Accès rapide :

Bénin

Bénin

Certification ISO
Dernière mise à jour le: 14 août 2014 - Information toujours valide le: 21 octobre 2014

Dernière minute

Virus Ebola

Une épidémie de fièvre hémorragique virale Ebola sévit actuellement en Guinée, au Libéria et en Sierra Leone. Des cas ont été rapportés au Nigéria.

A ce jour, aucun cas de fièvre Ebola n’a été déclaré au Bénin.

Le virus se transmet à l’homme à partir des animaux sauvages et se répand au sein des populations par transmission interhumaine : pour plus d’information sur le virus Ebola et ses modes de transmission, consulter le bandeau Virus Ebola, en une de la rubrique.

Choléra

Une épidémie de choléra, assez récurrente en saison de pluies, sévit notamment dans les zones marécageuses. L’OMS confirme le décès de 7 personnes sur une centaine de cas dénombrés.

La transmission de cette maladie digestive bactérienne peut être prévenue par des mesures d’hygiène alimentaire stricte. Pour plus d’informations, se reporter à la rubrique santé de cette fiche.

Sécurité

Consignes de sécurité
  • Il est demandé à tous nos ressortissants d’observer une vigilance renforcée et d’adopter une posture de prudence en toutes circonstances et en particulier lors de déplacements sur des axes ou dans des lieux nouveaux et dans les transports en commun.
  • Il est déconseillé sauf raison impérative de séjourner dans la zone comprise entre la Route Nationale Inter-Etats (RNIE) n°2 et la frontière nigériane de Tchaourou à Malanville et dans le parc national du W.
  • Pour des raisons liées à la sécurité routière, il est formellement déconseillé de circuler de nuit sur les routes et les pistes. En outre, il convient de faire preuve d’une grande prudence sur l’ensemble des axes y compris les RNIE en raison de l’activité de «coupeurs de route». Leurs attaques violentes, parfois avec usage d’armes, se déroulent la plupart du temps de nuit, à proximité des agglomérations et des zones frontalières mais des attaques de jour ne sont pas exclues (derniers exemples en date : dans la nuit du samedi 8 au dimanche 9 juin 2013 vers minuit, un véhicule à fait l’objet d’une attaque à main armée à Kpedekpo, faisant un mort et un blessé ; le jeudi 18 juin 2013 vers 14h sur l’axe N’Dali-Djougou, un véhicule d’un bureau de coopération a été stoppé par un groupe d’une dizaine de personnes qui ont tiré sur le chauffeur, le blessant grièvement) ;
  • éviter certains quartiers de Cotonou la nuit (le port, le long des voies ferrées du centre ville, les plages) ;
  • ne pas porter de sacs ou bijoux dans certains lieux très fréquentés (marché Dantokpa) ;
  • n’avoir sur soi que de petites sommes en argent liquide et éviter de manipuler beaucoup d’argent en public. Un billet de 5 000 FCFA représente une somme importante localement et peut susciter la convoitise ;
  • être prudent sur les plages de Cotonou qui sont peu sûres, de jour comme de nuit ;
  • ne pas s’attarder dans les zones frontalières avec le Nigeria de manière à réduire les risques de rencontre avec les trafiquants ;
  • ne pas prendre de photographies ou filmer des personnes sans leur autorisation préalable (une rétribution peut être éventuellement demandée) ;
  • ne pas photographier ou filmer les infrastructures publiques (aéroport, gares, bâtiments de l’administration).

En cas de long séjour, il est recommandé de se faire enregistrer auprès du Consulat de France.

Risques encourus pour délits sexuels

La législation au Bénin prévoit de lourdes sanctions à l’encontre des auteurs de viols, d’attentats à la pudeur, d’actes de débauche et de dépravation. Les peines sont aggravées si la victime est mineure (l’âge légal de la majorité sexuelle au Bénin est fixé par la loi à 21 ans). En tout état de cause et conformément à l’article 113-6 du code pénal, la loi pénale française est applicable à tout crime commis par un Français hors du territoire de la République. Les ressortissants français coupables d’une infraction sexuelle punie par la loi française et commise au Bénin peuvent aussi être poursuivis en France en application de la loi 98-468 du 17 juin 1998 pour des faits constitutifs de délits à caractère sexuel y compris si ceux-ci ne sont pas réprimés par la législation locale (articles 227-22 et suivants du code pénal).

Risques encourus pour trafic de stupéfiants

Au Bénin, le cannabis est considéré, tout comme l’héroïne et la cocaïne, comme une drogue dite « à haut risque ». Toute tentative d’emporter avec soi lors du voyage retour, l’une de ces drogues est qualifiée sur le plan pénal de trafic international quelle que soit la quantité. Les peines encourues sont de dix à vingt ans de prison, assorties d’amendes (référence légale au Bénin : article 96 de la loi 97-025 du 18 juin 1997 relative au contrôle des drogues et des précurseurs).

La France n’ayant pas de convention de transfèrement de prisonniers avec le Bénin, toute peine d’emprisonnement, si lourde soit-elle, doit être purgée au Bénin.

Transports

Infrastructure routière

Le permis de conduire international et un contrat d’assurance local sont obligatoires.

Les grandes routes, qui relient Cotonou au Nigeria, au Togo, au Niger et au Burkina Faso, sont dans un état assez satisfaisant, à l’exception du tronçon Cotonou/Bohicon, très détérioré. L’approvisionnement en carburant ne pose pas de problèmes si l’on fait preuve d’un minimum de prévoyance lors de voyages vers le Nord. En effet, il est fréquent que les stations services connaissent des ruptures de stock.

Attention : les accidents de la route constituent la première cause de mortalité chez les expatriés. La vétusté de nombreux véhicules et notamment des poids lourds, ainsi que le non-respect des limitations de vitesse augmentent les risques d’accidents. Il est conseillé de vérifier l’entretien des véhicules de location. La signalisation défaillante, pour ne pas dire inexistante, des véhicules rend la conduite de nuit encore plus périlleuse que de jour. Pour cette raison, il est fortement déconseillé de rouler la nuit.

En cas d’accident, conduire la victime à l’hôpital ou chez le médecin le plus proche et surtout avant que la population ne réagisse. En cas de réaction violente des témoins de l’accident, quitter les lieux et s’arrêter au premier poste de police pour déclarer l’accident (à Cotonou, au commissariat central).

Pour des déplacements à l’intérieur du pays, on peut utiliser l’autocar (surtout la compagnie Africa Lines dont les horaires présentent l’avantage d’être réguliers ; ou éventuellement, pour les villes non desservies par celle-ci, les taxis brousses).

A Cotonou, il est recommandé de porter un casque pour les déplacements en motos-taxi, appelés localement "zem", "zemidjans" ou "kekenons".

Réseau ferroviaire

Le transport ferroviaire des voyageurs est inexistant.

Transport aérien

Il n’y a pas de lignes aériennes intérieures.

Entrée / Séjour

Le visa et une vaccination antiamarile (fièvre jaune) sont obligatoires. Un billet de retour ou pour une autre destination (prouvant que le séjour au Bénin est temporaire) ou le versement d’une caution peuvent être exigés.

Le visa n’est pas délivré à l’aéroport ni aux postes frontières. Il doit être obtenu avant le départ auprès de l’ambassade ou du consulat du Bénin dans le pays de résidence.

Ne pas oublier le carnet de vaccination qui sera exigé à l’arrivée au Bénin.

Santé

Avant le départ

Consultez votre médecin (éventuellement votre dentiste) et souscrivez un contrat auprès d’une compagnie d’assistance couvrant les frais médicaux et le rapatriement sanitaire. Ne pas oublier d’emporter avec soi le contact de l’assureur et le numéro de sociétaire.

Ne pas hésiter à appeler l’Association médico-sociale du Bénin (AMS) pour prendre des renseignements préalables, notamment en cas de pathologie préexistante et nécessitant des soins spécifiques.
Tél : +229 21 30 10 27.
Adresse électronique : amsbenin@gmail.com

Hygiène alimentaire – Prévention du choléra

Des cas de choléra sont régulièrement signalés, en particulier à l’occasion de la saison des pluies.

Il convient de respecter des mesures d’hygiène alimentaire rigoureuses.

Prévention de la diarrhée du voyageur et du choléra :

  • Faire particulièrement attention avec les enfants.
  • Il est conseillé de ne pas boire l’eau du robinet : préférez les eaux en bouteilles capsulées. A défaut, consommez de l’eau filtrée, bouillie et décontaminée.
  • Evitez l’ingestion de glaçons, de jus de fruits frais, de légumes crus et de fruits non pelés.
  • Evitez la consommation d’aliments (poisson, viande, volaille, lait) insuffisamment cuits.
  • Veillez à un lavage régulier et soigneux des mains avant chaque repas.
Prévention du paludisme (malaria)

Cette maladie parasitaire transmise par les piqûres de moustiques impose le recours à des mesures de protection individuelle (sprays, crèmes, diffuseurs électriques, moustiquaires…)
A ces mesures, doit s’ajouter un traitement médicamenteux adapté à chaque individu : il convient de s’adresser à votre médecin habituel ou à un centre de conseils aux voyageurs.
Le traitement devra être poursuivi après le retour en France durant une durée variable selon le produit utilisé.

Classification : zone 3
Durant votre séjour, et durant les deux mois qui suivent votre retour, en cas de fièvre, un avis médical doit être pris rapidement, pour mettre en œuvre dès que possible un traitement anti-paludique éventuel. Ne pas oublier de signaler à votre médecin que vous avez fait un séjour en zone impaludée, même six mois après.

Épidémie de grippe aviaire

A titre informatif, il est conseillé de consulter l’encart "Grippe aviaire" figurant dans Infos pratiques/Risques sanitaires. La Direction Générale de la Santé recommande aux voyageurs d’éviter tout contact avec les volailles et les oiseaux, c’est-à-dire de ne pas se rendre dans des élevages, ni sur les marchés aux volatiles. Les recommandations générales d’hygiène lors des voyages dans les pays en développement, qui visent à se protéger des infections microbiennes, sont préconisées.

Vaccinations

Comme souvent au début de l’année, de nombreux cas de méningite à méningocoque sont rapportés. La vaccination anti-méningococcique (vaccination A+C+W135) est vivement recommandée.

  • La vaccination contre la fièvre jaune est obligatoire (à pratiquer dans un centre agréé).
  • La mise à jour de la vaccination diphtérie-tétanos-poliomyélite est recommandée.
  • Le nord du Bénin est affecté chaque année, notamment au cours de la saison sèche (décembre à mars) par des épidémies de méningite bactérienne qui touchent la zone sahélienne du continent. Il est vivement recommandé aux voyageurs de se faire vacciner (vaccin tétravalent conjugué anti-méningococcique A+C+W135+Y) notamment en cas de déplacement dans les départements de l’Atacora et du Borgou.
  • Autres vaccinations conseillées (selon conditions d’hygiène et durée du séjour) : fièvre typhoïde, hépatites virales A et B.
  • La vaccination contre la rage peut également être proposée dans certains cas. Demandez conseil à votre médecin ou à un centre de vaccinations internationales.
VIH-Sida

Prévalence non négligeable du VIH-Sida. Toute mesure de prévention est indispensable.

Quelques règles simples
  • Eviter les baignades dans les eaux stagnantes (risque d’infection parasitaire) ;
  • Eviter de marcher pieds nus sur le sable et les sols humides ;
  • Ne pas caresser les animaux rencontrés ;
  • Veiller à votre sécurité routière (port de la ceinture de sécurité en automobile ou du casque en moto) ;
  • Ne jamais consommer de médicaments achetés dans la rue ;
  • Emporter dans ses bagages les médicaments nécessaires pendant la durée du séjour.

Il est fortement recommandé de rentrer en France pour tout incident sérieux de santé.

Pour de plus amples renseignements, consultez les sites Internet suivants :

Institut Pasteur (fiche pays)
Institut de veille sanitaire
Organisation Mondiale de la Santé

Infos utiles

Us et coutumes

Le Bénin est un pays où cultures et traditions anciennes sont encore très présentes. Il est impératif de faire preuve de discrétion et de réserve en matière de religion et de ne pas photographier "à la sauvette" des manifestations ou des marchés traditionnels, comme aussi de respecter les différents cultes.

Législation locale

Taux d’alcoolémie toléré : 0,8 g/l.

L’usage de stupéfiants est interdit (répression de la conduite sous l’emprise de la drogue), notamment de cannabis et la répression est sévère.

Les délits de moeurs dans lesquels sont impliqués des Européens sont sévèrement réprimés. Une loi béninoise punit « les actes impudiques entre des personnes de même sexe ou avec un mineur de moins de 21 ans » (âge légal de la majorité sexuelle au Bénin).

Divers
  • Il est vivement conseillé aux voyageurs de faire preuve de vigilance lorsqu’ils effectuent des achats sur le réseau Internet. Certains individus proposent sur des sites d’annonces ou par courriels des biens et produits divers (motos, jet-skis, véhicules, camping-cars, téléphones portables, animaux exotiques, etc.) à des prix très attractifs. Voir aussi la rubrique sur la cybercriminalité à l’adresse suivante : http://ambafrance-bj.org/La-cybercriminalite-au-Benin,1828.
  • Il est recommandé avant tout achat de se renseigner sur l’existence au Bénin du fournisseur, société commerciale ou personne privée, soit auprès du ministère de l’Industrie et du Commerce extérieur BP 363 Cotonou BENIN Tél: +229 21 31 52 67, soit sur des annuaires internationaux en ligne. Des renseignements complémentaires peuvent être demandés par courriel au Consulat de France à Cotonou : consulat.cotonou-fslt@diplomatie.gouv.fr
  • Les baignades sont déconseillées toute l’année sur les plages du littoral en raison de la barre dangereuse et des courants violents qui font plusieurs victimes chaque année.
  • Zone sud : climat équatorial, forte humidité. Saison sèche de novembre à mars et de mi-juillet à mi-septembre. Saison des pluies : d’avril à mi-juillet et de mi-septembre à octobre.
  • Zone nord : climat tropical. Saison sèche : de novembre à mai. Saison des pluies : de juin à septembre.

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014