Accès rapide :

Sécurité

Zones déconseillées sauf raison impérative
  • Mine de Marange : L’accès aux champs diamantifères de Marange (environ 50 km au sud-ouest de Mutare) demeure contrôlé. Il est vivement déconseillé de s’y rendre, sauf raison impérative et motif professionnel précis. Il est également déconseillé de céder aux offres que pourraient faire des vendeurs de diamants non agréés. Toute acquisition dans de telles conditions exposerait aux peines prévues par la loi, rigoureusement appliquées.
  • Frontière nord avec le Mozambique : en raison de la présence de nombreuses mines antipersonnel dont le déminage est très partiel, il est fortement déconseillé de se rendre dans cette zone sauf raison impérative, et de se déplacer en dehors des routes principales.
Recommandations

- Malgré les difficultés économiques et sociales, la situation sécuritaire du pays est globalement bonne. Le climat politique est désormais assez largement apaisé. Le risque d’agitation sociale ne peut toutefois être écarté en raison de la situation économique. Comme partout, il convient, en cas de manifestation, d’éviter tout rassemblement ou mouvement de foule.

- La délinquance est globalement faible. La petite délinquance s’exerce surtout à la tombée de la nuit aux abords des grands hôtels, des banques, des distributeurs automatiques de billets, et dans certains jardins publics. La plupart de ces lieux sont toutefois gardés par des vigiles. Le centre de Harare étant peu fréquenté, il est déconseillé d’y circuler à pied à la nuit tombée.

- Compte tenu de l’augmentation du nombre d’agressions perpétrées, la nuit, sur la route reliant l’aéroport au centre-ville, il est vivement conseillé d’éviter une arrivée tardive ou, à défaut, de prévoir un accueil.

  • Pour les automobilistes, il convient d’être vigilant la nuit, à l’entrée des résidences et aux carrefours, plus spécialement ceux munis de feux de signalisation. La nuit, le franchissement des feux rouges est toléré. Garder les portes des véhicules verrouillées ; éviter d’ouvrir les vitres à l’arrêt ; ne rien laisser d’apparent sur les sièges des véhicules. Quelques rares cas de ’’car-jacking’’ ont été signalés.
  • Les cambriolages sont en augmentation à Harare. Ils sont effectués le plus souvent de nuit par des individus susceptibles de recourir à la violence en cas de résistance. La résistance est dès lors fortement déconseillée. Il est utile de s’équiper d’un système d’alarme relié à des équipes de réaction rapide (société de gardiennage).

- Dans les zones rurales, le danger principal est lié à l’état des routes, des pistes et à la faune sauvage (crocodiles, lions) qui demeure source d’accidents réguliers. Eviter, a priori, toute baignade dans les lacs et rivières.

De manière générale, les précautions suivantes sont recommandées :

  • Se tenir à l’écart de toute manifestation, réunion publique ou autre attroupement sur la voie publique. Éviter toute déclaration publique à caractère politique.
  • Eviter de photographier les édifices publics et notamment tout bâtiment dépendant de la Présidence. Cela constitue un délit qui est systématiquement sanctionné.
  • Au passage des barrages routiers tenus par la police, surtout dès la tombée de la nuit, éviter tout mouvement d’humeur, ou d’impatience. Ne pas donner l’impression de vouloir forcer le barrage.
  • Éviter de porter avec soi dans la rue tout bagage contenant à l’évidence des moyens de paiement (y compris les sacoches ’’bananes’’).
  • Laisser ses billets d’avion, pièces d’identité, documents de voyage et objets de valeur dans les coffres des hôtels.
  • Au Zimbabwe, l’homosexualité est un délit passible de sanctions. Il est recommandé de faire preuve de la plus grande discrétion : l’affichage de certains signes et de comportements susceptibles de donner lieu à interprétation peut conduire jusqu’à l’arrestation.
  • Il est conseillé aux personnes qui voyagent seules ou aux groupes qui ne relèvent pas d’un voyage organisé de signaler leur présence auprès des services consulaires de l’Ambassade dès leur arrivée.
  • Informer l’ambassade, où une permanence fonctionne vingt-quatre heures sur vingt-quatre, de tout incident.

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2014