Accès rapide :

Santé

Le système de santé au Yémen est totalement déstructuré depuis le printemps 2015. Du fait des nombreuses coupures d’électricité, les hôpitaux ne peuvent plus fonctionner correctement et sont parfois dans l’incapacité de soigner les patients.

Les mauvaises conditions d’hygiène dans lesquelles vit actuellement la population yéménite sont à l’origine de la réapparition de nouvelles épidémies (choléra ; dengue en particulier dans le sud du pays).

Coronavirus

Les zones géographiques identifiées à risque ou potentiellement à risque incluent l’Arabie saoudite, le Bahreïn, les Emirats arabes unis, l’Iran, l’Irak, Israël, la Jordanie, le Koweït, le Liban, Oman, le Qatar, les Territoires palestiniens, la Syrie et le Yémen.

Pour toute information complémentaire, consulter le site internet du ministère français de la santé et celui de l’Organisation Mondiale de la Santé.

Poliomyélite

Le Yémen connaît actuellement une l’épidémie de poliomyélite.

Paludisme

Le Yémen est classé en zone 3.

Dengue

La dengue est une maladie virale transmise par les piqûres de moustiques, essentiellement la journée. Cette maladie d’apparence grippale peut prendre certaines formes graves.

En l’absence de vaccination préventive, il convient de se protéger contre les piqûres de moustiques : port de vêtements amples, usage de répulsifs sur la peau et sur les vêtements, usage de moustiquaires et d’insecticide (diffuseurs électriques et spray de contact sur le bas des meubles et dans les recoins, en respectant les consignes d’utilisation) dans le logement ou dans la chambre d’hôtel.

En cas de fièvre, il convient de consulter un médecin et d’éviter la prise d’aspirine.

Choléra

Une épidémie de choléra sévit actuellement au Yemen. Il est recommandé de prendre les précautions d’usage (se laver régulièrement les mains, ne consommer que de l’eau en bouteilles, peler les fruits et légumes, manger cuit ; utilisation des installations sanitaires). Les personnes présentant les signes de l’affection (diarrhée liquide, vomissements, fièvre et faiblesse générale) doivent consulter un médecin en urgence.

SIDA-VIH

Au-delà d’un mois de séjour, un certificat de non-séropositivité est exigé.

Pour de plus amples renseignements, vous pouvez consulter les sites suivants :

PLAN DU SITE



MENTIONS LÉGALES & INFOS PRATIQUES

Tous droits réservés - Ministère des Affaires étrangères et du Développement international - 2017