pas prendre de traitement préventif, mais il est nécessaire de consulter un médecin en cas de fièvre.

Consulter le médecin traitant avant le départ et contracter impérativement une assurance de rapatriement sanitaire. Emporter ses médicaments en cas de traitement permanent.

Médecins, hôpitaux : Coordonnées
Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

Infos utiles

Législation locale

Le taux d’alcoolémie autorisé au volant est de 0 g/l. En cas d’infraction, l’amende peut atteindre 250€.

La Géorgie étant un point de passage important de la drogue (héroïne) de l’Afghanistan et l’Asie centrale - via la Tchétchénie notamment - vers la Turquie puis l’Europe, il est recommandé d’être vigilant. La toxicomanie est en augmentation.

Divers

L’exportation de livres anciens, de peintures ou d’icônes, voire de tapis, qui peuvent être classés patrimoine national, peut entraîner de graves complications avec les douanes, si elle n’est pas faite en accord avec la législation. Il est recommandé de demander au marchand de fournir le document visé par le ministère de la Culture (37, avenue Rustaveli - tél : 932.255 ou 987.430).

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014